Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 25 octobre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

Faire chou blanc. Origine, signification proverbe, expression populaire. Dictionnaire locutions

Vous êtes ici : Accueil > Expressions, Proverbes > Faire chou blanc
Expressions, Proverbes
Proverbes et expressions populaires d’usage courant : origine, signification d’expressions proverbiales de la langue française
Faire chou blanc
Publié / Mis à jour le samedi 8 août 2015, par LA RÉDACTION
 
 
 
Ne pas réussir

Cette locution se dit à propos d’une entreprise qui avorte aussi bien que d’un fusil qui rate, mais elle est surtout usitée au jeu : ne faire aucune levée au piquet ou à l’écarté, ne point abattre une quille, ne mettre pas un palet dans le tonneau, perdre enfin sans avoir eu l’avantage, même un seul instant, c’est faire chou blanc.

Chou blanc doit pouvoir se traduire par coup manqué. Il n’est pas impossible que le mot chou ait été dit pour coup ; ce ne serait en effet que la réciproque du changement qui a fait prononcer, dans certaines provinces, quien pour chien, queval pour cheval, changement qui s’explique d’autant mieux que le ch dans notre langue est tantôt dur et tantôt doux. Les sons c et ch coexistaient dans l’ancienne langue, et chacun appartenait à différents dialectes. Encore aujourd’hui le son k remplace le son ch et normand et en picard ; en Normandie, on dit cacher pour chasser.

Un mauvais perdant
Un mauvais perdant

Resterait donc à donner au mot blanc le sens de manqué. La blanque est le nom d’un jeu de hasard venu d’Italie, dont Pasquier dans ses Recherches de la France nous a donné une description. Il y avait des billets blancs en grand nombre, et quelques-uns portant la désignation des objets gagnés : lorsqu’on tirait un billet blanc, on avait perdu et on disait : j’ai trouvé blanque (de l’italien, bianca, blanche). Plus tard, on a fait cette même espèce de loterie avec un livre dont quelques feuilles seulement étaient marquées, et lorsqu’on tombait entre deux feuillets blancs, on avait aussi trouvé blanque.

Cette expression est même restée dans le langage ordinaire pour signifier qu’on n’a pas trouvé ce qu’on cherchait. C’est aussi de ce jeu qu’est venue la locution : hasard à la blanque, à tout hasard, il en arrivera ce qu’il pourra. « Blanque, dit le Dictionnaire de Trévoux, signifie autant que, sans effet, inutilement, rien, sans succès. On s’en sert pour marquer qu’un dessein est avorté ou qu’on n’a pas d’argent. » Blanque est donc devenu synonyme de rien, de non-réussite, et nous en inférons que coup blanque, coup manqué et chou blanc, c’est tout un.

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !