Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 7 avril DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Braconnier. L'étymologie des mots de la langue française. Origine, racines

Vous êtes ici : Accueil > Savoir : Mots, Locutions > Braconnier
Savoir : Mots, Locutions
L’étymologie de mots et l’origine de locutions de la langue française. Racines, évolution de locutions et mots usuels ou méconnus
Braconnier
Publié / Mis à jour le vendredi 11 octobre 2013, par LA RÉDACTION
 

Le roman de Garin-le-Loherain, qui date du douzième siècle, nous montre le roi Pépin créant un maître-braconnier. A coup sûr, cette nomination serait plaisante si l’on supposait au mot braconnier le sens défavorable qui s’y attache aujourd’hui.

Il faut donc savoir que, dans l’origine, ce nom fut donné simplement aux valets qui soignaient, pour la chasse au chien d’arrêt, les chiens braques, si connus pour la finesse de leur odorat. Tout grand chasseur avait des braconniers dans ses équipages comme il avait des fauconniers, des loutriers, des louvetiers et des perdrisseurs.

Les braconniers abusèrent-ils des facilités qui leur étaient offertes de chasser à leur profit sur les terres du maître ? Les premiers chasseurs clandestins jugèrent-ils que l’usage du chien braque leur pouvait être d’un précieux usage ? Toujours est-il que le mot braconnier, détourné de son sens primitif, ne s’applique plus qu’aux chasseurs de contrebande, gens sans aveu, qui trouvent dans le vol déguisé du gibier de coupables moyens d’existence.

Si le braconnier pris au XIXe siècle en flagrant défit est ordinairement quitte pour quelques jours de prison, la législation ancienne m’en usait pas avec autant de douceur à son égard.

« Ceux qui chasseront aux grosses bêtes, dit une ordonnance du roi François Ier, et icelles prendront, pour la première foys seront condamnés à l’amende de 250 livres tournois ; ceux qui n’auront pas de quoy payer seront battus de verges jusqu’à effusion du sang ; la seconde foys seront battus de verges autour des forests et garennes où ils auront délinqué, et bannis, sur peine de la hart, de quinze lieues alentour des dites forests et garennes ; la tierce foys seront mis aux galères, ou battus de verges et bannis perpétuellement de nostre royaulme et leurs biens confisquez. »

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !