Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 3 décembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Second Life

Coutumes et traditions : duels avant la Révolution

Vous êtes ici : Accueil > Coutumes, Traditions > Duels avant la Révolution de 1789
Coutumes, Traditions
Origine, histoire des coutumes, traditions populaires et régionales, fêtes locales, jeux d’antan, moeurs, art de vivre de nos ancêtres
Duels avant la Révolution de 1789
(d’après un article paru en 1843)
novembre 2001, par LA RÉDACTION
 

L’usage des duels proprement dits s’est introduit chez nous vers le règne de Charles VIII ; mais au XVIe siècle et au XVIIe, la fureur de ces combats singuliers, qui, la plupart du temps, n’étaient que d’infâmes guets-apens, fut portée au plus haut degré. « Mettez trois François aux déserts de Lybie, dit Montaigne, ils ne seront pas un mois ensemble sans se harceler et s’esgratigner. »

On peut voir d’après les Mémoires contemporains de Brantôme, de d’Aubigné, de l’Estoile, de Tallemant des Réaux, qu’il n’y a peut-être pas un nom illustre parmi les gentilshommes de la cour de France, depuis François Ier jusqu’à Louis XIV, qui ne soit terni par une ou plusieurs histoires de duels dégénérant en assassinats. « En mars 1607, dit l’Estoile, M. de Loménie supputa combien il avoit péri de gentilshommes françois par les duels, depuis l’avènement de Henri II en 1589, et il s’en étoit trouvé quatre mille de compte fait ; ce qui, pour un espace de dix-huit ans, donne au-delà de deux cent vingt par an ».

On songea alors à réprimer sérieusement cette sanglante monomanie qui décimait la noblesse et enlevait à l’Etat ses plus intrépides défenseurs. Henri IV et Louis XIII rendirent plusieurs ordonnances qui furent illusoires, jusqu’au moment où Richelieu sut s’en faire une arme terrible contre l’aristocratie, et en cela il fut secondé par l’opinion publique.

Dans les premières années de Louis XIII, un aventurier breton, nommé Jean Chenel, sieur de La Chappronnaye, et descendant du célèbre Beaumanoir, prétendit avoir fait la rencontre en Sicile d’un ermite qui lui prédit que la France périrait si l’on n’y abolissait pas le duel. Dès lors le gentilhomme s’occupa ardemment des moyens d’empêcher la prédiction de s’accomplir. Il crut enfin avoir trouvé un remède efficace dans l’établissement d’un ordre de chevalerie dont tous les membres, bons gentilshommes, braves et adroits aux armes, feraient voeu de ne jamais accepter de cartel et de poursuivre sans pitié les duellistes connus.

Les statuts de ce nouvel ordre furent imprimés à Nantes en 1614, et, dans un autre ouvrage très rare intitulé Les Révélations de l’ermite sur l’état de la France (1617), La Chappronnaye raconte qu’il se rendit à Paris pour supplier Louis XIII de se déclarer le chef de son ordre, et qu’il en reçut verbalement, avec le titre de chevalier de la Madeleine, l’autorisation de porter la marque distinctive de l’ordre, dont le fondateur paraît avoir été le seul membre. La décoration consistait en une croix d’or émaillée de rouge, représentant d’un côté l’effigie de saint Louis, et de l’autre celle de sainte Madeleine.

Un trait caractéristique termine ce livre, et montre que le réformateur lui-même ne cherchait qu’une occasion de commettre le délit qu’il voulait faire cesser. « J’offre, dit-il au roi, le combat contre celui qui voudra tenir le parti du duel (seul à seul, les armes à la main, en la place qu’il vous plaira nous ordonner), afin de maintenir que le duel est une action indigne d’un homme de bien et d’honneur, d’un fidèle François et d’un homme de courage ».

Louis XIV se montra au moins aussi rigoureux contre les duellistes que Richelieu, mais il concourut plus d’une fois lui-même à la violation de ses propres ordonnances. Les duels recommencèrent de plus belle sous le régent qui ne fit rien pour les réprimer, et sous Louis XV et son successeur. La Révolution produisit une nouvelle sorte de duels, les duels politiques.

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !