Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 22 juin DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

L'étymologie de mots et l'origine de locutions de la langue française. Racines, évolution de locutions et mots usuels ou méconnus - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Savoir : Mots, Locutions

Savoir : Mots, Locutions

L’étymologie de mots et l’origine de locutions de la langue française. Racines, évolution de locutions et mots usuels ou méconnus


Savoir : Mots, Locutions
 
 
Terme d’argot dont usaient, sous Napoléon Ier, les militaires pour désigner les bourgeois, il s’est conservé depuis et sert, par extension, à qualifier un homme quelconque
Publié le vendredi 1er juin 2018, par LA RÉDACTION
 

 
 

 À l'envi (et non à l'enviE)
En rivalisant, avec émulation, à qui mieux mieux
 
 Agriculteur
Les définitions des mots croisés ne manquent ni de charme ni d’humour. Par exemple, l’agronome, qu’il faut deviner à travers cette définition-devinette : laboureur en chambre. Quant à la définition de (...)
 
 Allô : origine d'un terme étrange employé pour débuter une conversation téléphonique
La formule se décoche à chaque coup de téléphone. Mais pourquoi l’emploie-t-on ? D’où vient cette étrange expression ? Le Figaro revient sur son origine.
 
 Amadouer
Jean-Baptiste Bonaventure de Roquefort (1777-1834) et tous les étymologistes, avant ou après lui, s’accordent à dire qu’amadouer vient d’amador qui signifiait autrefois amoureux. Quelques-uns cependant (...)
 
 Antédiluvien ou antidiluvien ?
Cet adjectif illustre combien fautes et bévues peuvent être introduites dans la langue française par l’ignorance usurpant le ton et l’autorité du savoir véritable. Les premiers qui eurent besoin de ce (...)
 
 Après-midi (Un bon ou une bonne) ?
« Bonne après-midi » ou « Bon après-midi » ? Les formules sont courantes. Est-il pour autant correct de les employer ? Le Figaro revient sur le bon usage de la (...)
 
 Au temps pour moi ou Autant pour moi ?
On admet pour l’expression « Au temps pour moi » exprimant la reconnaissance d’une erreur de la part du locuteur, deux graphies différentes : la première, plébiscitée par l’Académie française ; la (...)
 
 Bachelier et baccalauréat
L’origine du nom bachelier fut longtemps discutée. C’était, nous apprend le Thresor de la langue francoyse tant ancienne que moderne, « le premier degré de titre entre nobles, dont le prochain, en (...)
 
 Baiser Lamourette
Réconciliation éphémère et peu sincère
 
 Banquier et saltimbanque : une histoire de banc
Quand l’on rapproche ces deux termes, c’est en général pour les opposer. À l’origine, pourtant, l’un et l’autre eurent pour outil de travail un... banc.
 
 Baragouin
Langage corrompu et inintelligible
 
 Bas-bleu
Femme de lettres. Devenu péjoratif, le terme désigne aujourd’hui une femme à prétentions littéraires
 
 Basilic et basilique
Amusant hasard, l’histoire des mots a voulu que le mot basilic, associé avec le temps à une incarnation du diable, ait la même origine que son homonyme basilique, la maison de Dieu étant, en quelque (...)
 
 Berner
Berner est un mot à sens clair et lumineux pour tout le monde. Il s’emploie surtout dans le sens de tromper grossièrement. Les Valères de Molière ne trompent pas les Gérontes, ils les bernent ; il y a (...)
 
 Blague, blagueur
Sait-on qu’au milieu du XIXe siècle, les mots blague et blagueur n’avaient pas encore leur place au sein du Dictionnaire de l’Académie, assimilés peut-être par elle et à tort à des expressions (...)
 
 Boucan
Vacarme assourdissant, tapage
 
 Boui-boui
Café ou restaurant de piètre qualité
 
 Bouquin
On pourrait volontiers prêter à notre mot français « bouquin » d’être issu de l’anglais « book », lui-même dérivé de l’autre mot anglais « bough » signifiant « flexible ». Or il faut, pour dénicher la (...)
 
 Boutefeu
Homme qui aime les querelles et qui sème la division et la discorde
 
 Braconnier
Le roman de Garin-le-Loherain, qui date du douzième siècle, nous montre le roi Pépin créant un maître-braconnier. A coup sûr, cette nomination serait plaisante si l’on supposait au mot braconnier le (...)
 
 Cabriolet
On appelle cabri (du latin capra) le petit d’une chèvre. Les sauts joyeux auxquels l’animal se livre ont évidemment donné naissance à l’expression cabriole d’où l’on a tiré plus tard cabriolet, sans (...)
 
 Cagot
Personne frappée de répulsion et de mépris
 
 Cancan
On entend aujourd’hui par ce mot les commérages, les faux rapports, les diffamations, les médisances qui se débitent soit dans la conversation des gens du monde, soit dans les réunions de vieilles (...)
 
 Canicule : une signification détournée
La canicule actuelle est une fausse canicule ; ce n’est plus la canicule des anciens ; mais elle est restée cependant vraie en général. Nous voulons dire que la définition s’est faussée, mais comme (...)
 
 Carabin
D’où vient le nom de carabin que l’on donne familièrement et spécifiquement aux étudiants en médecine ?
 
 Chantage
Action d’extorquer de l’argent ou tout autre avantage par la menace de révélations compromettantes ou diffamatoires
 
 Charabia
Langage bizarre ou inintelligible
 
 Chien, employé comme juron ou insulte
Ce n’est pas d’aujourd’hui que le mot chien adressé à quelqu’un est une injure. On en a usé de cette manière chez les Hébreux, les Grecs et les Romains, et la tradition en a été recueillie par les (...)
 
 Coche
De très vieille date, les bateaux qui faisaient le service de transport sur nos rivières portèrent le nom de coches, forme adoucie de coques, pour coquilles qui faisait image. Nous n’avons pas cessé (...)
 
 Collation
Le mot collation a une origine curieuse. Formé du latin collatio, conférence, il servit d’abord à désigner un usage pieux des couvents, qui consistait à lire les conférences des pères de l’Eglise, (...)
 
 Conter fleurette
Faire la cour
 
 Coquecigrues
C’est au sujet de ce mot qu’on pourrait dire, autant d’hommes, autant de sentiments. Encore ne comptons-nous les femmes ni les enfants. Les uns croient qu’il s’agit de quelques plantes légumineuses (...)
 
 Cordon bleu
Excellent(e) cuisinier ou cuisinière
 
 Crue
Presque toujours indésirable en Europe contrairement à celle du Nil longtemps fertilisante, la crue, qui pour l’abbé Furetière en 1690 dans son Dictionnaire universel signifie augmentation, est le (...)
 
 Cuiller, cuillère
En latin, une coquille de limaçon se dit cochlea, et c’est probablement par suite de la comparaison d’une cuillère à une coquille que l’on a fait dans la même langue le mot cochlear ou cochleare pour (...)
 
 Cuistre
Personne pédante, vaniteuse de son savoir
 
 Cul-de-sac
Lieu sans issue, impasse
 
 Estaminet
L’estaminet : quelle place il occupe dans notre existence nationale ! On dit aujourd’hui : café, taverne, brasserie, bar, mais qu’importe, sur la pancarte de bois, sur la façade peinte à la chaux (...)
 
 Faridondaine, Faridondon
Onomatopées utilisées dans des refrains de chansons populaires
 
 Fesse-mathieu
Avare, usurier
 
 Fier-à-bras
Les grammairiens pensent que le nom de fierabras a été formé par altération de la phrase il fiert à bras, dans laquelle fiert est la troisième personne du présent indicatif du verbe férir, frapper ; et (...)
 
 Foutre le camp. Jean-foutre
Foutre le camp signifie s’en aller précipitamment. Jean-foutre signifie propre-à-rien.
 
 Gent(e) féminine : ne faites plus la faute !
« La gente féminine » ou « la gent féminine » ? Les formules se retrouvent souvent à l’écrit. L’une des deux est pourtant inexacte. Laquelle ? Le Figaro revient sur leur bon (...)
 
 Glaner, glaneur, glanure
Le verbe Glaner signifie « ramasser les épis de blé restés sur le champ après la moisson ». L’origine de ce verbe a longtemps fait débat.
 
 Godelureau
Molière écrit dans l’École des femmes (Acte IV, scène 1) : J’ai peine, je l’avoue, à demeurer en place, Et de mille soucis mon esprit s’embarrasse, Pour pouvoir mettre un ordre et dedans et dehors, Qui du (...)
 
 Grand dépendeur d'andouilles
Cette locution ne regarde pas celles et ceux qui n’ont que cinq pieds de haut, et quelque petite fraction. Avec pareille taille, on ne saurait atteindre, ni décrocher les andouilles suspendues (...)
 
 Grimoire
Les variantes d’un vers de la farce de Patelin nous mettent sur la voie de son étymologie. Patelin se vante à sa femme de sa capacité : Je suis, dit-il, la meilleure tête du pays ; il n’est personne (...)
 
 Grisette
Jeune ouvrière du textile, jeune couturière. Par extension, jeune femme pauvre et séduite
 
 Guépins d'Orléans
Habitants d’Orléans
 
 Guernipille
Mauvais drôle, coureur, maraudeur
 
 Harassé
Parmi ceux qui emploient le mot harassé, bien peu savent que ce mot fait allusion à une ancienne coutume judiciaire aujourd’hui entièrement disparue. On sait que le duel judiciaire a longtemps (...)
 
 Harceler
Il n’est guère de mot dont l’origine soit plus simple et plus incontestable ; il n’en est guère aussi auquel on ait prêté des étymologies plus tourmentées...
 
 Loup-garou
Être malfaisant qui, selon certaines croyances, avait le pouvoir de se métamorphoser en loup la nuit et qui reprenait forme humaine le jour. Aujourd’hui, personnage effrayant dont on menaçait (...)
 
 Luron
L’académicien Charles Nodier (1780-1844) nous explique que « ce mot très caractéristique, très populaire, sans être trop trivial, et que Désaugiers, toujours si correct, a souvent employé dans ses jolies (...)
 
 Macédoine
D’où vient ce mot désignant un assemblage disparate de morceaux hétérogènes ? Est-ce par les cartes, la cuisine ou la littérature qu’il est entré dans la langue (...)
 
 Malotru
Personne mal élevée, qui fait preuve de grossièreté
 
 Merci : d'où vient la formule ?
L’expression « merci » est de nos jours autant employée par déférence que par respect. Une politesse désintéressée, à l’origine bien mercantile... Mais d’où vient ce terme ? Le Figaro revient sur son (...)
 
 Mots (Ces) qui changent de sexe au pluriel
Des amours « fous » ou « folles », des aigles « impériaux » ou « impériales » ? La langue française regorge de petites subtilités. Claude Duneton (1935-2012) analysait ces cas uniques dans une chronique. La (...)
 
 Panier
Nombre de dictionnaires, tant anciens que modernes, expliquent que du latin panis vient naturellement panier, ustensile propre à porter le pain. Mais cette explication est erronée, car si panier (...)
 
 Parasite
Ce nom était, dans l’origine, un titre honorable. Lucien, qui connaissait parfaitement les tours et les finesses de sa langue, ne fait point difficulté d’appeler Patrocle, l’intime ami d’Achille, son (...)
 
 Pataud
Personne gauche, lente et maladroite
 
 Patois
Où l’on apprend que ce mot serait le fruit de deux autres signifiant à l’origine le parler de la patrie
 
 Péquin
Terme d’argot dont usaient, sous Napoléon Ier, les militaires pour désigner les bourgeois, il s’est conservé depuis et sert, par extension, à qualifier un homme (...)
 
 Petit Dunkerque
Sorte de bazar de fines porcelaines et de curiosités artistiques, de charmantes et délicates inutilités, qui en font un bric-à-brac
 
 Pilori
Il a été exprimé deux opinions sur l’origine de ce mot : l’une, qui le fait venir de pilier, et l’autre, de Puits Lori
 
 Pimbêche, Pimpesouée
Femme prétentieuse, usant de manières affectées et ridicules
 
 Pique-nique
En 1856, le philologue François Génin propose une étymologie à rebours de celle aujourd’hui retenue par l’Académie française dans la dernière édition (commencée en 1992) de son Dictionnaire, et s’étonne de (...)
 
 Pistolet
Homme sans tenue, sans consistance, ou dont on fait peu de cas, un importun, un fâcheux, un mauvais plaisant, quelquefois un original
 
 Poltron
Ce mot est employé pour désigner une personne manquant de courage, un couard, un froussard ou encore un peureux. Si trois étymologies ont été avancées, invoquant le latin ou l’ancien français, aucune (...)
 
 Printemps
« Années de jeunesse », telle est la définition proposée par un verbicruciste pour le mot « printemps ». Il n’en faut pas plus pour ressentir une certaine exaltation, quelque âge que nous ayons atteint. (...)
 
 Rabâcher
Ressasser, répéter de façon insistante
 
 Saint-frusquin
On appelle saint-frusquin ce qui constitue la propriété de quelqu’un, ses biens, ses hardes, et quelquefois aussi son argent
 
 Saperlipopette et sapristi
Pour concilier autant que possible le respect du deuxième commandement — Tu n’auras pas d’autre Dieu que moi — avec le besoin qu’on éprouve parfois de jeter dans son discours quelque terme énergique, on (...)
 
 Savant en us
Homme qui a la tête pleine d’un docte fatras
 
 Se mettre sur son trente-et-un (ou son dix-huit)
Souvent employée à l’occasion des festivités de fin d’année ou en de mémorables occasions, l’expression Se mettre sur son trente-et-un n’a aucun lien avec la date du 31 décembre, mais trouverait son (...)
 
 Silhouette : une figure désormais familière issue d'un nom propre
Si le parrain innocent du mot Silhouette, qui désigne la simple représentation de l’ombre projetée par un objet et plus particulièrement de la figure et du corps humain, est un certain Étienne de (...)
 
 Soupe
On dérive ce mot de sorbere, sorbillare, sorbillum, humer, boire à petits coups, potion ou tisane. Il serait peut-être imprudent de rejeter cette étymologie. Mais peut-être aussi qu’en cherchant (...)
 
 Temps
Faut-il écrire temps avec le p dont l’orna la Renaissance ou sans ce p dont le Moyen Age se gardait de l’affubler ?
 
 Toasts (De l'origine des)
Ces effusions de sympathies mutuelles que la chaleur communicative des festins provoque de nos jours ne furent, au début, qu’un acte de précaution et un témoignage de défiance. Les institutions ont (...)
 
 Tout de go
Où l’on apprend que cette locution qui signifie librement, sans façon, sans cérémonie, ou encore sans préambule, et que d’aucuns estiment tirée de tout de gob que l’on rencontre au XVIe siècle, serait en (...)
 
 « Bonjour » ou « Bonsoir », que faut-il choisir ?
Formule de politesse courante, « bonsoir » peut pourtant être source de confusions : à partir de quelle heure faut-il employer ce mot ?
 
 « Copper l'oe » ou couper la tête de l'oie : principe amoureux ?
Dans les Poésies de Froissart figure le poème de la Cour de may, au sein duquel Amour enseigne à un jeune homme comment il doit se comporter avec les dames, et use de l’expression « avoir coppé l’oe (...)
 
 

 

 
 

 

 

 Révolution dite française : fille des Illuminés de Bavière et de la franc-maçonnerie ?
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
 Charlemagne se fait voleur par ordre de Dieu
 
 Pain mangé par nos aïeux : sa nature, son prix
 
 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Tout ce qui reluit n'est pas or
 
 Musique à porter le diable en terre
 
MANIFESTATIONS
 ArkéAube : voyage dans l'Aube d'avant notre ère
 
 Trésors oubliés de l'expédition Schley : un drôle de cabinet de curiosités
 
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 Péquin
 
 Poltron
 
 Patois
 
 Pilori
 
 Agriculteur
 
 Printemps
 
 Glaner, glaneur, glanure
 
 « Bonjour » ou « Bonsoir », que faut-il choisir ?
 
 
 

 


Savoir : Jeux d’hier
 
 Jeu du Gargantua
(Dernier article mis en ligne)
 
 Voir les 1 ARTICLES
 
 
Personnages : biographies
 
 Jean Béguin (1550-1620) : pionnier de la chimie
(Dernier article mis en ligne)
 
 Voir les 147 ARTICLES
 
 
Patrimoine : Départements
 
 Voir les 11 SECTIONS
 
 
Patrimoine : Métiers
 
 Couturières des Vosges : gardiennes d'un savoir-faire fragile
(Dernier article mis en ligne)
 
 Voir les 88 ARTICLES
 
 
Librairie : Monographies
 
 PORTETS, CASTRES et ARBENATS (La seigneurie de)
(Dernier article mis en ligne)
 
 Voir les 1 ARTICLES
 
 

 

Suivre notre Pinterest

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 
 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2018 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services