Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 14 décembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Premiers théâtres de marionnettes - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Coutumes, Traditions > Premiers théâtres de marionnettes : (...)

Coutumes, Traditions

Origine, histoire des coutumes, traditions populaires et régionales, fêtes locales, jeux d’antan, moeurs, art de vivre de nos ancêtres


Premiers théâtres de marionnettes :
succès depuis la fin du XVIIIe siècle
(D’après « Le Petit Journal : supplément du dimanche », paru en 1908)
Publié / Mis à jour le lundi 12 mars 2018, par LA RÉDACTION

 
 
 
Si le plus ancien des théâtres en plein air est celui de Guignol aux Champs-Élysées, créé en 1818, tirant son nom du Guignol lyonnais au caractère indépendant et facétieux né dix ans plus tôt, et comptant parmi ses premiers spectateurs le futur roi Louis-Philippe, on sait moins qu’un célèbre théâtre de marionnettes, célèbre dans toute l’Europe, vit le jour à la fin du XVIIIe siècle et était issu d’un spectacle d’ombres chinoises ayant reçu de Louis XVI un privilège exclusif. Tour d’horizon de ces marionnettes qui depuis firent tant d’émules.

Le plus ancien des théâtres en plein air s’appelait Guignol aux Champs-Élysées, et fut installé au carré Marigny, en 1818. Ses premiers spectateurs de marque furent les enfants du duc d’Orléans, le futur roi Louis-Philippe ; la princesse Clémentine y avait son petit fauteuil d’abonnée. Plus tard y vinrent applaudir les farces de Guignol d’autres enfants, devenus de graves savants et de vénérables académiciens.

Il paraît que Lamartine avait un secrétaire qu’il prisait fort pour son intelligence et son activité, mais qui le désespérait par son inexactitude. Un après-midi que ledit secrétaire arrivait à sa besogne plus tard encore que de coutume, le poète l’apostropha vertement : « Mais, où diable passez-vous votre temps ?... » Le jeune homme rougit, pâlit et se décida à avouer : « Mon Dieu, mon cher maître, vous allez vous moquer de moi... Mais, que voulez-vous ?... Pour arriver ici, je traverse les Champs-Élysées... et quand Guignol joue, c’est plus fort que moi, je m’arrête, j’écoute, je me passionne et je ne peux plus m’en aller. »

Guignol des Champs-Élysées
Guignol des Champs-Élysées

Et Lamartine, l’interrompant ingénument : « Ah ! c’est curieux... Comment se fait-il alors que je ne vous y aie jamais rencontré ?... » Eh ! mon Dieu, oui, Lamartine aimait Guignol... Les poètes qui ne vivent que par l’imagination ne gardent-ils pas, de ce fait, un peu de l’âme enfantine ? Au reste, cette sympathie du chantre d’Elvire pour les marionnettes n’est point une exception. Que d’artistes illustres et d’écrivains fameux ont célébré Guignol !

Victor Hugo ne cachait pas son penchant poux tes théâtres enfantins, et lui aussi s’arrêtait volontiers aux Champs-Élysées pour écouter la pièce et observer les spectateurs ; Victorien Sardou, si expert en ficelles théâtrales, ne dédaignait pas d’aller surprendre celles qui faisaient mouvoir les pantins d’Anatole ; Théodore de Banville a fait sur Guignol un de ses plus délicieux sonnets, et George Sand ne s’amusait-elle pas, à Nohant, à faire jouer ses pièces par des marionnettes ? Quant à Charles Nodier, il ne craignait pas de déclarer que le drame entre Polichinelle et le commissaire évoquait en son esprit toute l’histoire de l’humanité. Les moralistes ont souvent remarqué que, dans tous les pays qui possèdent une marionnette populaire, cette marionnette était l’émanation même du peuple et le caractérisait à merveille avec ses défauts et ses qualités.

Guignol n’est pas Parisien de naissance. Chacun sait qu’il est originaire de Lyon. il fut créé en 1808. Dans le théâtre si célèbre des Marionnettes lyonnaises, il porte toujours le costume des ouvriers en soie de la fin du XVIIIe siècle : la veste à courtes basques, le chapeau à cornes du « lampion » et la cadenette que les Lyonnais appellent « salsifis ». Voilà pour le physique. Pour le moral, Guignol est un brave garçon, dont la malice n’exclut pas l’honnêteté : par exemple, c’est un vrai Lyonnais, plein d’initiative, volontaire et ferme en ses desseins. Guignol ne connaît pas d’obstacles ; il va droit au but, rossant impitoyablement tous ceux qui lui barrent le passage. Aucune puissance humaine ne saurait l’empêcher d’épouser l’héroïne à la fin de la pièce.

A Lyon, il partage alors les sympathies du public avec un autre personnage, son contraire, son inséparable : Gnafron. Gnafron, lui, est cordonnier. Est-ce pour cela qu’il fait des cuirs en parlant (écorcher la langue française comme on écorche la peau des animaux pour en faire du cuir) ? C’est une âme simple, une âme de viveur et de bon vivant qu’une seule passion anime : la passion du vin. Disons le mot, Gnafron est un pochard, mais un bon, un brave pochard, qui n’a jamais la bouche amère, même après ses plus formidables lampées. C’est que Gnafron ne boit que du vin, du vrai vin de France, et, on peut l’imaginer, plus particulièrement de ce petit vin de Cormatin, que Nadaud célébra dans des couplets fameux.

Gnafron ne manque pas d’une certaine verve naturelle, mais ses réparties n’ont pas la finesse narquoise de celles de Guignol. Par contre, elles sont plus comiques. Et le personnage y ajoute par sa silhouette même, son gros nez enluminé, sa bouche largement ouverte, ses joues rougeoyantes sur lesquelles descendent de larges pattes de lapin, et son monumental chapeau tromblon, souvent posé de travers sur sa chevelure en broussaille.

Comme Guignol, Gnafron est sorti tout équipé du cerveau d’un brave « marionnettiste » lyonnais, qui s’appelait Laurent Mourguet, et qui tenait, au début du XIXe siècle, une crèche dans la rue du Noir. Ces crèches étalent des théâtres de marionnettes où l’on jouait ordinairement des pièces inspirées par l’Ancien Testament, et, en particulier, une scène représentant l’étable de Bethléem la nuit de Noël. A son répertoire mystique, Mourguet joignait des pièces burlesques, dans lesquelles l’inévitable Polichinelle tenait le rôle principal.

Buste de Laurent Mourguet à Lyon
Buste de Laurent Mourguet à Lyon

Mais Polichinelle ne passionnait que médiocrement l’auditoire. Mourguet s’avisa de le remplacer par un héros plus sympathique à sa clientèle et qui, par sa physionomie, son caractère, son langage, rappellerait la vie et les moeurs locales. Il prit pour type un « canut » de ses amis qui avait certain esprit naturel et maintes façons originales de s’exprimer. « C’est guignolant ! » disait notamment ce brave homme chaque fois qu’un sujet quelconque lui dilatait la rate : « C’est guignolant ! » lui fit répéter Mourguet à tout propos. Et les spectateurs, heureux de trouver dans le nouveau personnage le reflet de l’esprit local, de cet esprit lyonnais qui allie si heureusement la verve du Midi au bon sens septentrional, les spectateurs, enchantés de la trouvaille, d’aller par les rues en répétant : « C’est guignolant ! »

Si bien que le mot fit fortune et que tout Lyon s’en fut à la crèche de la rue du Noir en répétant : « Allons voir le guignolant !... » Depuis lors, le canut de Mourguet a vu s’étendre sa célébrité, alors que le nom de celui qui l’avait créé ne demeura guère connu qu’à Lyon.

Comme bien vous pensez, le Guignol parisien ne ressemble guère à son confrère lyonnais. Il ne lui a emprunté que son nom et aussi un peu de ce caractère indépendant et facétieux qui le ferait prendre volontiers pour un petit-neveu du Scapin de Molière. A Paris, nous ne retrouvons plus Gnafron et toute la troupe classique des marionnettes lyonnaises : Cadet, Cassandre, le Bailli et l’aimable Mlle Madelon... Mais nous avons toujours les types immortels du juge, du gendarme et du commissaire, et Polichinelle lui-même n’a point disparu du théâtre des Champs-Élysées.

Et si Lyon s’honore d’avoir inventé Guignol, Paris se glorifie d’avoir eu, dès la fin du XVIIIe siècle, un théâtre de marionnettes dont la célébrité rayonna sur l’Europe entière. Avez-vous oui parler de Séraphin ?... Dominique-François Séraphin, premier du nom, fut, au temps de Louis XVI, inventeur des ombres chinoises. Après avoir parcouru la province avec son petit théâtre sur le dos, il s’en vint, un beau jour, se fixer à Versailles, en 1772. C’était sa bonne étoile qui l’amenait là. Bientôt, le roi — Louis XVI depuis 1774 —, ayant entendu parler de ses succès, le fit venir à la cour pour y donner des représentations.

Ce genre d’amusement plut tellement au souverain que, après avoir demandé à Séraphin ce qui pourrait lui faire plaisir, il lui accorda d’après ses voeux, le privilège exclusif d’ombres chinoises, et, pour la salle, le titre de Théâtre des Enfants de France. Ce fut alors que Séraphin s’établit au Palais-Royal. Il ouvrit son spectacle le 8 septembre 1784. Ce théâtre, dès son origine, eut une vogue immense. Il ne se composait, à cette époque, que d’ombres chinoises. Séraphin recevait lui-même le public ; il allait ensuite débiter les rôles de ses petites pièces et revenait dans la salle jouer du violon. Il était, à lui seul, administrateur, troupe et orchestre.

Dominique-François Séraphin
Dominique-François Séraphin

En 1788, il appela, pour l’aider, son neveu, Joseph-François Séraphin. Ce jeune homme seconda parfaitement son oncle. Ce fut lui qui eut l’idée de joindre des marionnettes aux ombres chinoises. Dominique-François étant mort en 1800, laissa son théâtre à son neveu. Celui-ci le géra pendant quarante ans et ne cessa de l’améliorer. Les contemporains disaient merveilles de l’exactitude et du bon goût des costumes, de la beauté et du pittoresque des décors, de la perfection des machines et des accessoires, autant que de l’originalité et de l’esprit des petites pièces qu’on y jouait. Il est de ces oeuvrettes qui survécurent au théâtre de Séraphin et vinrent jusqu’au XXe siècle.

Joseph-François Séraphin mourut en 1844. Ainsi le petit théâtre du Palais-Royal n’avait eu, dans rune période de soixante années, que deux directeurs. Il avait traversé, heureux et prospère, l’époque la plus agitée de notre histoire et amusé trois générations. Séraphin avait donné des représentations devant tous les monarques qui régnèrent de Louis XVI à Louis-Philippe. Napoléon le fit venir un jour à Fontainebleau ; même, ce jour-là, le feu prit à un décor, et l’empereur l’étouffa de ses mains. Ce fut Gulliver éteignant l’incendie de Lilliput.

Au théâtre Séraphin, plus d’un personnage éminent et austère vint parfois chercher un peu de joie et s’amuser de l’originalité du spectacle et du plaisir naïf des spectateurs. Les marionnettes eurent ainsi, de tout temps, des admirateurs parmi les gens graves et illustres. Tel le bon Perrault qui, s’étant amusé un jour au jeu des pantins de la foire, s’en souvenait en écrivant le commentaire de Peau-d’Ane, et disait :

Pour moi, j’ose poser en fait
Qu’en de certains moments l’esprit le plus parfait
Peut aimer sans rougir jusqu’aux marionnettes,
Et qu’il est des temps et des lieux
Om le grave et le sérieux
Ne valent pas d’agréables sornettes.

Depuis Séraphin, que de progrès dans l’art des marionnettes !... Nous eûmes les célèbres pantins de Maurice Sand, de Lemercier de Neuville, les fantoches de Holden, les si parisiens Bonshommes des frères Guillaume, les marionnettes de Bouchor, les merveilleuses Maquettes animées du peintre Georges Bertrand.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Révolution dite française : fille des Illuminés de Bavière et de la franc-maçonnerie ?
 
 Des bibliothèques dans les trains ?
 
 Blason féodal : né au XIIe siècle de la nécessité d'authentifier les actes
 
 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
 Charlemagne se fait voleur par ordre de Dieu
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Faire une chose à bâtons rompus
 
 On ne saurait plaire à tout le monde
 
MANIFESTATIONS
 Au milieu des Nymphéas de Claude Monet : immersion virtuelle au musée de l'Orangerie
 
 Les Nadar, une légende photographique
 
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 Thanksgiving : fête américaine peu connue en France à la fin du XIXe siècle
 
 Commerce de cadavres : une nécessité d'autrefois pour pratiquer la dissection
 
 Langue du blason, contemporaine de la formation du français
 
 Jeux de la Tarasque : le coeur de Tarascon bat pour un dragon
 
 
Et puis aussi...
 
 Art d'antan de prendre le temps d'élaborer un véritable marron glacé
 
 Troubadours et ménestrels enchantent le Moyen Age
 
 Mariage dans le Morvan au XIXe siècle : deux journées de festivités et de rituels
 
 Procession de la Lunade depuis 1340 pour conjurer peste et famine
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 297 ARTICLES

 

Suivre notre Pinterest

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 
 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2018 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services