Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 13 décembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Coutumes régionales, traditions locales, moeurs, jeux, fêtes, processions, cérémonies d'autrefois - Histoire de France et Patrimoine

Vous êtes ici : Accueil > Coutumes, Traditions
Coutumes, Traditions
Origine, histoire des coutumes, traditions populaires et régionales, fêtes locales, jeux d’antan, moeurs, art de vivre de nos ancêtres
Coutumes, Traditions
 
Apparaissant en France à la fin du XIIe siècle sous le roi Louis le Jeune et ne tardant pas à faire des émules en Angleterre et en Allemagne, le blason féodal, dont l’avènement le doit à la nécessité d’authentifier des actes par un sceau à défaut d’être représenté par des témoins, est initialement attaché au fief, à la terre, cependant que par commodité, il (...)
Publié le dimanche 15 juillet 2018, par LA RÉDACTION
 
 
Employée à l’égard des accusés déjà condamnés à mort ou pour obtenir la révélation de leurs complices, la question préalable, après laquelle l’exécution avait immédiatement lieu, fut abolie en France par la (...)
 
Au XIXe siècle, l’art de vivre passait par l’absinthe... Tour à tour adulée puis chargée d’anathème, celle qui inspira les artistes de l’époque, de « fée verte » devint sorcière. Accusée de rendre fou et (...)
 
La fondation de l’Académie de musique et de poésie, ancêtre du Conservatoire National de Musique, remonte à une époque beaucoup plus éloignée que celle qui lui est généralement assignée. Charles IX fut (...)
 
Avant le règne de François Ier, qui débuta en 1515, on ne trouve aucun e accentué dans les manuscrits ni dans les livres imprimés, et cependant les différentes valeurs de l’e étaient déjà tellement (...)
 
Selon une légende ayant toujours cours parmi certains auteurs de notre XXIe siècle, la question de l’existence de l’âme des femmes aurait été discutée par l’Église lors du second concile de Mâcon qui se (...)
 
C’est suite à l’acte héroïque de courageux habitants de Valenciennes qui étaient parvenus à appréhender Van Een, brigand flamand saccageant et violant, que fut créée la compagnie à cheval des Puchots, en (...)
 
Au Moyen Age et jusqu’à une époque assez rapprochée de la nôtre, les animaux furent considérés et traités comme des êtres conscients et responsables, influencés par les saints, faisant l’objet de procès (...)
 
L’épineuse question des applaudissements lors des concerts de musique classique suscite émotion et agacement. L’art de claquer ses mains n’est pas une science infuse : au fil des siècles, le public a (...)
 
Avant la Révolution de 1789, tous les animaux qui servaient à l’approvisionnement de Paris étaient abattus à l’intérieur de la ville, dans les tueries de la Croix-Rouge, de l’apport Paris, des rues des (...)
 
Remontant au XVe siècle et tenant son nom, d’après certains étymologistes de Ragot, célèbre truand du XVIe siècle, l’argot primitif fut d’abord un langage de Cour... des Miracles, qui eut plus tard ses (...)
 
Le mot arsin, effacé aujourd’hui de notre langue, comme le verbe ardre, ardoir dont il dérive, avait au quatorzième siècle le sens d’incendie volontairement allumé, de destruction par le feu. C’était, (...)
 
En 1910, Francis Marre met en appétit les lecteurs de La Nature en leur dévoilant les secrets de préparation du véritable marron glacé, friandise sur laquelle chacun aime à fondre la dernière semaine (...)
 
Si l’art du jardinage en France prend son essor avec le règne de Charlemagne, il faut attendre le XVIe siècle et l’inspiration italienne pour que les domaines royaux acquièrent grandeur et (...)
 
Si Baronius soutient que, selon d’anciens manuscrits, la fête de l’Assomption fut instituée vers le Ve siècle, tant en Occident qu’en Orient, nous savons que Clovis Ier, roi des Francs, fit bâtir, en (...)
 
De tous les temps et dans tous les pays, les législateurs ont été portés à mettre une grande différence entre les étrangers et les citoyens. Pour remonter, selon l’usage, aux Grecs et aux Romains, on (...)
 
Avant l’établissement du système métrique décimal, qui eut lieu à la fin du XVIIIe siècle, on se servait en France des mesures les plus incommodes et les plus compliquées. L’unité de longueur était le (...)
 
Période d’attente — d’une durée de quatre semaines dans l’Église latine — de l’arrivée du Rédempteur des hommes, l’Avent, que l’on écrivait encore Advent au XVIIe siècle — rappelant le mot latin adventus —, (...)
 
En dépit de sa monotonie, condition requise pour obtenir l’endormissement de l’auditeur, la berceuse, qui se complaît, toutes provinces confondues, dans des formes musicales rudimentaires et (...)
 
Au XIXe siècle, dans certains cantons du bas Berry, on continue de donner le nom de Vendredi blanc au vendredi qui se trouve neuf jours avant Pâques. C’est une fête toute pastorale et qui intéresse (...)
 
Du XVIIe au XIXe siècle, la population des campagnes put découvrir les récits légendaires de la vieille France grâce à l’initiative de Jean Oudot qui, dès les premières années du XVIe siècle, collecta (...)
 
Le bock frais, le « demi » mousseux, sont un des plaisirs de l’été, écrit en août 1930 Jacques Carolles qui se félicite de voir la brasserie française s’être alors hissée au premier rang par un effort de (...)
 
Apparaissant en France à la fin du XIIe siècle sous le roi Louis le Jeune et ne tardant pas à faire des émules en Angleterre et en Allemagne, le blason féodal, dont l’avènement le doit à la nécessité (...)
 
La bûche de Noël réunissait autrefois tous les habitants de la maison, tous les hôtes du logis, parents et domestiques, autour du foyer familial. La bénédiction de la bûche avec les cérémonies (...)
 
Au sein de la montagne bourbonnaise retentissait encore, à la fin du XIXe siècle, le burloir, sorte d’oliphant destiné à guider les troupeaux, à inviter la population à se rassembler pour l’annonce (...)
 
A coup sûr, il vous est arrivé maintes fois d’assister à une conversation où de temps en temps, éclataient, comme des fusées radieuses, des mots ailés, pittoresques, qui provoquaient un sourire adouci ou (...)
 
Les druides, qui tiraient leur nom d’un mot grec ou plutôt du mot celtique deru signifiant chêne, étaient vraisemblablement chargés de régler la division du temps chez les Gaulois. Leurs années étaient (...)
 
Aujourd’hui familier, le calendrier grégorien, conçu à la fin du XVIe siècle pour corriger la dérive séculaire du calendrier julien de Jules César alors en usage, s’est étendu à l’ensemble du monde au (...)
 
Jadis observée sous peine de mort, l’interdiction de manger gras durant le carême fut au fil des siècles assouplie : d’abord parmi les soldats, qui comme en témoigne la journée des Harengs en 1429 (...)
 
Aux folles joies du carnaval succède un temps de jeûne et de pénitence désigné sous l’appellation de Carême, et observé en référence aux quarante jours de jeûne de Jésus dans le désert. Débutant par le (...)
 
On a ri de tout temps, et si la caricature est un « mot » relativement nouveau, d’origine italienne et admis depuis le XVIe siècle dans la langue des arts, la « chose » est vieille comme le monde, mais (...)
 
A dater du commencement du quatorzième siècle, l’intention comique perce et devient lucide dans certaines miniatures de manuscrits, jusqu’au Livre d’Heures que l’on ouvre à l’église : peintres et (...)
 
Sans doute est-ce pour oublier les tristesses de la saison, pour tromper l’ennui des jours de pluie et de brouillard, qu’on a inventé les divertissements du carnaval, qui dérivent des saturnales (...)
 
Le Carnaval de Nice existe depuis un temps immémorial : au Moyen Age, même au sein des circonstances les plus tragiques, il n’a pu calmer sa joie cascadeuse et (...)
 
Dès les premières années de l’Empire, les cartes révolutionnaires sont non seulement délaissées, mais proscrites. Mais, si le XIXe siècle naissant marque l’avènement, non seulement des cartes (...)
 
Apparue chez nous dans les premières années du XVIIIe siècle, cependant qu’auparavant les visites du jour de l’An s’effectuaient toujours en personne, la carte de visite-voeux illustrée est, dans les (...)
 
Quelques historiens nous ont transmis la description des cérémonies qu’on observait dans un grand nombre d’églises cathédrales, à la réception et à l’installation des évêques. Celles qui avaient lieu à (...)
 
Dans la commune d’Auchonvillers, en Picardie, avait lieu autrefois le deuxième jour de la fête du village, la cérémonie des Jarretières, obéissant à un rituel convenu et prélude au bal du (...)
 
Les réjouissances de la Pentecôte s’accompagnaient, en divers lieux de Bretagne, de parfois curieuses cérémonies assorties de non moins étranges redevances et coutumes héritées de pratiques du Moyen (...)
 
Premier évêque de Béziers, saint Aphrodise fait l’objet d’une légende tardive selon laquelle, arrivant d’Egypte et montant un chameau, il vint dans les Gaules prêcher la doctrine chrétienne, et qu’un (...)
 
A l’occasion de la Chandeleur 1903, Jules Claretie, de l’Académie française évoque ses souvenirs de jeunesse liés à une fête qui, indissociable de crêpes possédant l’étrange pouvoir d’augurer d’un avenir (...)
 
La fête de la Chandeleur, qui aujourd’hui n’est plus chômée en France, a pour objet de rappeler la présentation, au Temple, de l’enfant Jésus né quarante jours plus tôt la nuit de Noël, et la purification (...)
 
Tombant au quarantième jour après Noël, et célébrée à Jérusalem dès le IVe siècle, cette fête de la Purification de Marie, de la Présentation du Seigneur au Temple ou encore de la Chandeleur — car la (...)
 
Si les Français ne sont pas les inventeurs de la chanson, qui chez nous est un miroir fidèle de l’esprit national, il est au moins incontestable qu’ils en sont à la fois les restaurateurs et les (...)
 
Si l’on associe volontiers la chanson française à ces couplets badins entonnés au dessert par de joyeux buveurs, le verre en main, avec des refrains bachiques repris en chœur par les assistants, la (...)
 
De la plus ancienne chanson populaire française qu’on connaisse, écrite en latin et composée à propos de la bataille gagnée par le roi des Francs Clotaire II sur les Saxons, en 623, à la Madelon créée (...)
 
Les chroniqueurs du temps nous disent que les rois de la dynastie mérovingienne furent d’ardents chasseurs. Si plusieurs d’entre eux perdirent la vie à la suite d’accidents causés par l’abus de cet (...)
 
Chaque siècle, chaque province de l’ancienne France eurent leurs prénoms de prédilection ; les mœurs, les coutumes et les usages diffèrent en effet non seulement avec les époques, mais encore avec les (...)
 
En 1890, Fertiault rapporte l’existence d’une curieuse croyance en Champagne, à propos du cierge de la Chandeleur dont on conserve soigneusement une partie, laquelle n’est allumée qu’en cas de (...)
 
Sous une rubrique spéciale placée au jour du Samedi saint dans le Rituel de Nivelon (évêque de Soissons), « Rituale seu Mandatum insignis ecclesiæ Suessionensis tempore episcopi Nivelonis exaratum » (...)
 
Apparu au début du Ve siècle, le cierge pascal est un cierge de grande taille, fait d’une cire très pure, décoré d’une croix rouge, béni et allumé au début de la célébration solennelle de la veillée (...)
 
En 1425, pendant qu’une partie de la France était tombée momentanément au pouvoir des Anglais, après de longues et terribles guerres, on vit à Paris les habitudes, les coutumes et les jeux de la nation (...)
 
Quand on voit avec quelle simplicité les femmes se coiffent aujourd’hui, on a peine à comprendre comment, sur la fin du dernier siècle, elles avaient été amenées à donner à leur coiffure des formes si (...)
 
Les femmes de Beaucaire, de Tarascon et d’Arles se distinguent par le mouchoir de mousseline ou de soie, bariolé de vert et de jaune, dont elles entourent leur tête. Elles aiment beaucoup les bijoux (...)
 
Jusqu’au XVIIIe siècle, et particulièrement en France, une coutume consistait à excommunier les acteurs de théâtre, les comédiens se voyant contraints de renoncer aux planches avant de se marier. (...)
 
Les Bénédictins ont compté, pour l’Occident seul, six dates différentes qui servaient autrefois de point de départ à l’année nouvelle. Ce sont, si l’on suit, non l’ordre historique, mais celui du (...)
 
Comment faisaient les dormeurs à l’horloge biologique mal réglée pour commencer leur journée de travail en même temps que les poules ? Comment les esclaves et les servants se levaient-ils avant leurs (...)
 
Encadrée et facilitée au XIXe siècle, notamment par la mise en place d’amphithéâtres publics où exerçaient les professeurs d’anatomie, la dissection, offrant aux hommes de science l’opportunité de (...)
 
La confiture, qui est aujourd’hui le dessert populaire par excellence, écrit en 1920 le chroniqueur Ernest Laut, était autrefois un mets de luxe, le sucre étant cher : on n’en mangeait pas une once (...)
 
Au mois de mars 1585, Henri III institua une confrérie dite des Pénitents blancs ; le costume de ces pénitents était de blanche toile de Hollande en forme d’aube, leur couvrant la tête et leur voilant (...)
 
Genre très français, le conte, qui ne cessa de plaire à nos aïeux, connut, au cours des âges, de nombreuses variations, chaque époque y ayant marqué son empreinte. Miroir où se reflètent les mœurs des (...)
 
Conteur, philosophe, avocat, architecte, académicien, Charles Perrault eut une existence bien remplie, écrivant de longs poèmes, polémiquant avec Boileau sur l’éternelle question des Anciens et des (...)
 
S’indignant en 1889 contre des réformes annoncées de l’orthographe, relatives notamment à la suppression d’accents qualifiés d’inutiles et de traits d’union, ou encore à la simplification du pluriel de (...)
 
Dix ans avant l’accident de la Champagne qui, à la suite d’une avarie, resta en détresse en pleine mer sans qu’on eût de ses nouvelles, plusieurs essais fructueux de correspondance en mer avaient été (...)
 
Il semble bien qu’il n’ait jamais existé en France ni ailleurs une définition officielle de la Course maritime, au sens d’une définition juridique formulée ou officiellement adoptée par un gouvernement. (...)
 
Le coup d’envoi de cette fête burlesque qui se déroulait à Rouen, était la présentation à la grand’chambre et à l’approche des jours gras, d’une requête en vers qui faisait aussitôt suspendre les travaux de (...)
 
Au début du XXe siècle, un ancien secrétaire-rédacteur de celle que l’on désigne alors sous le nom de Chambre des députés, consigne à son sujet quelques anecdotes et souvenirs, invitant ses lecteurs à (...)
 
Lieux de rassemblement de filous, pendards et malades simulés, les Cours des Miracles tiennent leur nom du fait que sitôt la frontière avec les rues de la ville franchies, les maux dont semblait (...)
 
Il existait à Montagnac divers usages ; nous ne parlerons que des principaux. Le plus ancien de tous est celui qu’on appelle La Gerbe au Clocher. On pratiquait cet usage de la manière suivante. Le (...)
 
Sous la loi féodale, on ne connaissait point la formule des sommations respectueuses et l’héritière d’un fief, dès qu’elle était nubile, recevait un mari des mains du seigneur dont elle relevait. Il (...)
 
Il existe une coutume funèbre au sein de l’Église grecque, et qui est pratiquée dans l’empire de Russie : c’est un bandeau qui couronne le front du défunt et de la formule d’absolution que le pope lit (...)
 
En Bourgogne, pays par excellence de l’hospitalité cordiale et généreuse, la bonne chère est de règle. Dans sa capitale comme dans ses grands centres, on trouve, aussi bien que dans la capitale de la (...)
 
Comme bien d’autres, les anciens usages relatifs à l’alimentation, spécifiques à chaque ancienne province de France, tendent rapidement à disparaître. L’alimentation était jadis des plus primitives et (...)
 
C’est à l’occasion de la fondation d’une Ligue des Gourmands par l’Union des cuisiniers français de Londres, que Le Petit Journal rend hommage à la cuisine française et à ses chefs, dont les talents ont (...)
 
Dans plusieurs de nos départements du Midi, une danse, encore en usage les jours de fêtes publiques et surtout le mardi-gras, représente la danse candiote des Grecs, que grava Vulcain sur le fameux (...)
 
Aux XIV et XVe siècles, les peuples d’Occident, en état de sous-alimentation chronique, vécurent dans une déficience biologique propice à la propagation des maladies épidémiques, le terrain émotionnel (...)
 
La plus originale des danses languedociennes est le chibalet, en français chevalet, dansée exclusivement à Montpellier. Un jeune homme monté sur un cheval de carton (qui n’est qu’un cheval postiche (...)
 
La réputation des Poitevins comme danseurs est sans doute antérieure au XIIIe siècle, et quatre siècles plus tard, ils n’avaient pas dérogé, représentant la France dans le ballet des nations, (...)
 
Dans la belle saison, chaque bourg, chaque village, chaque hameau de Provence a son jour de fête, son train. Plusieurs jours à l’avance, une vingtaine de jeunes tambourins vêtus de blanc, leurs (...)
 
Pratiquée par Sully lui-même et régnant sans partage au XVIe siècle cependant que les personnages les plus graves et les plus austères aiment danser, la Pavane est bientôt supplantée par la Courante (...)
 
N’apparaissant guère qu’à la fin du XVIe siècle, l’affiche imprimée est dans un premier temps réservée aux annonces et renseignements officiels, sans recherche d’élégance, avant que le boniment-réclame (...)
 
Croirait-on que l’engouement réel pour les décors au théâtre ne prit racine en France qu’au milieu du XVIIe siècle, palliant ainsi la trop grande propension aux tirades et aux monologues descriptifs (...)
 
Quelques années après l’apparition du Petit Saint-Thomas en 1830, premier grand magasin parisien, et cependant que ce type de commerces commence de prendre l’avantage sur les anciennes boutiques, (...)
 
Nos ancêtres rivalisaient d’imagination dans la confection des œufs de Pâques : qu’ils soient ensorcelés ou à la tenaisie, destinés aux courtisans ou obtenus de vieux (...)
 
Paru pour la première fois en 1694 après 55 années de labeur, le Dictionnaire de l’Académie française, s’adressant à ceux « qui sont quelquefois en peine de la véritable signification des mots et n’en (...)
 
Entre tous les traditionnismes, le traditionnisme vendéen, essentiellement gaulois, expose à l’inconvénient de parler crûment, notamment au chapitre des dictons, proverbes et locutions populaires, (...)
 
C’est le dimanche qui précède celui de Pâques, et le dernier du Carême
 
Il fut un temps où, dans les dîners en ville, la mode de faire circuler les plats à la ronde et d’offrir à chaque convive tout ce qui paraît sur la table, usage qui semble indiqué par la plus simple (...)
 
En l’an de grâce 1429, par une de ces journées où manants, petits bourgeois et grands seigneurs ont le cœur joyeux, il y avait dans la capitale du fameux duché de Bourgogne une grande affluence de (...)
 
Les collégiens d’autrefois étaient, de tous les travailleurs de ce temps, les seuls qui ne fussent jamais assurés de jouir du repos hebdomadaire, la retenue du dimanche leur étant parfois infligée (...)
 
Recevrons-nous, un jour prochain, nos lettres par la « torpille postale » ? s’interroge en 1928 un chroniqueur du Petit Journal, qui ajoute que cette torpille vous a un petit air belliqueux qu’on (...)
 
Si le conquistador espagnol Hernán Cortés (1485-1547) est le premier qui importa en Europe en 1528 le cacao après sa conquête du Mexique, Christophe Colomb en avait déjà reçu des Aztèques en 1502. (...)
 
L’usage des duels proprement dits s’est introduit chez nous vers le règne de Charles VIII ; mais au XVIe siècle et au XVIIe, la fureur de ces combats singuliers, qui, la plupart du temps, n’étaient (...)
 
Fort importante dans les Ardennes, l’industrie du tannage des peaux tenait son essor à l’abondance de l’écorce du chêne, laquelle contient le principe particulier ayant la propriété de pénétrer dans la (...)
 
Aucune littérature, affirme en 1923 l’auteur de bande dessinée Alain Saint-Ogan, qui deux ans plus tard créera la depuis célèbre série Zig et Puce, ne possède de plus beaux contes de fées que la (...)
 
Après que la Terreur eût cessé une fois Robespierre exécuté, la France, qui par tant de blessures avait versé son sang, respira et sourit à l’heure nouvelle : tout le monde avait soif d’oubli et de (...)
 
De pittoresques enseignes décoraient jadis les boutiques parisiennes et donnaient aux rues de la ville la physionomie la plus originale. Quel spectacle amusant ce devait être que celui de ces rues (...)
 
Si, à la différence du costume d’académicien, aucun texte ne rend l’épée obligatoire, elle constitue, en tant qu’attribut personnel du nouvel académicien, un objet à forte charge symbolique, encourageant (...)
 
Selon Legrand d’Aussy, nos ancêtres avaient une véritable passion pour les assaisonnements forts, ce goût participant d’un principe d’hygiène : accoutumés à des nourritures très substantielles, qu’ils (...)
 
Où l’on apprend qu’au moine bourru succéda le célèbre Croquemitaine, capable de débusquer un enfant qui pleure et de pénétrer dans une maison portes et fenêtres closes, et aidé de son geôlier Bras de Fer, (...)
 
Consistant à se balancer sur une corde attachée à deux arbres et sur laquelle on adapte parfois une espèce de fauteuil enveloppé d’un filet, le jeu de l’escarpolette remonterait aux fêtes données en (...)
 
Le 31 décembre 1911, le chroniqueur Jean Frollo du Petit Parisien s’attarde sur la coutume bien enracinée des étrennes marquant le début de l’année, tradition indifférente aux variations de la date (...)
 
En parlant des étrennes, on ne peut se dispenser de remonter, non pas aux Grecs, mais du moins aux Romains, inventeurs de cet usage. Le premier endroit de l’histoire romaine nous apprenant cette (...)
 
Lorsqu’en 1909 est posée la première pierre de la nouvelle Maison des Etudiants, le journaliste et romancier Alfred Capus, futur Académicien, prononce une piquante harangue, comparant l’état d’esprit (...)
 
S’il y avait autrefois, dans tous les corps de métiers, des farces traditionnelles qui se renouvelaient chaque année le premier avril et dont les premières victimes étaient les apprentis, certains (...)
 
Cependant qu’au XVIIIe siècle la plaisanterie classique du 1er avril consistait, dans les milieux professionnels, à envoyer les apprentis nouveaux venus quérir d’improbables articles, au XIXe siècle (...)
 
Les lippées et ripailles illustres de Grandgousier et de Gargantua, décrites par messire Alcofribas, dit Rabelais, en son livre mirifique, peuvent seules donner une idée de la largesse et de la (...)
 
Célébrée quarante jours après Pâques la fête de l’Ascension marque l’élévation du Christ au ciel après sa résurrection. C’est dans les Actes des Apôtres que nous trouvons un récit circonstancié : Jésus est (...)
 
C’est le jour dit de l’Assomption qu’après s’être distinguée, pendant toute sa vie, par la pratique des vertus les plus rares et les plus sublimes, la Vierge Marie termina, par la mort la plus sainte et (...)
 
Le 18 floréal de l’an II (7 mai 1794), la Convention, sur la proposition de Robespierre, avait adopté par acclamation un décret dont l’article 1er était ainsi conçu : « Le peuple français reconnaît (...)
 
Cette fête, célébrée à Rouen, était l’une des plus anciennes de la Normandie. Elle portait aussi le nom de privilège de la Fierte, et voici son origine, suivant le P. Pommeraie : « Il se forma, dit cet (...)
 
On appelle passée d’août, en Normandie, une coutume qui doit dater de fort loin. Elle a ordinairement lieu vers la fin du mois dont elle porte le nom. Dans toutes les fermes un peu considérables de (...)
 
Excepté sous la Révolution, la fête de la Saint-Siffrein, en hommage au saint du VIe siècle dont les reliques furent, selon la tradition, « amenées » à Carpentras par deux voleurs, fut toujours célébrée (...)
 
A huit kilomètres de la ville d’Auxerre, lorsqu’on a gravi péniblement la première des montagnes de l’ancienne route de Lyon, on découvre, au milieu d’un fertile vignoble, la petite ville de Saint-Bris. (...)
 
Avant la suppression des droits féodaux, il existait à Autun, en Bourgogne, une cérémonie annuelle bien singulière, dont l’origine inconnue à ceux même qui en profitaient, et qui, par état auraient dû en (...)
 
Du passage d’Annibal et de l’occupation des Romains, le Roussillon a gardé dans ses coutumes populaires des traces si puissantes, que vingt siècles de christianisme n’ont pu les (...)
 
Depuis longtemps, il existait dans la ville de Régny une sorte de réjouissance qui consiste en ce que tous les garçons de la ville et ceux de la campagne, au-dessus de l’âge de dix-huit ans, (...)
 
Il existe encore aujourd’hui dans la principale ville des Vosges, à Epinal, un vieil usage fort singulier ; c’est la fête des Champs-Golot. Qui a institué cette fête ? A quelle époque a-t-elle été (...)
 
La fête des Fous se célébrait jadis à Sens. C’était le carnaval du Moyen Age et une imitation des Saturnales. On élisait un évêque des fous, et des prêtres, barbouillés de lie et habillés d’une manière (...)
 
Une des places de Montélimar porte le nom de Mai ou des Bouviers. C’est là que, le 30 avril de chaque année, les bayles et les laboureurs plantent le mai. C’est une sorte de prélude à la fête des (...)
 
Pfeiffertag ou Journée des Ménétriers, se célèbre tous les ans, en septembre, dans la petite ville alsacienne de Rappoltsweiler, plus familière aux mémoires françaises sous le nom de Ribeauvillé. (...)
 
Chaque année, la fête des mères est célébrée en France à la fin du mois de mai ou au début du mois de juin. Le point sur cette tradition.
 
Son instauration officielle dans notre calendrier, le dernier dimanche de mai, fut votée le 24 mai 1950, sous la présidence de Vincent Auriol. La Fête des Mères a donc, officiellement, 65 (...)
 
Il est dans les Hautes-Alpes un village niché au sein d’une vallée si encaissée que ses habitants, privés de la lumière directe du soleil pendant près d’un tiers de l’année, célébraient avec force (...)
 
La fête des Rois a une double origine, une origine païenne et une origine chrétienne ; et on peut dire qu’elle vient de l’une ou de l’autre de ces deux sources si contraires, selon l’esprit de ceux qui (...)
 
Si de tout temps l’Église avait fait des prières pour les défunts, aucun jour particulier ne leur était consacré avant le XIe siècle. C’est Odilon, abbé de Cluny en un temps où ce monastère étendait son (...)
 
Tous les ans, depuis la fondation de la ville d’Hazebrouck, de la halle, qui occupait l’emplacement actuel de l’Hôtel de Ville, on lâchait un lièvre que les meilleurs jouteurs des communes d’alentour, (...)
 
Tous les ans, à Jumièges, le 23 juin, veille de la Saint-Jean-Baptiste, la Confrérie du Loup-Vert va chercher son nouveau chef ou maître dans le hameau de Conihout ; c’est là seulement que l’usage (...)
 
Mouterhouse, village des cheminées et des vents noirs, a, indépendamment de ses fêtes religieuses, ses ducasses civiles, dont les dates s’échelonnent le long du calendrier et auxquelles se rattachent (...)
 
Longtemps, la renommée conserva dans la région le souvenir de la fête et des largesses du marquis de Brunoy, jusqu’à ce que les années fissent silence sur la cérémonie extravagante qui avait accompagné (...)
 
Les fêtes de la Provence recevaient généralement le nom de Trains ou de Roumeirages. C’était pour la plupart des fêtes patronales. Les instruments qui s’y faisaient communément entendre, étaient un (...)
 
Dans l’ouvrage Névrose révolutionnaire paru au début du XXe siècle, on peut lire en ce qui concerne les fêtes révolutionnaires, le passage suivant : « Un proverbe connu dit que chez nous tout se termine (...)
 
Bien loin d’être exhaustif, un pittoresque tour d’horizon des fêtes, processions et autres réjouissances qui rythmaient la vie de nos ancêtres, nous est proposé par un chroniqueur de la Semaine des (...)
 
Si le feu de la Saint-Jean était au Moyen Age l’occasion de ramasser des os d’animaux afin de les brûler en imaginant se préserver ainsi des dangers de la peste, il semble avoir auparavant existé (...)
 
Dès la veille de le Saint-Jean, on voit des troupes de petits garçons et de petites filles en haillons aller de porte en porte, une assiette à la main, quêter une légère aumône : ce sont les pauvres, (...)
 
Lorsque le poète et romancier breton Charles Le Goffic brosse au début du XXe siècle un panorama des fêtes et coutumes populaires, il n’y a déjà plus guère de feux de la Saint-Jean qu’en Bretagne, en (...)
 
C’est dans le bois de Monthéty, près de Lésigny, qu’est érigée en 1167 par l’évêque de Paris une abbaye du même nom qui disparaît quelques décennies plus tard, la poursuite d’un culte dans la chapelle (...)
 
Cette foire est un rendez-vous annuel que donne la petite ville de Challans à tous les habitants des régions avoisinantes. A dix lieues à la ronde, du fond du bocage vendéen, des confins de la (...)
 
Il se tient à Rouen, chaque année, quatre foires, qui ont lieu en février, mai, juin et octobre : c’est du moins ce qu’indique l’Almanach de la ville ; mais en réalité, de ces quatre foires, on ne doit (...)
 
Les Folies, qui donnèrent naissance au Carnaval, se célébraient à Dunkerque le 24 juin, jour de la Saint-Jean ; et elles attiraient un tel concours que souvent les curieux, ne pouvant trouver place (...)
 
Occupant un point septentrional du Gers, le village d’Avensac, situé non loin de la route conduisant de Montauban à Auch, était encore chaque année, au XIXe siècle, le théâtre, au jour fixe de (...)
 
Le football tel que nous le connaissons aujourd’hui, bien différent de la sphéristique grecque, n’entra dans la pratique de la jeunesse française qu’à la fin de 1888 ; et c’est aux potaches de l’école (...)
 
Comprenant le coût entier du procès, notamment les frais d’instance et les frais de voyages et de nourriture, les dépens avaient, avant la Révolution et notamment au XIVe siècle, une portée (...)
 
Si un document du XIe siècle semble indiquer que les Caves ce Roquefort étaient connues bien avant cette date, à l’origine les producteurs de fromage apportaient simplement en dépôt leurs produits (...)
 
Naguère on accourait en foule de tous les points de la Normandie, et même de l’Angleterre, admirer chaque année à Rouen, le jour de l’Ascension, le spectacle d’un meurtrier arraché à l’échafaud, (...)
 
Au début du XXe siècle, deux figures de la gastronomie, Maurice Edmond Sailland, dit Curnonsky, humoriste et critique culinaire français surnommé « le prince des gastronomes », et Marcel Rouff, poète (...)
 
A l’occasion de Noël, il se fait une grande consommation de gâteaux qui, suivant les provinces, portent différents noms. Voyage au coeur du monde des friandises de Noël, des coigneux vosgiens (...)
 
Au lendemain du Congrès national des droits civils et du suffrage des femmes congrès tenu en 1908, Jean Frollo, chroniqueur du Petit Parisien, profite de l’occasion pour rappeler à ses contemporains (...)
 
Si le mot « gentilhomme » évoque encore pour certains esprits poétiques le type idéal de la vaillance et de la galanterie, si nous connaissons bien par l’histoire et par les souvenirs d’art des siècles (...)
 
Pratiqué chez tous les peuples et à toutes les époques, la loi de Moïse prescrivant ainsi aux Hébreux de laisser le pauvre, la veuve, l’orphelin et l’étranger glaner dans les champs, le glanage existe (...)
 
Au milieu du XIXe siècle, cependant que certains historiens associent volontiers le Moyen Age à une période d’obscurantisme et de tyrannie seigneuriale, vision erronée dont le caractère mensonger ne (...)
 
Il n’est pas besoin de sortir de France pour trouver des moeurs nouvelles et des habitudes étranges. Notre gravure reproduit l’aspect d’un costume certainement des plus singuliers, et que l’on (...)
 
Fluctuant de façon arbitraire et excessive en dépit des ordonnances royales qui tentaient de le fixer, le prix des gîtes et des repas s’entendait de surcroît pour jouir d’une cuisine d’aubergistes peu (...)
 
Jadis uniquement mets de riches, les huîtres, grandement appréciées des Romains, sont aujourd’hui consommées en quantités innombrables aux réveillons de Noël et de la Saint-Sylvestre. Denrée privilégiée (...)
 
Connu et apprécié des Grecs et des Romains pour se répandre plus tard chez les Gaulois, l’hydromel, boisson des dieux issue de la fermentation d’eau et de miel dans des proportions variant suivant les (...)
 
Une étude sur nos anciennes écoles primaires n’est pas seulement un objet de bien légitime curiosité, mais permet également d’infirmer un courant d’opinion vivace né au XIXe siècle voulant que (...)
 
Parmi les innombrables jeux de société pratiqués dans l’Occident médiéval, le plus répandu, celui auquel on joue partout, à tout moment, dans toutes les classes de la société, n’est pas le jeu de dés, (...)
 
La Fronde (1648-1653), née d’un mécontentement prenant sa source dans la crise économique et l’augmentation de la pression fiscale en vue de faire face aux dépenses de la guerre de Trente Ans, assiste (...)
 
Qui ne connaît le classique Jeu de l’Oie ? En 1879, il venait d’être renouvelé, sous une forme singulièrement plus souple et avec un but bien plus élevé, pour fournir un moyen d’instruire en amusant. Il (...)
 
Nous le connaissons tous pour nous y être livrés dans notre enfance : Un des joueurs, tenant à la main un mouchoir et sautant sur un seul pied, poursuit ses camarades ; on l’appelle le diable (...)
 
Les sports de souplesse, de force et d’adresse que sont les jeux de balle, de pelote et de paume sont, peut-on dire, de véritables jeux de France, car s’il est vrai que le tennis nous vient (...)
 
Relatant les jeux de la Tarasque se déroulant en 1846, un chroniqueur du temps nous explique qu’alors, au milieu de cette population en rumeur, à entendre ces cris de fête, à voir ces costumes d’un (...)
 
Puy des Ballades, Puy d’Amour, Prince des Sots ou Evêque des Innocents : parmi les distractions de nos aïeux du XVe siècle, figuraient en bonne place, et pour la ville d’Abbeville, en Picardie, les (...)
 
A l’approche de la Noël 1872, le romancier et journaliste Paul Parfait, qui fut également secrétaire d’Alexandre Dumas père, vante les mérites et les bienfaits de l’existence des « boutiques à un sou », (...)
 
Les coutumes du jour de l’an sont vieilles comme le monde. Etrennes, cadeaux, visites, échanges de souhaits qui ne sont peut-être pas toujours sincères : on peste un peu contre tout cela. Mais quoi (...)
 
Dans son Journal d’un écolier publié en 1921, René Fournier se remémore un jour de rentrée pas comme les autres, découvrant une nouvelle école cependant que la famille avait quitté Lyon pour s’installer (...)
 
Parfois exclusivement associé à l’apparat et aux dépenses somptuaires tandis que le paysan, à en croire notamment La Bruyère, crie misère et famine, n’ayant rien d’autre à se mettre sous la dent que de (...)
 
On fixe communément l’origine des tournois au XIe siècle, et l’on cite quelques gentilshommes qui en auraient été les inventeurs : l’un d’entre eux serait Geoffroi de Preuilly, mort en 1066, et sans (...)
 
A la fin du XIXe siècle, les joutes sur l’eau connurent un regain d’intérêt, certains journaux sportifs en quête de choses inédites dans leur littérature spéciale s’étant avisés de les découvrir. Du (...)
 
Déjà bien enracinée au Moyen Age, l’habitude de proférer des jurons considérés comme sacrilèges, notamment mentionnée au sein d’une bulle de la fin du XIIe siècle du pape Innocent III, fit l’objet, de la (...)
 
Qu’y a-t-il de plus populaire — dans toutes les acceptions du terme populaire — que ces éléments du discours familier de toutes les époques et qui, depuis le Moyen Age jusqu’au classicisme, émaillent (...)
 
Au Moyen Age un homme qui en injuriait un autre, payait une amende de quelques sous ; si au contraire une femme « disoit vilonie à une autre », elle payait également l’amende ; mais, en outre, on (...)
 
Savez-vous que des siècles durant et bien avant la mise en œuvre du changement d’heure, nos ancêtres ont distingué « l’heure d’été » et « l’heure d’hiver », horam aestivam et horam brumalem, comme le disent (...)
 
On donnait dans l’Antiquité le nom de labyrinthes à ces édifices considérés par les anciens auteurs comme inextricables et composés d’allées ou de galeries dont les innombrables ramifications mettaient le (...)
 
Si l’usage voulait que l’on lâchât des oiseaux pour célébrer l’entrée des rois de France à Paris, la coutume prévalait également dans les églises de la capitale pour la Pentecôte, et fut d’ailleurs à (...)
 
Sans doute la connaissance de la langue du blason est de nos jours moins utile pratiquement que la connaissance d’une langue étrangère. Si on ne l’enseigne point aux examens d’entrée de nos grandes (...)
 
Depuis le milieu du XVIIe siècle, la règle voulait que pour tous les actes diplomatiques l’usage de la langue française fût général. Et si au lendemain de la Première guerre mondiale les circonstances (...)
 
Danses en usage dans le Roussillon, et particulièrement à Perpignan, les baillas ont lieu à des époques fixes dans chaque quartier. Alors on établit une sorte de foire dans le voisinage de l’église, (...)
 
Il a fallu lutter longtemps contre l’obstination des tribunaux français à faire usage du latin dans leurs actes, et les documents empruntés à la justice ordinaire plaident en défaveur de la latinité (...)
 
On ne trouve point dans l’Évangile de précepte ordonnant le jeûne ou l’abstinence de viande, le Christ semblant même blâmer cet usage, et si dès le IIIe siècle on attache une plus grande idée de sainteté (...)
 
L’Ancien Régime vit se créer un grand nombre d’ordres de chevalerie. Mais la plupart n’allèrent pas au delà de la Renaissance, quatre seulement subsistant jusqu’à la Révolution. Prenant conscience que (...)
 
Il existait, au XVIIe siècle, un service régulier de voitures qui avait nom « les Coches » : il s’agissait d’une modeste « carriole couverte en forme de coche », qui s’y reprenait à deux fois pour faire (...)
 
Abolies par la Révolution, les lettres de cachet délivrées au nom du roi permettaient à ses sujets de régler directement des litiges privés. Au prix de certains abus. L’ouvrage de Claude Quétel (...)
 
Témoins de la physionomie de la société de leur époque, les premiers ouvrages de nos aïeux furent un composé de sentiments chevaleresques, religieux et amoureux, désigné par le nom de roman, car (...)
 
Lot était un mot gaulois qui signifiait une pièce de monnaie, et quelquefois exprimait une fraction de poids. Dans le XVIe siècle, on se servait, pour désigner une loterie, du nom de blanque (du mot (...)
 
Connu des Romains, ce jeu de hasard est dans un premier temps institué par François Ier pour renflouer le Trésor royal puis parer à la prolifération sans contrôle de jeux d’argent et l’usage pernicieux (...)
 
On sait que la gymnastique était fort en honneur chez les anciens. Ils cultivaient avec soin particulier tous les exercices qui entretenaient la force et l’adresse corporelles. La plupart des (...)
 
Héritée du droit romain, une coutume particulièrement connue en Bresse, mais également en Cornouailles, voulait que tout individu construisant en une seule nuit sa maison sur un terrain communal (...)
 
Dans une partie du midi de la France, avant la Révolution, le mariage était précédé de neuf jours par les fiançailles qu’un prêtre bénissait, et de deux à trois jours par une visite que les jeunes parents (...)
 
Lorsqu’un garçon a formé le dessein de se marier, un de ses amis se charge des négociations préliminaires. Sous le nom burlesque de Trouille-Bondon, il se rend chez les parents de la fille, où, après (...)
 
Le Mantois est presque encore la banlieue de Paris et, cependant, les vieilles coutumes y ont longtemps résisté aux influences des moeurs parisiennes. A la fin du XIXe siècle encore, les jeunes gens (...)
 
Il existait encore au XIXe siècle, dans le Morvan, des coutumes particulières à ce pays et qui, à travers bien des siècles, étaient venues jusqu’à nous, sans presque s’altérer, se révélant surtout (...)
 
Tout mariage dans le Vimeu – région naturelle arrosée par la Vimeuse et délimitée par les vallées de la Bresle et de la Somme –, s’il était synonyme de réjouissances gastronomiques midi et soir, observait (...)
 
Lorsqu’un garçon et une jeune fille revenaient d’une foire, si le garçon était à la gauche de la fille et lui portait, soit son panier soit son parapluie, c’était qu’ils étaient fiancés. Du jour où un (...)
 
Une joyeuse histoire est la piquante tradition du vieux Saint-Denis, oubliée sans doute par ses habitants actuels, mais que ses doyens du milieu du XIXe siècle racontaient encore : c’est la coutume (...)
 
Chaque année, la Sainte-Chapelle est rendue, pour un jour, au culte : on y célèbre la messe Rouge. Le 25 octobre 1883, M. Martin-Feuillée, alors ministre de la justice, adressait aux parquets, à (...)
 
En 1443, les Anglais, sous les ordres du fameux Talbot, assiégeaient la ville de Dieppe. Déjà les habitants, bloqués depuis neuf mois, commençaient à perdre courage, lorsque le dauphin, fils de Charles (...)
 
Une preuve que le premier mai ramenait anciennement la fête de la Terre, c’est la manière dont se célébrait encore au XIXe siècle dans le département de la Drôme la plantation du mai. Une des places de (...)
 
Autrefois, alors que le machinisme n’existait pas encore, que les ouvriers trouvaient facilement du travail et faisaient des journées qui commençaient à l’aube pour se terminer au clair de la lune, la (...)
 
Destiné à obtenir des témoignages lorsque ceux-ci s’avèrent inexistants ou non concluants dans le cadre d’un procès criminel, le monitoire est créé en France par le pape Alexandre III au XIIe siècle mais (...)
 
Si la coutume de se fleurir de muguet le 1er mai s’enracine en 1907 en région parisienne et symbolise le retour véritable des beaux jours, elle puiserait son origine sous Charles IX, qui en 1561 (...)
 
Qui se serait imaginé que nous aurions un jour, en France, à Paris, un musée de Poupées, et qu’il serait impossible de faire une visite à ce petit monde inanimé, à ce monde des légendes et des contes, (...)
 
Au XIXe siècle encore, notamment en Anjou et dans l’Orléanais, tout mariage supposait l’accomplissement d’un cérémonial scrupuleusement observé, impliquant de piquer le marié et la mariée jusqu’au (...)
 
Dès que l’homme commença à cultiver la terre, il suivit attentivement la trajectoire du soleil tout au long de l’année, car c’était de lui que dépendait la nourriture, la chaleur et le bien-être. Le cours (...)
 
La Messe de minuit était ordinairement précédée d’un repas maigre (en Provence, on le nommait le gros souper) ; elle était suivie d’un repas gras qu’on était convenu d’appeler, dans toutes les provinces (...)
 
Une notice sur Beaufort, commune de l’Anjou, mentionne une très ancienne coutume dont il ne reste pas trace dans les traditions du pays. C’était, à Beaufort, un usage que tous les jeunes gens mariés (...)
 
On ignore l’origine du mot Noël, qui semble particulier à notre langue ; on ne le trouve ni dans la liturgie grecque, ni dans la liturgie latine, et, malgré sa désinence hébraïque, il est également (...)
 
La tradition rapporte que les mages, entrant dans la maison désignée par l’étoile d’Orient et où se trouvait l’enfant avec Marie sa mère, lui offrirent des présents : de l’or, de l’encens et de la myrrhe (...)
 
Quelles douces heures que celles des veillées de décembre et quel charme elles ont laissé dans nos souvenirs d’enfance ! Alors au foyer brillent les joyeuses flambées, pendant que le vent ébranle la (...)
 
Les anciens "Noëls" au sein desquels le latin le céda peu à peu aux différents patois, sont sans doute ceux qui offrent le plus d’intérêt parmi les chants populaires du Moyen Age et de la Renaissance ; (...)
 
Le Moyen Age proprement dit ne nous fournit une moisson très abondante de Noëls, cependant qu’aux trois ou quatre siècles qui précédèrent la Renaissance, la fête de Noël était plus populaire que de nos (...)
 
Si les jolies traditions populaires dont tous les peuples ont voulu poétiser la radieuse et sainte Noël varient suivant les époques en mettant en scène sabot, arbre de Noël ou encore crèche, il est en (...)
 
Nos aïeux mangeaient copieusement, et nos aïeules ne faisaient pas petite bouche. Mais c’est au XVIIe siècle que le raffinement se taille une place de choix, la cuisine française acquérant bientôt ses (...)
 
Si l’usage des étrennes nous vient des Romains (les premiers qui aient sacrifié à la déesse Strena), celui des cartes de vœux agrémentées de quelques mots de politesse ou vierges de toute mention, et (...)
 
Consistant en l’échange d’objets à l’occasion du nouvel an, la pratique d’étrennes qualifiées de « diaboliques » par les Pères et les conciles fut très tôt réprouvée et censurée par l’Eglise, au motif qu’il (...)
 
Ancêtre de l’immatriculation moderne, le numérotage des voitures publiques, qui n’avait pour but que de contrôler le service de ces véhicules, date de 1660 ; quant aux voitures privées, il arriva que (...)
 
En 1856, Charles Rozant s’interroge sur la signification d’un usage ayant survécu à beaucoup d’autres, bien qu’il n’ait peut-être jamais été complètement général dans tous les pays de l’Europe : celui (...)
 
Dans nos provinces françaises, en Suisse, en Allemagne, en Angleterre, c’est une ancienne coutume d’échanger, au temps de Pâques, des cadeaux d’oeufs ornés et coloriés. Inventer de nouvelles manières (...)
 
Pâques est par excellence la fête des oeufs : légendes et présents s’y rattachent, semble-t-il, avec toute la fatalité d’un mystère antique. Symbole d’éclosion et de joie, leur forme harmonieuse se prête (...)
 
En 1703 naît l’ordre éphémère et non chevaleresque de la Mouche à Miel : créé à Sceaux par la duchesse du Maine, consacré aux fêtes et à l’amusement, ses statuts prévoient de faire jurer aux postulants de (...)
 
Au début du XXe siècle, un chroniqueur du Petit Journal se penche sur le traitement de faveur octroyé aux orgues de barbarie, en ce sens qu’une loi de 1866 autorise de reproduire sur lui tous les (...)
 
On désignait autrefois sous le nom de pacte médical une convention verbale ou écrite, le plus souvent corroborée par un gage, que le médecin faisait avec son malade, convention par laquelle celui-ci (...)
 
Connu dès l’antiquité, le pain d’épice connut en France un essor dès le XVe siècle : confectionné exclusivement au sein des cloîtres avant cette époque, les sujets traités étant religieux, il adopte, entre (...)
 
La question du pain a toujours préoccupé les instances gouvernementales. Rappelons que c’est seulement par lettres patentes de 1305 (exactement du mercredi après l’octave de Pâques de l’an 1305) que (...)
 
Le jeu du papeguay, qu’on pourrait assez justement appeler le Tournoi de la bourgeoisie, remonte au commencement du quatorzième siècle. C’était un tir à l’arc, à l’arbalète ou à l’arquebuse, dont le (...)
 
Fête célèbre entre toutes, Pâques marque la résurrection du Christ, et s’accompagne d’une renaissance de la nature elle-même, longtemps engourdie sous son immense linceul de neige. Comme toute fête, elle (...)
 
À l’usage voulant au XIe siècle que l’archevêque de Besançon invite le jour de Pâques son clergé à dîner avant d’aller dire les grâces, s’ajoute au siècle suivant la coutume d’exécuter ensuite une danse (...)
 
Pour la vingt et unième fois, écrit un chroniqueur du Petit Parisien en 1937, nous avons l’heure d’été. La réforme, en effet, date de 1916. Si, au début, elle rencontra quelques résistances, vite (...)
 
De même qu’il y a eu jadis dans chaque pro­vince de France des coutumes, des usages, des costumes particuliers, de même il y eut aussi une grande variété de langages. Frères aînés de la langue (...)
 
En 1910, une société de philologues s’avise que, en plus d’un point, les patois de nos anciennes provinces sont en train de se perdre, et, armée de l’appareil à la fidélité duquel on peut se fier, (...)
 
C’est vers 1510 qu’embourbé dans un chemin aveyronnais, un charretier implora le Ciel de lui venir en aide et fut témoin, ainsi que toutes les personnes venues lui prêter main forte, de l’apparition (...)
 
Les treizième et quatorzième siècles, si profondément troublés par les prétentions du saint-siège à l’encontre de l’autorité souveraine des princes chrétiens et par la résistance de ceux-ci, furent une (...)
 
La Pentecôte (du grec pentecosté, cinquantième), que l’on appelait autrefois Pâques des Roses — sans doute parce qu’elle a lieu à l’époque des roses —, est destinée à rappeler aux chrétiens la descente du (...)
 
Le jeu du « Petit bonhomme vit encore » consiste à faire passer de main en main une paille allumée, ou, à défaut, un morceau de papier. La première personne donne ce flambeau à la seconde, en lui disant (...)
 
C’est à la puissante magie qu’exerce sur notre cœur et sur nos sens, le riant mois des fleurs, que nous attribuons l’usage de le célébrer soit par la plantation d’un arbre, soit par des danses et des (...)
 
Si plumes métalliques et plumes d’oie sont toutes deux usitées au Moyen Âge, les premières ne commencent à réellement s’imposer qu’à la fin du XVIIIe siècle, les grands écrivains de la première moitié du (...)
 
En France, avant la réforme métrique, les mesures variaient pour ainsi dire à l’infini, souvent sous le même nom, d’une province à l’autre, d’une localité à l’autre, et dans plusieurs localités selon les (...)
 
Le Poisson d’avril, tout le monde le sait, n’est autre chose qu’une attrape, un piège innocent (et bienséant, cela va sans dire) que l’on tend à quelque personne amie, parente ou familière, le premier (...)
 
Le premier soin des magistrats consistait à être avertis ponctuellement et dans les temps convenables de ce qui se passait à cet égard, afin d’apporter tous les secours et remèdes nécessaires. Il (...)
 
Une figure emblématique de l’influence, sur la société, de la police du temps de Louis XVI, est celle du lieutenant général Jean-Charles Lenoir succédant au plus connu Antoine de Sartine : mettant sur (...)
 
Paru dans sa huitième édition en 1675, le Nouveau traité de la civilité qui se pratique en France parmi les honnêtes gens nous donne à observer les codes de la politesse d’autrefois ainsi que les (...)
 
Ce n’est pas seulement dans les armes que nos ancêtres se sont rendus célèbres : leur réputation en politesse est un des plus beaux de leurs nombreux titres de gloire. Selon l’écrivain-éditeur (...)
 
L’art de la ponctuation écrite n’est ni absolu, ni immuable, n’ayant pas toujours existé et n’étant le même nulle part, les points de suspension étant ainsi encore inconnus au XVIIe siècle, eux qui n’ont (...)
 
Avant la découverte fortuite d’un gisement de kaolin aux environs de Limoges en 1761, la France n’était en mesure de produire que des pièces en porcelaine tendre, cependant que l’Allemagne limitrophe (...)
 
La France est le premier pays où le service de la poste ait été établi. C’est la France qui l’a enseigné aux autres nations. C’est elle ainsi qui a mis dans le monde une des plus puissantes ressources (...)
 
Aujourd’hui qu’il suffit de jeter une lettre dans une boîte après l’avoir affranchie, pour que cette lettre passant de main en main soit fidèlement et rapidement portée jusqu’au bout du monde, on peine (...)
 
Au milieu du XIXe siècle, Auguste Luchet, s’intéressant aux habitudes de la vie courante qui sous des dehors innocents sont en réalité le reflet d’une société corrompue, s’attaque sans concession et avec (...)
 
Le dimanche de Pâques varie chaque année : il est fixé après l’équinoxe de printemps, le dimanche qui suit la pleine lune. Mais si ce jour-là, les Chrétiens célèbrent la résurrection du Christ, pour (...)
 
On a calomnié la dureté des carêmes d’autrefois. Il est très vrai qu’ils faisaient perdre à la gourmandise quelques-uns de ses droits ; mais les délices qu’on refusait à la bouche, c’est à l’oreille (...)
 
Le Congrès des œuvres féministes tenu en 1913, offre l’occasion au Petit Parisien d’évoquer les premières figures revendicatrices dont l’Histoire retient les noms : sociétés mixtes du XVIIIe siècle, (...)
 
Il y a un siècle, Jean Frollo, du journal Le Petit Parisien, évoquait les premières grandes figures d’une presse ayant su se rendre indispensable aux hommes en répondant à leur curiosité universelle, (...)
 
Si la première mention d’affiches, au sens moderne du terme mais nommées à l’époque cédules, apparaît dans des lettres promulguées par Charles VI en 1407 visant à défendre et réprimer l’usage de (...)
 
Si le plus ancien des théâtres en plein air est celui de Guignol aux Champs-Élysées, créé en 1818, tirant son nom du Guignol lyonnais au caractère indépendant et facétieux né dix ans plus tôt, et (...)
 
Suivant un ancien usage qui paraît s’être établi vers la fin du quatorzième siècle, les ducs et pairs de France qui avaient leur pairie dans le ressort du parlement de Paris, fussent-ils princes, fils (...)
 
Si le premier journal est fondé par Jules César au temps de son premier Consulat pour combattre la puissance et amoindrir le prestige du Sénat romain, l’ancêtre de la Presse moderne entre bientôt dans (...)
 
Au XIXe siècle et jusqu’au début du suivant, c’est une presse enfantine de qualité, servie par des artistes talentueux et donnant plus tard naissance à une forme de dessins en action dont l’évolution (...)
 
Si les hommes n’ont pas les mêmes manies dans tous les temps, du moins, ils ont toujours des manies. Et si l’usage de priser, c’est-à-dire de s’introduire dans les narines une poudre brune, peu (...)
 
L’histoire qu’on nous enseignait autrefois faisait généralement un assez pitoyable tableau de l’existence des ouvriers et des paysans jusqu’à l’époque de la Révolution. A l’en croire, le peuple, jusqu’au (...)
 
Cette procession avait été instituée, vers l’an 1462, par le roi René. Il avait emprunté, pour en faire un spectacle magnifique, tout ce que la verve poétique de ce temps savait mêler de sacré et de (...)
 
Ce fut à Angers que Bérenger ouvrit ses prédications contre la présence réelle du Christ dans l’hostie, et cette hérésie, qui semblait ouvrir de loin la voie à Calvin et à Luther, agita profondément la (...)
 
Se déroulant chaque année la veille de la Saint-Jean-Baptiste, cette procession est l’une des rares grandes processions médiévales encore observée, le voeu de la Lunade ayant été fait en 1340 en raison (...)
 
La Procession de Valenciennes fut instituée dans cette ville, en reconnaissance de la faveur signalée d’un Cordon précieux dont la sainte Vierge l’entoura, en 1008, pour la délivrer du fléau de la (...)
 
A Pérouse prit naissance, en 1259, un de ces grands mouvements religieux dont l’histoire du Moyen Age offre plus d’un exemple. « Tout à coup, dit un chroniqueur, la peur du jugement dernier saisit les (...)
 
La procession des flambarts, dont l’origine très ancienne est inconnue, s’est constituée à Dreux jusqu’en 1790, malgré les efforts des intendants généraux pour abolir cette coutume où ils voyaient un (...)
 
Jadis, au bon vieux temps à Reims, en Champagne, avait lieu, le Mercredi-Saint de chaque année la cérémonie la plus bizarre qu’on puisse imaginer. Après le chant des Ténèbres, le clergé de Notre-Dame (...)
 
On célébrait anciennement, à Notre-Dame d’Évreux, une fête singulière que l’on appelait la cérémonie de Saint-Vital. Le premier jour de mai, le chapitre avait coutume d’aller au Bois-l’Évêque, près de la (...)
 
Si le prospectus publicitaire, dont le nom dérive de prospicere signifiant regarder en avant, existait dans la Rome antique et constituait pour les entrepreneurs des jeux du cirque une façon de (...)
 
Se pratiquant notamment en Lorraine et à l’origine de plusieurs procès visant à l’enrayer, la coutume consistant à promener sur un âne, un cheval ou un bœuf, le dos tourné à la tête de l’animal, tout (...)
 
En 1910, un chroniqueur du Petit Parisien, observant l’affluence en France d’étudiants venus de tous les points du monde, y voit une reconnaissance de l’excellence des universités françaises qui (...)
 
Il fut un temps où la langue française s’imposait jusqu’en Angleterre, les nobles anglais envoyant leurs enfants en France, afin qu’ils y perdissent, dit Gervais de Tilbury, la barbarie de la langue (...)
 
Se perdant dans la nuit des temps, les caractères des Chinois ou les hiéroglyphes des Égyptiens nous ayant conservé des traces très évidentes de cette origine, le rébus, qui fut chez nous très en vogue (...)
 
Opération destinée non seulement à dénombrer la population, mais encore à fixer notamment la quotité de certaines contributions ainsi que le nombre de conseillers municipaux, le recensement fut mis en (...)
 
C’est à la publicité, secteur d’activité encore balbutiant en France, que s’intéresse en 1909 un journaliste du Petit Parisien, comparant les méthodes américaines, à même de produire des dessins (...)
 
On ne peut fixer avec certitude l’époque de la création de cette redevance qui ne saurait remonter au delà de la fin du XIIIe siècle. C’est la collégiale de Saint-Pierre-des-Hoimnes, à Orléans, ainsi (...)
 
Si la célèbre courtisane Lola Montès écrit en 1858 qu’il est « fort heureux pour la race humaine que tous les hommes n’aient pas exactement un goût correct en matière de beauté féminine, car si tous (...)
 
Tous les lecteurs savent que la communauté dans le mariage est une espèce de société entre époux, dont l’effet consiste à mettre en commun le mobilier de chacun d’eux, les revenus de leurs bien propres, (...)
 
Ainsi que beaucoup d’améliorations et de découvertes utiles, les réverbères sont nés de la nécessité, imaginés pour éclairer le désordre des rues et pour le combattre, cependant que jusqu’au commencement du (...)
 
Désignant les trois jours précédant immédiatement l’Ascension, les Rogations doivent leur naissance à l’évêque saint Mamert, cependant que vers 470 un grand nombre de prodiges épouvantaient la ville de (...)
 
Rebaptisée « Halloween » après que le pape Grégoire IV eut introduit en France, en 837, la Toussaint fixée au 1er novembre, la fête celtique de Samhain existait voici plus de 2500 ans et se déroulait (...)
 
Durant les premiers siècles du Moyen Age chacun se rendait justice à soi-même : le fils tuait le meurtrier de son père, et, à défaut de fils, le, plus proche parent de la victime était son vengeur. Il (...)
 
La médication du temps passé, avec ses formules naïves et compliquées, réunissant les éléments les plus étranges, mélange pittoresque d’un peu d’observation et de beaucoup de superstitions grossières, nous (...)
 
Les amoureux évincés étaient jadis l’objet, en Bretagne notamment, d’un cérémonial singulier, se voyant par exemple remettre un bouquet de saule la veille au soir du mariage avec le ou la nouvel(le) (...)
 
Chez les Anciens, la sphéristique comprenait tous les exercices où l’on se sert d’une balle ; elle faisait une partie considérable de l’orchestique. On a fait honneur de son invention à Pithus, à (...)
 
C’est en 1560 que Jean Nicot, nommé l’année précédente ambassadeur de France au Portugal et qui avait planté dans ses jardins quelques graines de tabac reçues du Brésil, fait parvenir à Catherine de (...)
 
Si l’on admet qu’avant le XVIe siècle, il y eut « un métier » de la guerre, plus ou moins habilement pratiqué selon les temps, les circonstances, les aptitudes des chefs d’armée, le caractère physique (...)
 
En 1886, le journal Le Figaro rappelait à ses lecteurs l’origine de Thanksgiving, fête américaine alors religieuse et très peu connue chez nous, se déroulant le quatrième jeudi de novembre et dont (...)
 
En Champagne, le tir à l’oie permit jadis à tous, moyennant quelques liards rouges ou patards, de goûter à la volaille, au moins pendant l’automne. Pour décrocher une poule, un coq, une oie, et faire de (...)
 
C’est à partir du XVIe siècle qu’on se mit à chercher et à ajouter des raffinements aux supplices ; pendant les deux siècles précédents, la pénalité s’était quelque peu adoucie, on la rendit féroce. Les (...)
 
Terre gastronomique, la Touraine méridionale est riche de mets savoureux aux noms croustillants et alléchants, du cassemuseau que l’on se jetait à la tête le jour de Carnaval, à la russerole façon « (...)
 
La langue française désigne par cet unique mot fort heureux la solennité collective de tous les saints. Cette fête ne remonte pas aux siècles primitifs du christianisme. Voici quelle en a été (...)
 
Si nos lointains aïeux mangeaient lors de l’Épiphanie une simple « galette de ménage », la galette feuilletée telle que nous la connaissons aujourd’hui nous viendrait des croisades, la confection de (...)
 
De la bûche de Noël à l’arbre emblématique que l’on connaît aujourd’hui, en passant par les menus jadis pantagruéliques du réveillon car succédant à une période d’abstinence, ou encore aux chants (...)
 
Lorsqu’il est question des moeurs du XVIIIe siècle, viennent à l’esprit des scènes de galanterie, de mystérieux rendez-vous, des soupers dans les petites maisons, des enlèvements clandestins, avec le (...)
 
En 1911, avant la discussion prochaine au Sénat d’une proposition d’établir des tribunaux pour enfants sur le modèle de ceux mis en œuvre aux Etats-Unis quelques années plus tôt, le Journal des Débats (...)
 
Apparus vers la fin du XIe siècle, les troubadours, poètes chanteurs parcourant la France et visitant les cours des rois, des princes et des barons, étaient accueillis partout sans autre (...)
 
Pendant des siècles, les maisons de nos ancêtres furent totalement privées, non seulement de carreaux, mais aussi de fenêtres, et, même alors que des baies vinrent percer peu à peu les façades de (...)
 
Redevances offrant un caractère religieux En certains jours de fêtes religieuses s’exerçaient parfois des droits féodaux en rapport avec la fête ; ils avaient ordinairement pour origine quelque (...)
 
Dans une chronique de 1907 aux senteurs estivales, Henri d’Alméras aborde la question de la nécessité, pour le bon équilibre physiologique de ses contemporains, de prendre quelques semaines de (...)
 
Cet acte, lorsqu’il était régulièrement fait, était un des titres les plus utiles de tous ceux qu’un seigneur pût avoir dans ses archives, autant pour lui que pour son vassal. Il s’appelait aveu, parce (...)
 
Désignant jadis les chansons des villes, le vaudeville, genre ingénieux mais superficiel dont l’origine est attribuée à tort au poète normand Basselin, suscita à certaines époques un engouement (...)
 
Le vin est une chose si précieuse que les hommes des temps antiques en attribuaient l’invention à un dieu. Et leurs vendanges n’allaient jamais sans fêtes en l’honneur de Bacchus, fils de Jupiter et de (...)
 
Le Vendredi saint ou Grand Vendredi, est le vendredi de la semaine sainte, durant lequel on célèbre la fête lugubre de la passion et de la mort de Jésus
 
On peine de nos jours à imaginer toute la vie, si étrange et si fantastique, des comédiens ambulants, véritables bohémiens de la société moderne qui devaient rivaliser d’astuce et de débrouillardise (...)
 
En 1828, quelques anciens membres du Caveau moderne, société de gastronomes et d’épicuriens qui publia entre 1806 et 1815 un recueil mensuel sous le titre de Journal des Gourmands et des Belles, et (...)
 
Peu de gens connaissent les origines de nos grands vins, dont plusieurs durent, pour se faire apprécier à leur juste valeur, soutenir de véritables luttes, au nombre desquelles l’histoire retient la (...)
 
Le temps n’est plus où nos grandes chaussées étaient sans cesse animées par les diligences, les malles-postes, les voitures de poste et le roulage, conduites à grand bruit de feu sur le pavé, de (...)
 
La multiplicité des moyens de transport, l’incessant développement de la bicyclette et de l’automobile, la fièvre de vitesse qui agite aujourd’hui l’humanité tout entière, nous ont désaccoutumés de la (...)
 
Bref aperçu du costume de l’époque et de l’ameublement d’une demeure seigneuriale de ce temps
 
Jetons un rapide coup d’oeil à l’intérieur d’une demeure aisée au XIVe siècle, à cette époque de transition où déjà l’on trouve en germe les splendeurs de la Renaissance. Depuis la fin du siècle précédent, (...)