Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 22 février DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Pourquoi le lundi de Pâques est-il férié ?

Vous êtes ici : Accueil > Coutumes, Traditions > Pourquoi le lundi de Pâques est-il (...)
Coutumes, Traditions
Origine, histoire des coutumes, traditions populaires et régionales, fêtes locales, jeux d’antan, moeurs, art de vivre de nos ancêtres
Pourquoi le lundi
de Pâques est-il férié ?
(Source : La Chaîne Info)
Publié / Mis à jour le dimanche 21 avril 2019, par LA RÉDACTION
 
 
 
Le dimanche de Pâques varie chaque année : il est fixé après l’équinoxe de printemps, le dimanche qui suit la pleine lune. Mais si ce jour-là, les Chrétiens célèbrent la résurrection du Christ, pour quelles raisons le lundi qui suit est-il toujours férié ?

C’est un mystère que même certains catholiques peinent à expliquer quand la question leur est posée : pourquoi diable le lundi de Pâques est-il férié ? En France, six jours fériés sont liés à la religion : le lundi de Pâques, le jeudi de l’Ascension, le lundi de Pentecôte, de l’Assomption (le 15 août), de la Toussaint et du jour de Noël. Le lundi de Pâques est celui qui « enclenche » la saison — arrivent ensuite les attendus week-ends à rallonge du mois de mai.

Mais il est le seul pendant lequel il ne se passe rien. RIEN. Pas de cérémonie religieuse, pas de traditionnel repas de famille, pas de commémoration. Juste le fait de ne pas travailler. Alors, pourquoi ? Pourquoi ce lundi est-il férié, alors que la fête pascale est célébrée le dimanche ?

Carte de Pâques : l'enfant Jésus et l'agneau
Carte de Pâques : l’enfant Jésus et l’agneau

Fêter Pâques pendant huit jours
Pour l’expliquer, il faut se replonger un peu dans l’Histoire. Et se rappeler que la résurrection du Christ est le moment le plus important du calendrier chrétien. Pour marquer cette date, l’empereur Constantin (272-337 ap. J.-C.) a introduit sous son règne l’Octave de Pâques, une période qui désigne les huit jours qui suivent la fête de Pâques. Pendant toute cette semaine, la messe était célébrée tous les jours en reprenant les prières de Pâques. Une moment encore festif, pour marquer le fait que la résurrection se prolonge au-delà de la fête en elle-même.

Dans le Journal d’Egérie, une pèlerine de l’époque raconte son voyage à Jérusalem à la fin du IVe, et décrit les fastes et les célébrations menées pendant cette période : « Pendant l’Octave, toute cette pompe et cette décoration se déploient dans tous les lieux saints. (...) Les moines de l’endroit, au complet, continuent à veiller jusqu’au jour en disant des hymnes et des antiennes. (...) À cause de la solennité et de la pompe de ces jours, des foules innombrables se rassemblent de partout, non seulement des moines, mais aussi des laïques, hommes et femmes. »

Un petit nettoyage dans les fêtes religieuses
La tradition a perduré en France. Depuis le Moyen Age, cette semaine suivant la fête de Pâques était entièrement fériée, permettant à certains de partir en pèlerinage à Rome. Au fil des années, des décennies, les fêtes religieuses s’accumulent. Et l’inflation est telle que le concile de Trente (au XVIe siècle), puis plus tard le concile Vatican II, n’hésiteront pas à en supprimer.

Carte de Pâques : l'enfant Jésus bénit les oiseaux
Carte de Pâques : l’enfant Jésus bénit les oiseaux

À la veille de la Révolution française, il existe tout de même encore 40 et 50 jours fériés religieux en France, en plus des dimanches. Les révolutionnaires vont en rayer du calendrier un certain nombre, mais certaines traditions, comme les fêtes de la Saint-Jean, restent indéboulonnables, trop bien ancrées dans les habitudes et coutumes de la France paysanne de l’époque.

C’est Napoléon, en 1802, qui prend à nouveau les choses en main et veut faire le grand ménage. En effet, la signature du Concordat marque un tournant : l’organisation des pratiques religieuses en France n’est plus sous la tutelle de Rome, l’Eglise catholique passe sous l’autorité de Napoléon Bonaparte. Celui qui est alors Premier consul négocie ainsi avec l’Eglise catholique, sur le nombre de fêtes chômées.

Il en réchappera quatre, rythmant les saisons : la Toussaint à l’automne, Noël en hiver, l’Ascension au printemps et l’Assomption en été. La semaine de l’Octave de Pâques n’échappe pas au coup de ciseau, et seul subsiste de ces huit jours fériés le lundi de Pâques, seul compromis trouvé, et désigné apparemment un peu arbitrairement. Reste que cette tradition de garder le deuxième jour de l’Octave chômé a finalement été suivie par de nombreux pays européens : il est férié dans la plupart d’entre eux.

La Chaîne Info
Accédez à l’article source

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !