Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 27 janvier DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Soupe. L'étymologie des mots de la langue française. Origine, racines

Vous êtes ici : Accueil > Savoir : Mots, Locutions > Soupe
Savoir : Mots, Locutions
L’étymologie de mots et l’origine de locutions de la langue française. Racines, évolution de locutions et mots usuels ou méconnus
Soupe
Publié / Mis à jour le samedi 31 mai 2014, par LA RÉDACTION
 

On dérive ce mot de sorbere, sorbillare, sorbillum, humer, boire à petits coups, potion ou tisane. Il serait peut-être imprudent de rejeter cette étymologie. Mais peut-être aussi qu’en cherchant davantage, on en trouverait une autre.

On disait en basse latinité ypa, pour soupe à l’eau, et vipa ou vippa, pour soupe au vin. On lit dans Les Contenances de table, au tome I des Anciennes Poésies françoises :

Enfant, se tu fais en ton verre
Souppes de vin aucunement,
Bois tout le vin entièrement,
Ou autrement le gette à terre.

C’est ce qu’on appelle encore en quelques provinces, notamment en Bourgogne, une trempée. Du Cange, ni les auteurs de ses suppléments, ne donnent ypa ; mais le Glossaire roman-latin du quinzième siècle, tiré d’un manuscrit de la bibliothèque de Lille, et publié par Gachet, ne l’a pas oublié ; il le traduit par souppe en yawe.

Selon Hermolaus Barbarus, le déjeuner, chez les anciens, consistait en une soupe au vin que les barbares appelèrent vipa, de vinum et panis. Il ne serait pas difficile de trouver en notre langue des exemples de ce genre d’apocope. Ainsi, le mot démocsoc, expression populaire fort en vogue au milieu du XIXe siècle, est la forme apocopée, si l’on peut dire, de démocrate et socialiste.

Dans le Manuale sacerdotum du diocèse d’Amiens, édition de 1554, au chapitre de Ritu matrimonii, on lit : « Qu’après la bénédiction du pain et du vin, le prêtre faisait trois soupes, vippas, l’une pour lui, l’autre pour les époux, la troisième pour l’assistance. Quand le prêtre avait mangé sa soupe, il donnait l’autre aux époux et la dernière aux gens de la noce. Après quoi, il aspergeait d’eau bénite le poêle et les mariés qui étaient dessous. » Cet usage paraît assez singulier pour valoir la peine d’être rapporté.

Revenons au mot ypa, primitif de vipa. Si ce mot est celui dont on a fait soupe, c’est que la première voyelle y étant l’upsilon grec, on aura pris cet y pour un v, et l’on aura écrit vpa ; puis, on aura prononcé le v qui est l’u long des Latins, comme ceux-ci le prononçaient, et l’on aura dit oupa.

On voudrait expliquer aussi simplement pourquoi l’on a mis ensuite la lettre s devant l’u ; mais cela n’est pas aussi facile. En prononçant le son ou fortement, ainsi que le prononçaient sans doute les barbares dont parle Hermolaus Barbarus, on fait sentir plus ou moins l’f ou le v devant cette diphtongue, tout comme on sent très bien l’une ou l’autre de ces consonnes dans la particule oui. On croit entendre voui ou foui, de même vou ou fou.

Or, de toutes les lettres dont le son se rapproche le plus de la sifflante s, ce sont les labiales f et v. Elles se seront à la longue perdues dans l’s. Cette conjecture devient plus probable encore, si l’on fait dériver soupe de vipa. Ici, en effet, le v n’est pas imaginaire, il est très réel, et a dû favoriser d’autant plus le passage à l’s.

Soit donc que soupe vienne d’ypa, soit qu’il vienne de vipa, la forme ancienne qui s’en éloigne le moins est l’anglo-saxon sype. On trouve ensuite le roman sopa qui s’est conservé dans l’espagnol, l’italien, suppa ou zuppa, l’allemand supp et suppe, enfin le français soupe.

 
 
Même rubrique >


Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation


Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !