Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 24 avril DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Se mettre sur son trente-et-un (ou son dix-huit). Origine, étymologie mots de la langue française - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Savoir : Mots, Locutions > Se mettre sur son trente-et-un (ou (...)

Savoir : Mots, Locutions

L’étymologie de mots et l’origine de locutions de la langue française. Racines, évolution de locutions et mots usuels ou méconnus


Se mettre sur son trente-et-un
(ou son dix-huit)
(D’après « Le Courrier de Vaugelas », paru en 1876)
Publié / Mis à jour le dimanche 31 décembre 2017, par LA RÉDACTION

 
 
 
Souvent employée à l’occasion des festivités de fin d’année ou en de mémorables occasions, l’expression Se mettre sur son trente-et-un n’a aucun lien avec la date du 31 décembre, mais trouverait son origine dans un jeu de cartes, la version plus rare Se mettre sur son dix-huit découlant d’une définition argotique

Depuis l’origine de la langue jusque dans la seconde moitié du XVIIe siècle, explique le grammairien et philologue Éman Martin en 1876 dans Le Courrier de Vaugelas, la préposition sur, souvent employée sous la forme sus, accompagna le verbe mettre, avec lequel elle formait le sens figuré d’accuser.

Mais accuser quelqu’un de quelque chose, c’est l’en charger, le lui mettre sur le dos ; et, comme une expression figurée a pour origine la même expression prise dans le sens propre, il est tout probable que se mettre sur a eu autrefois la signification de se vêtir de : les Anglais, qui ont conservé plus d’une tournure de l’ancien français, ne disent-ils pas encore to put on dans le double sens d’accuser et de mettre un vêtement ?

D’où il suit que Se mettre sur son trente-et-un veut dire, sans ellipse, se mettre sur le dos son trente-et-un. Reste à savoir maintenant quel est le vêtement qui a pu être baptisé de cette singulière façon. On trouve ce qui suit dans Van Tenac (Académie des Jeux) :

« Le Trente-et-un est un jeu de hasard qui se joue entre un banquier et des pontes dont le nombre est indéterminé. En voici les règles :

« 1° Le banquier ayant un jeu de 52 cartes, ou même deux ou trois jeux, selon le nombre des pontes, mêle tout ensemble, fait couper,-puis il distribue à chacun et à lui-même, une par une, trois cartes. Les figures valent dix, les autres cartes les nombres qu’elles indiquent ; l’as a le privilège de valoir onze ou un, selon qu’il convient à celui qui l’a en main.

« 2° La distribution de ces trois cartes étant terminée, chacun regarde son jeu. Celui dont les trois cartes forment trente-et-un les montre, et reçoit du banquier deux jetons d’une valeur déterminée au commencement du jeu. Si le banquier a trente-et-un d’emblée, chacun des pontes lui paye deux jetons, excepté ceux qui auraient trente-et-un, lesquels, dans ce cas, ne paient ni ne reçoivent rien.

« 3° Le banquier n’ayant pas trente-et-un d’emblée demande qui veut carte ; le premier à sa droite a la parole, et les autres successivement. Celui qui croit avoir un jeu trop faible demande carte ; on lui en donne une ; il la regarde, et il peut ainsi en prendre successivement plusieurs ; mais s’il arrive ainsi à dépasser le point de trente-et-un, il crève, et paye deux jetons au banquier. »

Or, comme il résulte de cette citation qu’au jeu dont il s’agit, le point de trente-et-un est le plus beau, on aura semble-t-il appelé familièrement trente-et-un le plus bel habit de quelqu’un, et on aura dit de lui qu’il se mettait sur son trente-et-un pour signifier qu’il se parait de cet habit.

Si l’auteur précédemment cité insinue dans sa préface que le jeu du trente-et-un fut inventé en 1789, ce qui ferait remonter l’expression de Se mettre sur son trente-et-un au plus à cette époque, c’est cependant une erreur, attendu que ce jeu de cartes est mentionné dans le dictionnaire de Furetière, qui fut publié en 1727. Par ailleurs, on en trouve trace dans la vie de Gargantua de François Rabelais (qui écrit alors sous le pseudonyme d’Alcofribas Nasier, anagramme de son véritable nom) en 1562, au chapitre XXII de ladite vie (Les Jeux de Gargantua), et il est probable que ce jeu n’a pas été inventé par Rabelais.

Mais une question se pose : l’explication donnée ne rend pas compte de la locution sans doute équivalente Se mettre sur son dix-huit, locution usitée dans certaines parties de la France, en particulier en Basse-Normandie. L’emploi des nombres 18 et 31 dans le cas de la parure ne viendrait-il pas de l’usage où étaient les toiliers ou tisserands de village de marquer par des chiffres les qualités des fils dont ils se servaient pour tisser soit la toile, soit le droguet, espèce d’étoffe composée de laine et fil ?

Se mettre sur son dix-huit ne peut effectivement s’expliquer par un nom de jeu de cartes ; car non seulement le dix-huit ne figure pas dans la nomenclature de Rabelais, mais encore, il ne se trouve point dans Van Tenac : avec le trente-et-un, ce traité ne mentionne en fait d’autres jeux désignés par un nom de nombre que le treize, le vingt-et-un et le trente et quarante.

Pour autant, l’explication invoquant la toile pour Se mettre sur le dix-huit semble également erronée. On lit en effet dans le Dictionnaire d’argot de Francisque Michel : « DIX-HUIT. s. m. Soulier remonté ou ressemelé, ou plutôt redevenu neuf ; d’où son nom grotesque de dix-huit, ou deux fois neuf. »

Or, il a dû en être des habits comme des souliers. Autrefois, les gens qui n’avaient pas le moyen de se faire habiller de neuf se procuraient chez le fripier des habits d’occasion. Ces habits, retournés pour la plupart, étaient en quelque sorte deux fois neufs : un habit acheté de cette façon s’appela naturellement aussi un dix-huit, et l’on a dit, dans la langue populaire : « Se mettre sur son dix-huit », pour signifier se vêtir du plus bel habit que l’on possédât.

Quelle que soit la bonne explication, il est intéressant de remarquer qu’au féminin, il ne faudrait pas dire : elle s’est mise sur son dix-huit (ou sur son trente-et-un), mais elle s’est mis sur son dix-huit, attendu que dans cette phrase, qui signifie elle a mis à elle sur (sa personne) son dix-huit, le régime direct est après le participe.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 La Révolution m'a tuée : de la ruine morale et intellectuelle de la France
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Blason féodal : né au XIIe siècle de la nécessité d'authentifier les actes
 
 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
 Premier billet de banque (Le) moderne naît en Nouvelle-France
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Un malheur ne vient jamais seul
 
 Donner dans le phébus
 
MANIFESTATIONS
 Des nuages aux profondeurs : hommage au pilote-écrivain Saint-Exupéry à Saint-Raphaël
 
 Le Puy du Fou rouvre samedi avec Le mystère de La Pérouse
 
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 Pilori
 
 Agriculteur
 
 Printemps
 
 Glaner, glaneur, glanure
 
 
Et puis aussi...
 
 Conter fleurette
 
 Grimoire
 
 Petit Dunkerque
 
 Cuiller, cuillère
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 79 ARTICLES

 

Suivre notre Pinterest

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 
 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2018 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services