Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 19 juillet DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Coutumes et traditions : coiffures du XVIIIe siècle (dix-huitième siècle) - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Coutumes, Traditions > Coiffures du XVIIIe siècle

Coutumes, Traditions

Origine, histoire des coutumes, traditions populaires et régionales, fêtes locales, jeux d’antan, moeurs, art de vivre de nos ancêtres


Coiffures du XVIIIe siècle
(d’après un article paru en 1837)
février 2002, par LA RÉDACTION

 

Quand on voit avec quelle simplicité les femmes se coiffent aujourd’hui, on a peine à comprendre comment, sur la fin du dernier siècle, elles avaient été amenées à donner à leur coiffure des formes si extraordinaires et si démesurées. L’art d’un perruquier ordinaire ne leur suffisait plus, et il fallait y joindre celui du serrurier pour ajuster tous les ressorts de ces machines énormes qu’elles portaient sur la tête.

La caricature s’était emparée de cette mode ridicule, et en avait fait justice. Celle que nous donnons fut accompagnée de bien d’autres. On représenta les femmes ainsi coiffées, suivies de maçons et de charpentiers pour agrandir les portes par où elles devaient passer. On eut l’idée aussi de cacher de la contrebande sous ces gigantesques chignons, et de les faire ouvrir par les commis aux barrières, qui en tiraient des provisions suffisantes pour garnir un marché. Cependant il ne faut pas trop reprocher aux femmes cet attirail incommode qu’elles entassaient sur leur front ;

Une caricature de la fin du XVIIIe siècle
Une caricature de la fin du XVIIIe siècle

les hommes leur avaient donné l’exemple, et, avant qu’elles n’inventassent au dix-huitième siècle toutes ces modes exagérées, l’autre sexe en avait fait autant au dix-septième siècle.

Sous Louis XIII, les hommes portaient des calottes ; l’idée vint d’y joindre des cheveux postiches pour déguiser l’absence des cheveux naturels ; puis on parvint à faire tenir les cheveux postiches sans calotte, et alors la perruque fut trouvée. Cette invention fut déclarée admirable ; et Louis XIV était encore bien jeune lorsqu’en 1656 il créa trente-huit charges de barbiers perruquiers qui avaient le privilège exclusif de l’exploiter. Elle prospéra rapidement.

En 1673, Louis XIV institua deux cents nouvelles charges. Jusqu’alors, les rois de France et les gentilshommes s’étaient distingués par la barbe et par la moustache. Louis XIV ne garda plus qu’un léger filet au-dessous de la lèvre inférieure ; mais il remplaça l’ornement qui manquait au bas de la figure par celui qu’il ajouta sur le haut, et la perruque devint le signe de la noblesse.

Les perruquiers ne cessaient pas d’imaginer de nouvelles modes pour se rendre plus importants, et de s’éloigner toujours plus de la simplicité de la nature. Après avoir inventé la perruque, ils inventèrent la poudre. Louis XIV ne pouvait souffrir cette dernière création ; peut-être voyait-il, dans ces frimas artificiels qu’on voulait jeter sur sa tête, l’image de la vieillesse qui lui était odieuse, et dont il se défendit jusqu’au bout. Ce ne fut qu’à la fin de sa vie qu’il consentit à ce qu’on le poudrât un peu, de manière à ne le blanchir que légèrement. Mais Louis XV porta dès l’enfance cette poudre, symbole de vétusté, que son aïeul avait toujours repoussée. Les femmes conservèrent longtemps plus de simplicité dans leurs coiffures. Sous Louis XIV, elles n’avaient ni perruque ni poudre : sous Louis XV, elles se poudrèrent ; mais elles gardèrent leurs cheveux très bas par devant, de manière que leur front dominât et restât découvert.

Ce n’est guère qu’à partir de l’avènement de Louis XVI que les coiffures des femmes prirent ces accroissements bizarres dont nous parlions en commençant ; et une fois que cette mode fut prise, elle ne connut plus de bornes ; elle changea avec une rapidité merveilleuse, non pas pour se corriger, mais au contraire, pour prendre des développements toujours plus singuliers et plus extravagants.

La nomenclature de toutes ces coiffures est par elle-même fort curieuse. Les noms qu’on leur donnait venaient quelquefois de leur forme, comme ceux-ci : le hérisson à quatre boucles, le parterre galant, le pouf à la chancelière, le pouf à droite, le pouf à gauche, le bonnet à fusée, le casque à la Minerve ou à la dragonne, la Phrygienne, la Dauniène, la coiffure au Colisée, à la laitière, à la baigneuse, à la marmotte, à la dormeuse, à la paresseuse, à la paysanne, aux clochettes, aux aigrettes, au fichu, la corbeille, le croissant, la Circassienne, l’Orientale, le bandeau d’amour, le chapeau en berceau d’amour orné de fleurs.

Quelquefois aussi ces noms étaient empruntés à des événements, comme le chapeau à l’anglaise, à l’américaine, à la Voltaire, à la victoire ; quelquefois encore, aux succès de théâtre, comme la Gabrielle de Vergy, la Cléopâtre, l’Eurydice, le bonnet à la Raucour. On ne se bornait pas à faire des pyramides de cheveux, comme dans la caricature que nous donnons ; on jetait encore par-dessus tous ces crochets, ces poufs, ces chignons et ces tapis, des rubans en quantité, des fleurs, des fichus, des chapeaux, des bonnets, qui étaient construits en même temps que la chevelure, et qui avaient l’air d’un véritable étalage de marchandises de toute espèce. La Révolution, qui déracina les tours de la Bastille, fit crouler aussi celles qu’on avait amoncelées sur la tête des femmes.


Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 


 

 Révolution dite française : fille des Illuminés de Bavière et de la franc-maçonnerie ?
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
 Pain mangé par nos aïeux : sa nature, son prix
 
 Des bibliothèques dans les trains ?
 
 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
 Charlemagne se fait voleur par ordre de Dieu
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Mettre la lumière sous le boisseau
 
 Les oies de frère Philippe
 
MANIFESTATIONS
 Dentelles (Les) de la cour d'Henri IV renaissent au Puy-en-Velay
 
 Merveilleux-scientifique : mariant science et mystère
 
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 Applaudissements lors des concerts de musique classique
 
 Feux de la Saint-Jean : rituel chargé de croyances et de symboles
 
 Lettres de cachet : du mythe à la réalité
 
 Rébus : rencontre de l'art et de l'ingéniosité
 
 
Et puis aussi...
 
 Joutes nautiques cettoises et lyonnaises
 
 Gent féminine : sa participation de longue date à la vie politique
 
 Nos aïeux à table : tour d'horizon de la cuisine française
 
 Procession des Harengs
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 302 ARTICLES

 

Suivre notre Pinterest

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 
 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2019 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services