Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 13 novembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Coutumes et traditions : fête de la Gargouille à Rouen (Seine-Maritime) - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Coutumes, Traditions > Fête de la Gargouille à Rouen (Seine-Marit

Coutumes, Traditions

Origine, histoire des coutumes, traditions populaires et régionales, fêtes locales, jeux d’antan, moeurs, art de vivre de nos ancêtres


Fête de la Gargouille à Rouen (Seine-Maritime)
(d’après un récit paru en 1846)
octobre 2001, par LA RÉDACTION

 

Cette fête, célébrée à Rouen, était l’une des plus anciennes de la Normandie. Elle portait aussi le nom de privilège de la Fierte, et voici son origine, suivant le P. Pommeraie :

« Il se forma, dit cet historien, un horrible serpent dans un lieu marécageux, proche de la ville de Rouen, qui faisait d’épouvantables désordres ; il surprenait et dévorait les hommes, il tuait les chevaux, il corrompait l’air par son haleine pestilente ; et, tout seul qu’il était, il portait l’alarme et le ravage dans le pays voisin de ce marais, ainsi qu’eût pu faire une troupe d’ennemis. Les habitants de la ville ne sachant par quel moyen se défaire de ce dragon qui leur faisait la guerre depuis plusieurs années, eurent recours à saint Romain, évêque de Rouen.

Ce charitable et généreux pasteur, à qui les plus hautes entreprises semblaient aisées quand il s’agissait de défendre son troupeau, les consola et leur promit de les délivrer de ce furieux adversaire. Le dessin était grand et relevé ; mais la manière dont il l’exécuta rendit encore cette action plus illustre et plus éclatante, car il ne voulut pas si simplement vaincre et tuer ce monstre, mais il entreprit même de le faire publiquement, comme pour lui faire faire réparation de toutes les cruautés qu’il avait exercées.

Pour cet effet, il fallait s’en saisir, ce qu’il se chargea de faire lui-même ; mais ayant demandé un homme pour l’accompagner, il ne se trouva personne qui eût l’assurance d’aller avec lui. Ce que voyant le saint, il s’adressa à un misérable qui avait été condamné au dernier supplice pour des larcins et des meurtres qu’il avait commis, et le persuada de le suivre, avec promesse de le sauver de la mort qu’il avait méritée, s’il faisait hardiment et ponctuellement tout ce qu’il lui dirait. Celui-ci, qui croyait ne rien hasarder en hasardant sa vie, laquelle il était près de perdre sur un échafaud, accepta fort volontiers cette proposition.

Le saint l’ayant donc pris avec soi, sortit de la ville et s’avança vers le marécage où se retirait cette bête. L’ayant aperçue, il s’approcha courageusement d’elle, et par la vertu du signe de la croix, il la désarma de sa fureur et la réduisit dans l’impuissance de rien attenter contre lui. Après cela il lui passa son étole autour du cou, et l’ayant ainsi attachée, il ordonna au prisonnier qui l’avait suivi, de la prendre et de la conduire à la ville, où elle fut brûlée en la présence de tout le monde, et ses cendres jetées dans la rivière.

Le bruit de ce grand miracle s’étant répandu par toute la France, le roi Dagobert qui régnait alors, manda saint Romain pour apprendre de sa bouche les particularités de ce merveilleux événement. Le prélat s’étant transporté à la cour et ayant raconté ce prodige que Dieu avait opéré en faveur de ceux de Rouen, le roi, pour en conserver la mémoire, accorda à l’église de la cathédrale de cette ville, le droit de délivrer tous les ans un criminel le jour de l’Ascension, auquel le saint archevêque avait triomphé de ce monstre. Voilà quelle est l’origine du fameux privilège que possède la chapitre de Rouen, dont il jouit depuis tant de siècles par la piété des rois très chrétiens, des ducs de Normandie, des princes et magistrats qui ont bien voulu être les spectateurs de cette auguste cérémonie, et dont ils ont établi inviolablement le droit par leurs lettres patentes et par les arrêts donnés dans les cours souveraines. »

Ce peuple de Rouen donna le nom de Gargouille, vieux mot français qui signifie une gouttière, parce qu’on faisait alors généralement les gouttières de cette ville en forme de dragon. Lorsque Philippe-Auguste réunit à sa couronne la Normandie, il ordonna une enquête sur le privilège de la Fierte ou châsse de saint Romain, afin d’examiner s’il était digne d’être conservé. Robert, archevêque de Rouen, et guillaume de la Chapelle, châtelain de l’Arche, furent chargés de cette mission. Ils firent alors comparaître par-devant eux trois prêtres, trois gentilshommes et trois bourgeois de la ville de Rouen, lesquels déclarèrent, sous serment, que du temps de Henry et de Richard, rois d’Angleterre et ducs de Normandie, le privilège de la Fierte avait été constamment respecté.

Après Philippe-auguste, les rois de France confirmèrent tous ce privilège, seulement ils exclurent de la grâce les incendiaires, les empoisonneurs, les assassins, les duélistes et les faux-monnayeurs. On conservait, dans les archives de la cathédrale, plusieurs lettres de Papes et de souverains qui s’étaient adressés au chapitre pour obtenir la grâce de plusieurs criminels.

La cérémonie de la Gargouille s’accomplissait de la manière suivante :
Le treizième jour avant l’Ascension, quatre chanoines, suivis de quatre chapelains revêtus de leurs surplis et de leurs aumusses, et ayant le bedeau de leur chapitre qui les précédait, allaient en la grand’chambre du parlement, puis au bailliage et en la cour des aides, sommer les officiers du roi de surseoir à toutes procédures contre les criminels détenus dans les prisons de la ville, jusqu’à ce que le privilège de la Fierte eût reçu son effet.

Les lundi, mardi et mercredi des Rogations, l’archevêque et son chapitre envoyaient deux chanoines et deux chapelains, accompagnés d’un tabellion, visiter toutes les prisons pour y examiner les détenus et recevoir leur déposition ; puis, le jour de l’Ascension, à sept heures du matin, les chanoines, prêtres et capitulaires assemblés, invoquaient la grâce du Saint-Esprit par l’hymne de veni Creator Spiritus, et faisaient serment de ne rien révéler des dépositions qui avaient été faites par les prisonniers.

On les lisait alors, et, à la suite d’un long débat, on proclamait le nom du criminel qui avait obtenu les suffrages du chapitre. Ce nom était adressé, sous scel, à messieurs du parlement qui l’attendaient en la grand’chambre et en robes rouges ; et qui, après avoir pris connaissance de la décision du chapitre, ordonnaient l’élargissement du prisonnier. Celui-ci était rendu à la liberté vers les trois heures de l’après-midi, et, tête nue et les fers aux pieds, il allait au lieu où la châsse était déposée. Là il se confessait publiquement, on lui enlevait ses fers, il prenait un des brancards de la châsse que l’aidaient à porter sept autres prisonniers, la procession commençait à défiler pour parcourir la ville, et en avant de la châsse, on portait, au bout d’une perche, la Gargouille ou représentant du dragon.

De retour à l’église, on célébrait la messe, malgré l’heure avancée de la soirée, et, durant l’office, le gracié s’agenouillait devant chaque chanoine pour lui demander pardon. Enfin, après la cérémonie ce gracié était conduit à la maison du maître de la confrérie de Saint-Romain, où on lui servait une collation ; et pendant qu’il y prenait part, le prieur du monastère de Bonne-Nouvelle lui faisait une brève exhortation sur la gravité de son crime et sur la faveur extraordinaire que le Souverain lui accordait à la prière de l’Eglise. C’était comme le sceau de son absolution.

 
 

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

Visiteurs actuellement sur le site

 

 République des imbéciles (La) : perversité de la loi du nombre et moyens d'instaurer une véritable démocratie
 
 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
 Blason féodal : né au XIIe siècle de la nécessité d'authentifier les actes
 
 Pain mangé par nos aïeux : sa nature, son prix
 
 Des bibliothèques dans les trains ?
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
BON À SAVOIR
 Y aller de cul et de tête, comme une corneille qui abat des noix
 
 Rompre la paille avec quelqu'un
 
MANIFESTATIONS
 Napoléon III, l'autre Bonaparte, enfin au coeur d'une exposition insulaire
 
 Félix Fénéon. Les temps nouveaux, de Seurat à Matisse
 
 
L'ENCYCLOPÉDIE DU TEMPS JADIS
 OFFRE N°1 | Recevez en 48h les 37 volumes papier disponibles édités par La France pittoresque : 900 articles, 1800 illustrations formant une truculente mosaïque de notre riche passé !
 
 OFFRE N°2 | Téléchargez au format numérique l'intégralité des 44 volumes de La France pittoresque parus en 14 années : 1100 articles, 2000 illustrations. L'Histoire enfin captivante !
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 Presse pour enfants : ses premiers pas au XIXe siècle et son évolution
 
 Journée du roi Louis XIV à Versailles
 
 Plumes, encriers et crayons jadis
 
 Numérotage des voitures publiques et privées, ou l'ancêtre de l'immatriculation des véhicules
 
 
Et puis aussi...
 
 Patois et dialectes de la vieille France sauvegardés grâce au phonographe ?
 
 Orgues de barbarie et législation encadrant les airs joués
 
 Loteries : naissance et histoire
 
 Dictionnaire de l'Académie française : une élaboration lente et minutieuse
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 307 ARTICLES

 

 La France pittoresque ne bénéficie d'aucune subvention, qu'elle soit publique ou privée. Prenez activement part à la transmission de notre patrimoine !
 
 Soutenez une véritable réinformation historique et contribuez à la conservation de notre indépendance éditoriale
Vous pouvez également opter pour
un montant libre
 
VOS DONS NOUS SONT PRÉCIEUX
EN SAVOIR +

 

 Facebook
 Twitter
 VK
 Instagram
 LinkedIn
 Pinterest
 Tumblr
 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2019 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services