Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 31 octobre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

Bon ou bonne après-midi ?

Vous êtes ici : Accueil > Savoir : Mots, Locutions > Après-midi (Un bon ou une bonne) (...)
Savoir : Mots, Locutions
L’étymologie de mots et l’origine de locutions de la langue française. Racines, évolution de locutions et mots usuels ou méconnus
Après-midi (Un bon ou une bonne) ?
(Source : Le Figaro)
Publié / Mis à jour le jeudi 27 juillet 2017, par LA RÉDACTION
 
 
 
« Bonne après-midi » ou « Bon après-midi » ? Les formules sont courantes. Est-il pour autant correct de les employer ? Le Figaro revient sur le bon usage de la locution.

À l’oral, certains disent « je te souhaite un bon après-midi », d’autres « une bonne après-midi ». À l’écrit, les deux formules s’échangent invariablement l’article au masculin et au féminin. Ainsi voit-on souvent noté « À cet après-midi » et à l’inverse « À cette après-midi ». Mais quand est-il correct de féminiser la locution ?
Est-ce faire un abus de langage que de l’accorder ? Le Figaro revient sur sa formulation.

Ouvrons les thésaurus. Au risque d’en décevoir certains, il sera impossible de donner une réponse exclusive. Ni Le Petit Robert, le Larousse, ni le CNRTL ont tranché la question. Le substantif né au début du XVIe siècle est en effet amphigame et se construit autant avec des articles masculins que féminins.

Un après-midi d'été en 1798. Chromolithographie d'Adrien Moreau de la fin du XIXe siècle
Un après-midi d’été en 1798. Chromolithographie d’Adrien Moreau de la fin du XIXe siècle

La locution se retrouve ainsi invariablement accordée en littérature. Notons par exemple l’emploi du substantif au féminin chez Jean Giono, en 1947, dans Un roi sans divertissement : « Sa femme, plus âgée que lui, était une créole toujours belle et lente comme une après-midi de fin juin. » Et inversement, l’expression traduite au masculin chez Nietzsche, en 1888, dans Ecce homo : « Je voudrais dire encore un mot à l’adresse des oreilles exquises : ce que, quant à moi, je demande véritablement à la musique. Qu’elle soit de belle humeur, désinvolte, tendre et profonde comme un après-midi d’octobre. » Est-ce à dire, pour autant, que le terme « après-midi » ne réponde à aucune règle ? Non selon l’Académie française.

Pour étayer leur assertion, les sages expliquent ainsi qu’en suivant le genre du nom « midi » il est cohérent voire logique d’employer le masculin avec le terme « après-midi ». Retenons donc, pour être bienséant, que la formule s’écrit davantage au masculin, telle que le notait déjà il y a deux siècles Flaubert dans Bouvard et Pécuchet ou bien encore Camus dans L’Étranger en 1942. Bon après-midi !

Alice Develey
Le Figaro

Accédez à l’article source

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !