Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 22 août DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Coutumes et traditions. Fête de l'Assomption, Vierge Marie. Institution, Voeu de Louis XIII, pape Léon IV - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Coutumes, Traditions > Assomption : institution de la fête (...)

Coutumes, Traditions

Origine, histoire des coutumes, traditions populaires et régionales, fêtes locales, jeux d’antan, moeurs, art de vivre de nos ancêtres


Assomption : institution de la fête
et Voeu de Louis XIII
(D’après « Manuel historique du culte de la très
sainte Vierge » paru en 1861 et « Origine et raison de la
liturgie catholique sous forme de Dictionnaire » paru en 1859)
Publié / Mis à jour le samedi 15 août 2015, par LA RÉDACTION

 
 
 
Si Baronius soutient que, selon d’anciens manuscrits, la fête de l’Assomption fut instituée vers le Ve siècle, tant en Occident qu’en Orient, nous savons que Clovis Ier, roi des Francs, fit bâtir, en 504, à Strasbourg, une magnifique église sous le titre de l’Assomption de la sainte Vierge, et que selon Grégoire de Tours elle avait cours au moins dès le VIe siècle, prenant une dimension particulière au XVIIe lorsque Louis XIII place le royaume de France sous la protection de la Vierge

Saint Grégoire de Tours rapporte que, de son temps (VIe siècle, on croyait, tant en Occident qu’en l’Orient, que la sainte Vierge, aussitôt après sa mort, avait été enlevée au ciel, en corps et en âme. Cette croyance, s’écrie-t-il, au concile de Paris, en 577, est universelle : d’anciennes et vénérables traditions l’attestent, nous ne pouvons nullement en douter.

Voeu de Louis XIII. Peinture d'Ingres
Vœu de Louis XIII. Peinture d’Ingres

Les Grecs célèbrent cette fête sous le nom de Transition, ou Passage de la Mère de Dieu à l’immortalité ; les Latins, sous le nom de l’Enlèvement ou de l’Assomption. Saint Jean Damascène la nomme le Sommeil de Marie ; les Cophtes, les Moscovites, les Maronites : le Repos de la sainte Vierge. D’autres peuples l’appellent la Déposition, le Couronnement, le Triomphe, la Résurrection de la Vierge Mère de Dieu. Benoît XIV prouve que toutes ces différentes dénominations ne signifient qu’une et même chose : l’Assomption de la Mère de Dieu.

Saint Ildefonse et saint Jean Damascène, suivant d’anciens calendriers, assurent que cette fête fut célébrée, aux six premiers siècles, le 18 janvier. On lit aussi, au martyrologe de saint Jérôme, de saint Cyriac, de Willebrord, de saint Vandregégile etc., qu’elle était universellement chômée le 18 janvier, sous le titre de Dormition ou Sommeil de la Mère de Dieu. Il est certain aussi que, vers la fin du VIe siècle, cette fête fut, dans quelques églises, transférée du 18 janvier au 15 août : Maurice, empereur d’Occident, approuva cette translation, et ordonna de la célébrer ce jour dans toutes les églises de son empire. Ce qui bientôt fut imité par plusieurs évêques de l’Occident. Les capitulaires de l’empereur Louis le Débonnaire, de l’an 817, mettent le jour de l’Assomption au 15 Août, et, dès le commencement du Xe siècle, elle fut presque universellement célébrée ce jour.

L’octave de l’Assomption ne se célébrait pas encore à Rome, en 847. Au début de son pontificat, Léon IV l’institua en 847 à l’occasion d’un fait légendaire : tout près de l’église de Saint-Luc, il y avait dans un repaire sombre et humide un basilic qui tuait par son souffle empesté tous ceux qui en approchaient ; le pape, au jour même de l’Assomption, accompagné de tout son clergé et précédé de l’image de la sainte Vierge, se rendit auprès du gîte de cet animal dangereux ; là il se mit en prières et ordonna à tout le monde de l’imiter : sa prière fut exaucée, et depuis ce jour le basilic disparut totalement, sans que jamais on ait entendu parler de nouveaux malheurs.

Un très ancien Ordre romain rapporte qu’aux Vêpres de la Vigile de l’Assomption on porte sur un brancard préparé à cet effet, dans l’église de Saint-Laurent-de-Latran, une image du Christ, et qu’à minuit on part en procession pour se rendre à Sainte-Marie. Les rues sont nettoyées, les maisons illuminées ; le concours du peuple est immense. Dès qu’on est arrivé aux marches de l’église on y dépose la statue ; une foule d’hommes et de femmes, fléchissant le genou et se frappant la poitrine, viennent aux pieds de cette image, chantant en cadence, per numerum, cent fois Kyrie eleison, cent fois Christe eleison, et cent fois encore Kyrie eleison ; puis la procession s’avance vers l’église de Sainte-Marie-Majeure, où la Messe est célébrée.

Durand de Mende dit que de son temps on bénissait des herbes et des fleurs recueillies en ce jour même de l’Assomption, parce que dans la légende de la fête, la bienheureuse Marie est comparée à la rose et au lys. Les Grecs, selon le chevalier Ricaut, sont persuadés que le jour de l’Assomption « toutes les rivières du monde se rendent en Egypte pour faire hommage au Nil, comme au roi des fleuves... Ils croient que les débordements du Nil sont une continuelle bénédiction du ciel sur l’Egypte, en récompense de la protection dont le Sauveur du monde et sa sainte Mère y jouirent contre la persécution de l’impie et perfide Hérode. »

En France, la solennité de l’Assomption prit un caractère de fête plus grande lorsque Louis XIII choisit ce jour pour mettre sa personne et son royaume sous la protection de Marie, par sa déclaration donnée à Saint-Germain-en-Laye le 10 février 1638. Ce pieux monarque débute ainsi : « Dieu qui élève les rois au trône de leur grandeur, non content de nous avoir donné l’esprit qu’il départ aux princes de la terre pour la conduite de leurs peuples, a voulu prendre un soin si spécial et de notre personne et de notre Etat, que nous ne pouvons considérer le bonheur du cours de notre règne, sans y voir autant d’effets merveilleux de sa bonté que d’accidents qui pouvaient nous perdre. »

Après avoir rappelé les bienfaits dont il se reconnaît humblement reconnaissant envers Dieu, par l’intercession de la Vierge, il termine ainsi : « A ces causes nous avons déclaré et déclarons que prenant la très sainte et glorieuse Vierge pour protectrice spéciale de notre royaume, nous lui consacrons particulièrement notre personne, notre Etat, notre couronne et nos sujets, la suppliant de vouloir nous inspirer si sainte conduite et défendre avec tant de soin ce royaume contre l’effort de tous ses ennemis, que soit qu’il souffre le fléau de la guerre, ou jouisse de la douceur de la paix, que nous demandons à Dieu de tout notre cœur, il ne sorte point des voies de la grâce, qui conduisent à celles de la gloire

« Nous admonestons le sieur archevêque de Paris, et néanmoins lui enjoignons que tous les ans, le jour et fête de l’Assomption, il fasse faire commémoration de notre présente déclaration à la grand’messe qui se dira en son église cathédrale, et qu’après les Vêpres dudit jour il soit fait une procession en ladite église, à laquelle assisteront toutes les compagnies souveraines et les corps de ville, avec pareilles cérémonies que celles qui s’observent aux processions générales les plus solennelles. »

Même injonction est faite à tous les prélats du royaume, afin que dans toute la France il soit fait une procession semblable. La déclaration se termine par les paroles suivantes, qui méritent une mention textuelle : « Et d’autant qu’il y a plusieurs églises épiscopales qui ne sont point dédiées à la Vierge, nous exhortons lesdits archevêques, en ce cas, de lui dédier la principale chapelle desdites églises pour y faire ladite cérémonie, et d’y élever un autel avec un ornement convenable à une action si célèbre, et d’admonester tous nos peuples d’avoir une dévotion particulière à la Vierge, d’implorer en ce jour sa protection, etc. ». Le vœu de Louis XIII a été renouvelé, en 1738, par Louis XV.

 
 

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 


 

 Napoléon : l'enfance du futur empereur des Français
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
 Blason féodal : né au XIIe siècle de la nécessité d'authentifier les actes
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Charlemagne se fait voleur par ordre de Dieu
 
 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
BON À SAVOIR
 Dormir sur les deux oreilles
 
 C'est comme l'oeuf de Colomb
 
MANIFESTATIONS
 Léonard de Vinci : la tapisserie de la Cène exposée au Clos Lucé
 
 Huit chefs-d’œuvre du Louvre transformés en parfums
 
 
L'ENCYCLOPÉDIE DU TEMPS JADIS
 Recevez en 48h les 37 volumes édités par La France pittoresque : 900 articles, 1800 illustrations formant une truculente mosaïque de notre riche passé !
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 Coulisses (Dans les) du Palais-Bourbon : séances de la Chambre des députés au début du XXe siècle
 
 Fête de l'Assomption
 
 Caricature en France : ses débuts au Moyen Âge
 
 Prospectus publicitaire : de l'interdiction à l'âge d'or de la publicité
 
 
Et puis aussi...
 
 Cours des Miracles (Les)
 
 Fromage de Roquefort : itinéraire d'un produit unique et protégé
 
 Pâques et bergerette (Réjouissances de)
 
 Premiers journaux et premières grandes figures de la presse
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 303 ARTICLES

 

 La France pittoresque ne bénéficie d'aucune subvention, qu'elle soit publique ou privée. Prenez activement part à la transmission de notre patrimoine !
 
 Soutenez une véritable réinformation historique et contribuez à la conservation de notre indépendance éditoriale
Vous pouvez également opter pour
un montant libre
 
VOS DONS NOUS SONT PRÉCIEUX
EN SAVOIR +

 

 Facebook
 Twitter
 VK
 Instagram
 LinkedIn
 Pinterest
 Tumblr
 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2019 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services