Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 22 février DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Coutumes et traditions : Latin de cuisine dans les prétoires

Vous êtes ici : Accueil > Coutumes, Traditions > Latin de cuisine dans les prétoires
Coutumes, Traditions
Origine, histoire des coutumes, traditions populaires et régionales, fêtes locales, jeux d’antan, moeurs, art de vivre de nos ancêtres
Latin de cuisine dans les prétoires
(D’après « Curiosités philologiques, géographiques
et ethnologiques », paru en 1855)
Publié / Mis à jour le mercredi 12 janvier 2011, par LA RÉDACTION
 
 
 
Il a fallu lutter longtemps contre l’obstination des tribunaux français à faire usage du latin dans leurs actes, et les documents empruntés à la justice ordinaire plaident en défaveur de la latinité du temps, la ténacité des hommes de robe à vouloir parler une langue qu’ils savaient si mal, ne s’expliquant donc que par un funeste esprit de routine

En 1490, Charles VIII avait prescrit d’écrire les dépositions en français ; en 1510, Louis XII fut obligé de renouveler cet édit. Ce que ces deux rois avaient exigé pour les dépositions, François Ier l’étendit en 1532 aux actes des notaires, et en 1539, par l’ordonnance de Villers-Cotterêts, à toutes les espèces d’actes judiciaires.


La Justice
(estampe de la fin du XVIe siècle)

C’est la barbarie de ce soi-disant latin qui détermina François Ier à le proscrire des actes du Parlement ; voici en quelle circonstance : « Sa Majesté s’étant informée d’un courtisan, quel arrêt on avait rendu dans un procès de conséquence où il était demandeur, et qui venait d’être jugé au Parlement ; le seigneur lui répondit : « Sire, étant venu en poste, sur l’avis de mon procureur, pour me trouver au jugement de mon procès, à peine ai-je été arrivé que votre cour du Parlement m’a débotté. – Vous a débotté ! lui dit le roi, qu’entendez-vous par là ? – Oui, Sire, au moins la Cour, en prononçant, s’est servie de ces termes : Dicta curia debotavit et debotat dictum actorem, langage qui parut, dit-on, si ridicule au roi et à ceux qui l’accompagnaient, qu’il résolut de défendre à son Parlement de s’en servir dans la suite. » (Du Radier, Tablettes historiques, tome II).

Cependant, vingt-six années après l’ordonnance de Villers-Cotterêts, les cours supérieures persistaient encore dans l’emploi de la langue latine « pour les réponses sur requêtes et pour les enregistrements des lois royales », quoique les requêtes et les lois elles-mêmes, au bas desquelles on les inscrivait, fussent en langue française, et on fut forcé de le leur interdire en 1563 par l’ordonnance de Roussillon. Bien plus, en 1629, c’est-à-dire quatre-vingt dix ans après l’ordonnance de Villers-Cotterêts, et soixante-six après celle de Roussillon. on eut encore à faire la même défense, pour les procédures et jugements, aux tribunaux ecclésiastiques (Code Michaud, art. 27).

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !