Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 19 septembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Printemps. Étymologie - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Savoir : Mots, Locutions > Printemps

Savoir : Mots, Locutions

L’étymologie de mots et l’origine de locutions de la langue française. Racines, évolution de locutions et mots usuels ou méconnus


Printemps
(Source : Le Figaro)
Publié / Mis à jour le dimanche 25 mars 2018, par LA RÉDACTION

 
 
 
« Années de jeunesse », telle est la définition proposée par un verbicruciste pour le mot « printemps ». Il n’en faut pas plus pour ressentir une certaine exaltation, quelque âge que nous ayons atteint. Le lexicologue Jean Pruvost, auteur d’un Dico des dictionnaires qui fait référence, s’interroge sur l’origine du mot printemps.

Richelet, dans son orthographe, pour son Dictionnaire françois publié en 1680, écrit : « C’est la saison de l’année où tout entre en amour, qui suit immédiatement l’hiver et qui commence le vingt-unième de Mars ». Alors, le printemps est-il la première période de l’année ou la seconde ?

« Verte saison »
Antoine Furetière, dans son Dictionnaire universel de tonalité encyclopédique et offert dix ans après celui de Richelet, est très en verve quant à cette « verte saison, qu’on appelle aussi le renouveau, le temps où les plantes et les arbres commencent à pousser, à sentir l’approche du Soleil », susurre-t-il. De son côté, Richelet avait déjà souligné la caractéristique astronomique dudit printemps : « C’est le temps auquel le Soleil parcourt les signes du Bélier, du Taureau et des Gémeaux. »

« Mars qui rit »
Affublé du nom du dieu de la guerre dans la mythologie romane, Mars, mois où naît le printemps, « estoit le premier autrefois chez les Romains », rappelle l’abbé Furetière, ajoutant qu’ « on en use encore ainsi en quelques supputations ecclésiastiques ». Ce ne fut en réalité que depuis l’édit de Charles IX de l’an 1564, précise l’encyclopédiste avant la lettre, « qu’on a commencé en France à compter l’année par le mois de Janvier ».

Les quatre saisons. Le printemps. Image d'Épinal de l'imprimeur-libraire Pellerin (1861)
Les quatre saisons. Le printemps. Image d’Épinal de l’imprimeur-libraire Pellerin (1861)

L’année s’ouvrait bel et bien en effet au mois de mars et, ce faisant, le Printemps en était la toute première saison, d’où son nom apparu au XIIe siècle : prins tans, le premier temps. Et donc sa définition encore ainsi offerte dans le Grand Robert : « La première des quatre saisons, qui va du 21 mars au 21 juin dans l’hémisphère nord. »

Et la primevère
Ce prins temps, issu du latin primus tempus, n’était pas si on peut dire premier dans la langue. Il suffit en effet de lire Rabelais, pour percevoir qu’une autre désignation l’emportait. « De ces bœufs gras avoient fait tuer trois cent soixante sept mile et quatorze pour estre à mardy gras allés », clame-t-il, « affin qu’en la prime vere ils eussent bœuf de saison en tas. »

« Prime vere », telle était en effet la formule initiale et la plus courante pour cette saison. « À l’hyver transi [succède] la douce primevère » s’exclame encore au XVIe siècle Des Masures dans son David triomphant. Et on rappellera que notre premier grand jardinier, Olivier de Serres, ne manquait pas de donner un utile conseil aux hommes et femmes à la main verte : « En la primevère et jusqu’au mois de mai, peut-on bien aussi semer de la graine »...

L’odeur vernale
Pour les Romains, le printemps correspondait de fait au mot « ver » et « vernus » signifiait « printanier » ; il nous en reste une trace patente dans l’adjectif « vernal » indispensable en botanique où sont évoquées les espèces vernales, c’est-à-dire celles qui se développent au printemps. Et comme le mot ne manque pas de singularité, on ne s’étonne pas de lire en 1959, dans ses Mémoires intérieures, que François Mauriac était sensible à « l’odeur vernale des vacances de Pâques ».

Le primevère
C’est au masculin que le « primevere » s’impose en tant que première saison avant qu’au XVIe siècle le « printemps » ne prenne la relève, et que « la primevère », attestée en 1573, encore orthographiée en deux mots par Richelet en 1680, prime vere, ne désigne définitivement la « sorte de Fleur qui fleurit en février, Mars et Avril », ainsi appelée parce qu’ « elle est l’une des premières fleurs qui annoncent le printemps ».

Jean Pruvost
Le Figaro

Accédez à l’article source

 
 

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 


 

 Napoléon : l'enfance du futur empereur des Français
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Des bibliothèques dans les trains ?
 
 Pain mangé par nos aïeux : sa nature, son prix
 
 Charlemagne se fait voleur par ordre de Dieu
 
 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
BON À SAVOIR
 Qui tire au peigne de saint Yves est tôt comme un roi riche
 
 Le plus riche en mourant n'emporte qu'un linceul ou qu'un drap
 
MANIFESTATIONS
 Le mystère du masque de fer dévoilé sur l'île Sainte-Marguerite
 
 Marcellin Desboutin : à la pointe du portrait
 
 
L'ENCYCLOPÉDIE DU TEMPS JADIS
 Recevez en 48h les 37 volumes édités par La France pittoresque : 900 articles, 1800 illustrations formant une truculente mosaïque de notre riche passé !
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 Cocktail
 
 Bohème
 
 Écarlate
 
 Abracadabra
 
 
Et puis aussi...
 
 Baragouin
 
 Agriculteur
 
 Gent(e) féminine : ne faites plus la faute !
 
 Patois
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 98 ARTICLES

 

 La France pittoresque ne bénéficie d'aucune subvention, qu'elle soit publique ou privée. Prenez activement part à la transmission de notre patrimoine !
 
 Soutenez une véritable réinformation historique et contribuez à la conservation de notre indépendance éditoriale
Vous pouvez également opter pour
un montant libre
 
VOS DONS NOUS SONT PRÉCIEUX
EN SAVOIR +

 

 Facebook
 Twitter
 VK
 Instagram
 LinkedIn
 Pinterest
 Tumblr
 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2019 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services