Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 22 mars DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Coutumes et traditions : jeu du papeguay ou tournoi de la bourgeoisie - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Coutumes, Traditions > Papeguay (Jeu du) ou tournoi de la (...)

Coutumes, Traditions

Origine, histoire des coutumes, traditions populaires et régionales, fêtes locales, jeux d’antan, moeurs, art de vivre de nos ancêtres


Papeguay (Jeu du)
ou tournoi de la bourgeoisie
(d’après un article paru en 1842)
septembre 2002, par LA RÉDACTION

 

Le jeu du papeguay, qu’on pourrait assez justement appeler le Tournoi de la bourgeoisie, remonte au commencement du quatorzième siècle. C’était un tir à l’arc, à l’arbalète ou à l’arquebuse, dont le vainqueur prenait le titre de roi, et avait droit à certaines exemptions.

Dès le quinzième siècle, on le trouve en usage dans la plupart des provinces de France, en Bretagne, en Dauphiné, en Provence, en Gascogne, tantôt sous ce nom, tantôt sous celui de tir à l’arbalète, et aujourd’hui encore nous l’avons vu conservé dans quelques petites villes, dans le Soissonnais, par exemple, par des compagnies organisées militairement sous le nom de compagnie de l’arc.

Au quinzième siècle, cette coutume encouragée par les rois de France, dans le but d’engager l’élite des bons citoyens à apprendre l’exercice de l’arbalète, de l’arc et l’arquebuse, avait donné lieu à la formation dans chaque province de corporations assez puissantes, et jouissant de privilèges assez considérables. Celle sur laquelle nous avons trouvé le plus de renseignements est la compagnie des chevaliers du papeguay de Nantes. Elle avait été créée par les ducs de Bretagne et confirmée par les rois de France depuis la réunion.

Des ordonnances rendues en 1407 et 1471 avaient accordé à celui qui abattrait une fois le papegault l’affranchissement des tailles, aides, dons, emprunts, quêts, arrière-quêts, gardes de portes, et de tous autres subsides personnels, avec attribution de noblesse héréditaire, place et rang aux états, à celui qui l’abattrait trois fois. Ces compagnies se composaient de l’élite de la bourgeoisie ; la noblesse toutefois ne dédaignait pas de s’y faire incorporer. Nous avons retrouvé dans la vie de Du Guesclin, qu’il avait remporté dans sa jeunesse, au champ Jaquet, à Rennes, le prix du papeguay et de la lance. Plus tard, en 1544, nous trouvons une ordonnance qui interdit aux prêtres la faculté de s’enrôler parmi les chevaliers du papeguay. Enfin des privilèges postérieurs de la compagnie de Nantes portaient qu’il n’y avait que les gouverneurs, présidents et seigneurs de la cour, et messieurs des comptes qui pourraient y tirer sans faire le serment ordinaire.

Les exercices du papeguay avaient lieu presque toute l’année, ordinairement le premier dimanche de chaque mois. Mais les fêtes de la compagnie n’avaient lieu qu’une fois l’an, dans quelques provinces, au mois de mars ; dans d’autres, au mois de mai. A cette époque, les chevaliers se réunissaient quatre dimanches de suite pour tirer le joyau, et le vainqueur de chaque journée tirait toujours le premier à la journée suivante. On élevait sur une tour un mât soutenu de chaque côté par des haubants, on plaçait l’oiseau sur l’extrémité, et on le tirait d’en bas presque perpendiculairement.

Le costume a varié avec les époques ; il consistait, en 1668, en un haut-de-chausse large et plissé avec boucles retombant de la ceinture, ceinture de buffle, petite veste ou justaucorps, manches courtes avec bouffantes sur l’avant-bras, manches de chemises serrant le poignet, et chapeau de forme ronde et basse à bords plats.

Retour du vainqueur au Jeu du Papeguay, d'après un dessin du XVIIIe siècle par Mariette
Retour du vainqueur au Jeu du Papeguay,
d’après un dessin du XVIIIe siècle par Mariette

Dans un règlement de 1728, nous trouvons le costume suivant de rigueur :
Officiers : Habit de drap écarlate en surtout, bordé d’un galon d’or
Brigadiers : Même habit, galon d’or sur la manche et la poche
Chevaliers : Même habit simple, chapeau bordé d’un galon avec cocarde blanche.

Bien que l’usage de ce tir à l’arbalète se soit conservé jusqu’à notre époque, dès le milieu du dix-septième siècle, on avait enlevé à la plupart des compagnies leurs privilèges les plus importants ; aujourd’hui il ne leur en reste plus d’aucune sorte.

Quant à l’étymologie du mot papeguay, papegay ou papegault, nous ne pouvons être d’accord avec un critique qui fait venir papegault du mot grec papoikos, jeu de nos ancêtres, ou de padoikos, jeu de l’arc, et qui trouve ainsi l’occasion de faire remonter le jeu du papeguay aux Troyens, et d’en trouver le description dans un chant de l’Iliade. Nous croyons la suivante préférable. Les Italiens appellent le perroquet papagallo ; les Espagnols papagayo. Chez nous-mêmes, au douzième siècle, papegault ne signifiait rien autre chose ; au moins doit-on tirer cette conséquence de la description suivante du papegault que nous avons trouvée dans un manuscrit de cette époque : « Papegault est un oiseau vert, mais son bec et ses pieds sont rouges et a plus grande langue et plus lee (déliée) que nul oiseau, parquoi il dit paroles articulées en semblance d’omme, se on lui enseigne de sa jouvence, dedans le second an de son âge, etc. » Au Moyen Age, le papegault n’était donc rien autre chose que le perroquet.

Maintenant, qu’on se rappelle que dans tous les tirs à l’arc l’oiseau était le plus souvent en bois ou en carton, presque toujours peint en vert, et sinon imitant parfaitement le perroquet, ayant au moins la prétention de lui ressembler. Toutes ces considérations seront plus que suffisantes pour faire admettre que le jeu du papegault signifiait jeu du perroquet, et que ce jeu s’appelait ainsi, parce que l’oiseau qui servait de but aux tireurs avait été peut-être dans l’origine un perroquet véritable.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Révolution dite française : fille des Illuminés de Bavière et de la franc-maçonnerie ?
 
 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
 Pain mangé par nos aïeux : sa nature, son prix
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Des bibliothèques dans les trains ?
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Servir de Triboulet
 
 A la coutume de Lorris, le battu paie l'amende
 
MANIFESTATIONS
 Courbet dessinateur : une exposition inédite à Ornans (Doubs)
 
 Printemps de l'Archéologie à Saint-Dizier
 
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 L'heure à travers le temps : vie rythmée par le soleil et division d'une journée en 24 heures
 
 Dîner autrefois : de l'art singulier de passer les plats
 
 Premiers pas de l'affiche comme support de communication
 
 Chandeleur ou Présentation de Jésus au Temple : origine, signification et coutumes
 
 
Et puis aussi...
 
 Politesse française : un héritage gaulois ?
 
 Dictionnaire de l'Académie française : une élaboration lente et minutieuse
 
 Règles de beauté féminine : 30 critères exigés par les auteurs de la Renaissance
 
 Rayonnement du français : quand la langue française régnait en Angleterre
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 299 ARTICLES

 

Suivre notre Pinterest

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 
 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2019 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services