Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 21 juillet DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Motus ! Origine, étymologie mots de la langue française - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Savoir : Mots, Locutions > Motus !

Savoir : Mots, Locutions

L’étymologie de mots et l’origine de locutions de la langue française. Racines, évolution de locutions et mots usuels ou méconnus


Motus !
(D’après « Le Courrier de Vaugelas », paru en 1879)
Publié / Mis à jour le vendredi 21 juin 2019, par LA RÉDACTION

 
 
 
Formule souvent employée lorsque l’on veut obtenir le silence, intimer l’ordre à quelqu’un de ne souffler mot, l’interjection motus a un temps divisé les lexicographes, certains invoquant le latin, d’autre y voyant une simple déformation du mot français

Deux étymologies de ce mot ont été données : l’une par le philologue Auguste Scheler (1819-1890), et l’autre par le lexicographe Émile Littré (1801-1881). Scheler est disposé à voir dans motus une forme « gâtée » du latin mutus signifiant muet ; d’après Littré, il paraît venir de mot, auquel on aurait ajouté la terminaison latine us, car « mot s’est dit en effet au sens de motus ». À une nuance près cependant, c’est l’explication de Littré qui est la plus probable.

Mais tout d’abord, voici les raisons qui invalident l’origine avancée par Auguste Sheler :

1° La syllabe mut de mutus ne s’est changée en mot dans aucune langue dérivée du latin : espagnol et portugais, mudo ; italien muto ; français muet, aussi bien pendant le Moyen Age qu’à présent. Comment motus pourrait-il être venu de mutus ?

2° L’interjection motus n’est ni dans L’Esclarcissement de la langue françoyse publié par John Palsgrave en 1530 — rédigé en anglais bien que le titre soit français, et considéré comme la première grammaire de la langue française —, ni dans le Thresor de la langue françoyse tant ancienne que moderne du lexicographe Jean Nicot — publié en 1606, deux ans après sa mort — ; mais on la trouve pour la première fois dans Antoine Oudin — linguiste et interprète à la cour de Louis XIII, mort au milieu du XVIIe siècle, auteur de Curiosités françoises, pour servir de complément aux dictionnaires —, qui la mentionne dans la phrase suivante : « Motus la cane pond, i. Taisez vous. Vulg. », ce qui semble établir qu’elle a dû faire son apparition en français dans la première moitié du xvne siècle.

Chut ! Dessin de l'illustratrice Germaine Bouret (1907-1953)
Chut ! Dessin de l’illustratrice Germaine Bouret (1907-1953).
Site Internet : http://www.germaine-bouret.fr

Or, à cette époque, l’u des mots latins introduits dans notre langue ne se prononçait pas autrement qu’il l’est aujourd’hui (prononcé « ou »). D’où il suit que motus ne peut évidemment venir de mutus.

3° En cherchant comment se dit motus dans les langues des divers peuples qui nous entourent, il apparaît que dans aucune on ne le trouve traduit par un mot signifiant muet. N’en serait-il pas tout autrement, si le sens de muet était réellement dans motus ?

Quant à l’explication d’Émile Littré, elle semble être la bonne, mais à la condition, toutefois, qu’on y modifie quelque chose. D’après le savant académicien, motus aurait été formé du substantif mot « affublé, par plaisanterie, d’une terminaison latine ».

Il est certain que mot, lorsqu’il est construit avec les verbes dire, sonner et souffler, employés négativement, s’est dit, effectivement, dans le sens où s’emploie motus, car en voici des exemples :

Ne soufflez mot, retenez votre haleine ;
Tremblez, enfants, vous qui jurez parfois.
(Béranger)
Le bruit est pour le fat, les plaintes pour le sot ;
L’honnête homme trompé s’éloigne et ne dit mot.
(Lanoue)
Vous avez raison, je ne sonnerai mot.
(Dancourt)

Mais, comme il n’est pas d’usage en français, même dans le style comique ou plaisant, de former, en ajoutant us à un substantif, des interjections tenant lieu d’une phrase négative tout entière, on est incliné à croire que motus pourrait venir plutôt de mots tus, origine que la prononciation appuie, au demeurant, des deux arguments suivants qui ne sont pas sans valeur :

1° Si motus vient de mots tus, l’s finale n’y doit pas sonner. Or, elle n’y sonnait pas non plus à l’origine, ce qui ressort avec la dernière évidence de ces vers empruntés au Rendez-vous de Fagan (scène VII), où le mot en question rime avec vaincus :

Vous me connoissez mal. D’une telle foiblesse
Jamais les Jaquemins n’ont été convaincus :
Je serois le premier du nombre des... Motus.

2° Si l’interjection motus est une contraction de mots tus, l’o doit s’y prononcer comme s’il portait un accent circonflexe, puisque le substantif mot y est écrit au pluriel. Or, cette prononciation est justement celle que Littré assigne à l’o de motus.

Ainsi, il y a tout lieu de tenir motus, interjection de recommandation, de prière, non pour dérivé du latin mutus signifiant muet, ni un composé de la finale latine us jointe à mot, mais bien pour la condensation en quelque sorte de la phrase : surtout que ces mots soient tus.


Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 


 

 Révolution dite française : fille des Illuminés de Bavière et de la franc-maçonnerie ?
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
 Pain mangé par nos aïeux : sa nature, son prix
 
 Charlemagne se fait voleur par ordre de Dieu
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Blason féodal : né au XIIe siècle de la nécessité d'authentifier les actes
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Perdre la tramontane
 
 On ne croit pas un menteur, même quand il dit la vérité
 
MANIFESTATIONS
 Dentelles (Les) de la cour d'Henri IV renaissent au Puy-en-Velay
 
 Bêtes d’affiches : le monde animal domine la publicité
 
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 Écarlate
 
 Abracadabra
 
 Sabler (dans le sens de boire d'un trait)
 
 Beau, belle (lorsque ce terme est en lien avec la parenté)
 
 
Et puis aussi...
 
 Mail
 
 Boui-boui
 
 Toasts (De l'origine des)
 
 « Copper l'oe » ou couper la tête de l'oie : principe amoureux ?
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 95 ARTICLES

 

Suivre notre Pinterest

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 
 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2019 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services