Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 14 décembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

L'oisiveté est la mère de tous les vices. Origine, signification proverbe, expression populaire. Dictionnaire locutions - Histoire de France et Patrimoine

Vous êtes ici : Accueil > Expressions, Proverbes > L'oisiveté est la mère de tous les (...)
Expressions, Proverbes
Proverbes et expressions populaires d’usage courant : origine, signification d’expressions proverbiales de la langue française
L’oisiveté est la mère
de tous les vices
Publié / Mis à jour le mardi 6 décembre 2011, par LA RÉDACTION
 

Il n’y a pas de vérité plus évidente ; on doit la répéter sans cesse à tous les hommes ; elle est de tout temps et convient à toutes les sociétés. Comme vérité parallèle, on pourrait ajouter : Le travail est le père de toutes les vertus.

Caton l’Ancien disait : En rien faisant on apprend à mal faire et l’on trouve dans l’Ecclésiastique (chapitre XXXIII, v. 29) cette phrase : Multam malitiam docuit otiositas, ce qui veut dire que : l’oisiveté a toujours enseigné beaucoup de mal.

Hésiode a dit : Le travail est la sentinelle de la vertu. Horace nous a laissé sa pensée à ce sujet dans ces quelques mots : Vitanda est improba siren desidia, ce qui signifie : l’oisiveté est une dangereuse sirène qu’il faut éviter.

Il y avait un ancien proverbe français ainsi conçu : En chômant on apprend à mal faire. Un auteur du XIVe siècle, Raoul de Presle disait : Ociosité (Oisiveté), sans lettres ni sciences est sépulture d’homme vif (vivant). Le bonhomme Richard nous a laissé sa pensée d’une façon assez originale, ainsi il disait : l’oisiveté va si lentement que tous les vices l’atteignent.

Les Allemands et les Italiens appellent l’oisiveté l’oreiller du diable : Des Tunfels Ruhebank ; Capez zolo del diavrolo.

Effectivement, l’homme oisif est capable d’avoir tous les vices, tandis que l’homme adonné au travail n’a point à redouter leur influence. Comme il faut à l’esprit un aliment, celui qui n’est point occupé par des pensées sérieuses ne peut l’être que par de mauvaises pensées.

 
 
Même rubrique >


Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation


Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !