Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 27 octobre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

Il ne faut pas dire : Fontaine, je ne boirai pas de ton eau. Origine, signification proverbe, expression populaire. Dictionnaire locutions

Vous êtes ici : Accueil > Expressions, Proverbes > Il ne faut pas dire : Fontaine, je (...)
Expressions, Proverbes
Proverbes et expressions populaires d’usage courant : origine, signification d’expressions proverbiales de la langue française
Il ne faut pas dire : Fontaine,
je ne boirai pas de ton eau
Publié / Mis à jour le samedi 21 février 2015, par LA RÉDACTION
 
 
 
Ne pas affirmer qu’on ne fera jamais une chose

Ce proverbe fait allusion à l’aventure, consignée dans un fabliau du Moyen Age, d’un ivrogne qui avait juré qu’il ne boirait jamais d’eau et qui se noya dans le bassin d’une fontaine. On le cite comme un conseil donné à quiconque ne veut participer à aucune des pratiques usitées dans les affaires et ne jamais s’adresser à des gens qui lui sont antipathiques. On cherche à lui faire comprendre qu’il peut dans l’avenir avoir besoin de revenir aux choses ou aux personnes dont il avait résolu de se tenir éloigné.

L’Arioste, célèbre poète italien du XVe siècle, raconte ainsi le cas de l’ivrogne :

Comme veleno e sangue yiperino,
L’acqua fuggia, quanto fuggir si puote.
Or quivi muore, e quel che piu l’annoia
El sentir, che nell’acqua sine muoia.

En voici la traduction : Il fuyait l’eau comme le poison et le sang de la vipère, autant qu’il est possible de les fuir. Cependant il y laissa la vie et sa plus grande douleur fut de sentir qu’il mourait dans l’eau.

La moralité à tirer de ce proverbe peut se résumer ainsi : Qu’on ne peut affirmer que toute la vie on gardera les mêmes opinions et les mêmes pensées ; que, par conséquent, on ne peut se tracer trop à l’avance une ligne de conduite de laquelle on s’engagerait à ne pas s’écarter. Les incidents imprévus de l’existence, la nécessité des circonstances nous contraignent souvent à faire des choses qu’on avait, dans d’autres temps, rejetées bien loin de sa pensée.

A l’appui de l’emploi de cette expression, on cite également une anecdote se déroulant sous le règne de François Ier : il parut à la cour un charlatan italien qui se faisait annoncer sous le nom pompeux del signor Fontani, possesseur d’une eau merveilleuse pour la guérison de toutes les maladies qui affligent l’humanité. Un vieux courtisan, qui jamais n’avait eu la moindre infirmité, se moquait de ceux qui avaient recours à ce remède, et disait à qui voulait l’entendre : Cettui qui oncques n’a cogneu la maladie, peut bien dire que oncques ne boira de l’eau del signor Fontani.

Peu de temps après il tomba malade, et, soit faiblesse , soit condescendance pour sa famille, se laissa soigner par le médecin ; en sorte que celui-ci, reconnaissant l’homme qui avait tourné sa science en ridicule, commença par lui administrer un grand verre de sa liqueur, et lui aurait fait, dans sa langue, un reproche traduit par la suite de cette manière : On ne doit jamais dire, Fontaine, je ne boirai pas de ton eau.

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !