Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 28 janvier DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Second Life

Il faut rendre le bien pour le mal. Origine, signification proverbe, expression populaire. Dictionnaire locutions

Vous êtes ici : Accueil > Expressions, Proverbes > Il faut rendre le bien pour le (...)
Expressions, Proverbes
Proverbes et expressions populaires d’usage courant : origine, signification d’expressions proverbiales de la langue française
Il faut rendre le bien pour le mal
Publié / Mis à jour le mercredi 30 novembre 2011, par LA RÉDACTION
 

Cette phrase est plutôt une maxime qu’un proverbe ; les païens la connaissaient et la mettaient en pratique. Un poète grec du VIe siècle avant Jésus-Christ, Phocylide, qui a laissé beaucoup de sentences morales en vers, disait : Relève même le cheval de ton ennemi mortel qui est tombé sur ta route.

Chez les poètes indiens on trouve une quantité de maximes qui reproduisent toutes la même pensée comme celles-ci : Comme la terre supporte ceux qui la foulent aux pieds, de même nous devons rendre le bien pour le mal. Les arbres ne refusent leur ombre à personne, pas même au bûcheron qui les abat. L’homme qui pardonne à son ennemi, en lui faisant du bien, ressemble à l’encens qui parfume le feu qui le consume.

L’histoire moderne nous a transmis un bel exemple de générosité qui vient bien à l’appui de cette maxime : « C’était en 1562, François de Lorraine, duc de Guise, après avoir vaincu les calvinistes à la bataille de Dreux, vint mettre le siège devant la ville de Rouen dont ceux-ci avait fait une place forte. Sur ces entrefaites, on lui amena un protestant aux yeux égarés et paraissant avoir en tête quelque mauvais dessein.

« Le duc de Guise l’interrogea et finit par faire avouer à ce malheureux qu’il avait formé le projet de l’assassiner. Quel mal t’ai-je fait, lui dit le duc avec bonté, pour que tu attentes à ma vie ?Vous ne m’en avez fait aucun, lui répondit cet homme, mais c’est parce que vous êtes le plus grand ennemi de ma religion. – Si ta religion, reprit le duc, te porte à m’assassiner, la mienne veut que je te pardonne ; juge laquelle des deux est la meilleure. Il lui fit donner un cheval avec cent écus et le renvoya. »

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !