Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 19 juillet DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Noël, au temps passé - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Coutumes, Traditions > Noël, au temps passé

Coutumes, Traditions

Origine, histoire des coutumes, traditions populaires et régionales, fêtes locales, jeux d’antan, moeurs, art de vivre de nos ancêtres


Noël, au temps passé
(D’après « Au pays des légendes » (par Eugène Herpin), paru en 1901)
Publié / Mis à jour le lundi 24 décembre 2018, par LA RÉDACTION

 
 
 
Si les jolies traditions populaires dont tous les peuples ont voulu poétiser la radieuse et sainte Noël varient suivant les époques en mettant en scène sabot, arbre de Noël ou encore crèche, il est en qui occupent du Moyen Age au XXe siècle une place privilégiée : la bûche et les chants

Au début du XXe siècle, c’est le gui des pommiers qu’on suspend à la rosace des plafonds, en mémoire de nos lointains aïeux, les Gaulois ; c’est le mignon sabot qu’on dépose, au bord de la cheminée ; c’est l’arbre de Noël et le bonhomme Hiver qu’on offre aux bébés bien sages... À la fin du XIXe, la joie de Noël, c’était surtout la crèche familiale qu’animaient Filandre, la Mondaine, les Rois Mages, les riantes maisons de carton, les naïves poupées à ressorts qui s’en allaient, par les chemins sablés, vers l’Enfant Jésus en cire, lui portant les petits moutons blancs de nos bergeries.

L’épicier de la famille donnait aux enfants un paquet de petites bougies multicolores. La crèche s’embrasait, et, tous en chœur, on se mettait à chanter, devant le naïf paysage :

Sus ! sus ! bergers, réveillez-vous !
Sus ! sus ! bergers, réveillez-vous !
Le bruit croissait de plus en plus !
Ils criaient comme des perdus :
C’est trop dormir, qu’on se réveille !
Ils répétaient toujours cela !
Bergers, venez voir la Merveille,
Et vos moutons, laissez-les là !
Et vos moutons, laissez-les là !

Le symbole de Noël était alors également la grosse bûche traditionnelle — la bûche de Noël — à laquelle le chouberski, la salamandre, les cheminées au charbon de terre ou au pétrole ont porté un coup irréparable.

Couverture de Le petit Noël par O. Dupin, paru en 1869
Couverture de Le petit Noël par O. Dupin, paru en 1869

Mais plus anciennement, avant la Révolution, à l’époque du Moyen Age, quels étaient donc, chez nous, les populaires usages, les fêtes familiales, les naïfs usages qui symbolisaient la Noël ? Voici quelques-unes de ces lointaines traditions, depuis longtemps disparues.

Dès le matin de Noël, le seigneur féodal et tous ses vassaux se vêtaient de leurs plus riches vêtements, et on faisait alors entrer « les hautbois de l’Avent », ces musiciens qui, les quatre dimanches précédant Noël, s’en allaient, le soir, de porte en porte, jouer leurs plus beaux Noëls. Ils ne sont pas sans rappeler les pastorales, ainsi que de cette fameuse « Chanson des œufs » qu’on allait encore, au tout début du XXe siècle, dans toute la Basse-Bretagne, chanter la nuit de Noël, de village en village :

J’ai un p’tit coq dans mon panier,
Qui n’a pas encor chanté.
S’il n’a pas chanté,
Il chantera !
Alléluia !

Cependant, le seigneur du village, accompagné des « hautbois de Noël » et de ses vassaux parés de leurs plus riches atours, se rendait, musique en tête, au parc des coulpes forestiers, c’est-à-dire des délits forestiers. « Ce parc, nous apprend un ouvrage consacré à Paris paru en 1837, clôt une enceinte voisine du château, où l’on renfermait les bêtes prises en dommage, dans l’étendue des domaines seigneuriaux. Le prévôt et le sénéchal, après avoir fait le signe de la croix et dit à haute et intelligible voix : Pax sit inter vos, faisaient sortir et rendaient, à leurs maîtres, les bœufs et les ânons, car ces animaux sont, pendant les trois jours de la fête, en grande vénération, en souvenir du bœuf et de l’âne qui se trouvaient dans la crèche.

« À la nuit tombante, commençaient d’autres réjouissances. Dès que la dernière lueur du jour s’était fondue dans l’ombre, les habitants du pays avaient grand soin d’éteindre leurs foyers, puis ils allaient en foule allumer des brandons, à la lampe qui brûlait dans l’église, en l’honneur de la Mère de Jésus. Un prêtre bénissait les brandons ; l’on allait aussitôt se promener dans les champs : c’est ce qu’on appelait la fête des flambarts. Ces flambarts portaient ainsi le seul feu qui régnât dans le village, c’était le feu bénit et régénéré qui devait jeter de jeunes étincelles, sur l’âtre ravivé ».

Cependant, voici le soir qui tombe. Le chef de famille, suivi de ses enfants et de ses serviteurs, se rend processionnellement chercher les restes de la bûche de Noël, ses derniers tisons, pieusement déposés en relique, dans une des armoires du logis. Il les dépose devant le foyer. Après quoi, tout le monde se met à genoux, et, à haute voix, l’aïeul récite alors le Pater, cependant que deux valets de ferme s’approchent de la grande cheminée familiale et y déposent la nouvelle bûche de Noël, tronc de chêne superbe et rugueux, qu’on appelle « la coque de Noël. »

Frontispice de La fée sucrée ou La nuit de Noël par Adèle de Nouvion, édition de 1860
Frontispice de La fée sucrée ou La nuit de Noël par Adèle de Nouvion, édition de 1860

L’aïeul y met le feu, après l’avoir aspergée d’eau bénite. Pendant ce temps, dans le coin de la chambre, le nez au mur, les petits enfants prient, à mains jointes. Ils prient, à haute voix, demandant à l’Enfant-Jésus des bonbons, des joujoux, des dragées et des fruits confits. Et voici la flamme qui s’allume, les sarments secs qui pétillent. « Voyez ! voyez ! » leur crie-t-on. Les enfants accourent. Le foyer est enguirlandé de jouets et de friandises. Descendu par le grand trou de la cheminée qui flamboie, c’est l’Enfant-Jésus qui les a déposés, autour de la belle bûche de chêne, tout comme, aujourd’hui, il les dépose, dans le petit sabot de nos enfants.

« Bûche première ! seconde bûche ! bûche vingtième ! bûche quarantième ! » disait-on, au Moyen Age, en apportant, chaque année, la nouvelle bûche de Noël. Cette formulette signifiait que déjà deux fois, déjà vingt fois, déjà quarante fois... l’aïeul avait ainsi présidé à la familiale solennité de Noël.

Et, durant toute la veillée, on chantait des Noëls, et, à minuit, on se rendait à l’église, par les petits « chemins de messe », en longues files, éclairant sa route avec des lanternes et des torches de résine.

Avant la préface, l’officiant offrait, au seigneur féodal, un morceau de pain bénit, ainsi qu’une fiole de vin qu’il lui présentait, sur une assiette richement décorée. Et la belle messe de minuit, alors, se poursuivait, aux chant des gais cantiques et des Noëls populaires.


Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 


 

 Révolution dite française : fille des Illuminés de Bavière et de la franc-maçonnerie ?
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
 Des bibliothèques dans les trains ?
 
 Charlemagne se fait voleur par ordre de Dieu
 
 Blason féodal : né au XIIe siècle de la nécessité d'authentifier les actes
 
 Pain mangé par nos aïeux : sa nature, son prix
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Il fait comme l’anguille de Melun, il crie avant qu’on l’écorche
 
 Au danger on connaît les braves
 
MANIFESTATIONS
 Merveilleux-scientifique : mariant science et mystère
 
 Dentelles (Les) de la cour d'Henri IV renaissent au Puy-en-Velay
 
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 Applaudissements lors des concerts de musique classique
 
 Feux de la Saint-Jean : rituel chargé de croyances et de symboles
 
 Lettres de cachet : du mythe à la réalité
 
 Rébus : rencontre de l'art et de l'ingéniosité
 
 
Et puis aussi...
 
 Noël autrefois (Veillée de) et coutume du repas maigre
 
 Aune des merciers, précurseur du système métrique
 
 Étudiants du XIXe et du XXe siècle : état d'esprit et mentalité
 
 Mariage en Vimeu : cérémonie et coutumes observées jadis
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 301 ARTICLES

 

Suivre notre Pinterest

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 
 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2019 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services