Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 26 novembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

Faire une chose à bâtons rompus. Origine, signification proverbe, expression populaire. Dictionnaire locutions

Vous êtes ici : Accueil > Expressions, Proverbes > Faire une chose à bâtons rompus
Expressions, Proverbes
Proverbes et expressions populaires d’usage courant : origine, signification d’expressions proverbiales de la langue française
Faire une chose
à bâtons rompus
Publié / Mis à jour le vendredi 16 novembre 2018, par LA RÉDACTION
 
 
 
Faire une chose de manière désorganisée, avec de fréquentes interruptions

Cette expression proverbiale signifie faire une chose non par manière de jeu, comme on pourrait se l’imaginer, mais bien, à diverses reprises et après de fréquentes interruptions, comme l’emploie J.-J. Rousseau, dont voici la phrase : « Selon ma coutume paresseuse de travailler à bâtons rompus. »

Dans le dictionnaire de Trévoux (1771) on trouve que bâton rompu est une façon de tapisserie, qui représente plusieurs bâtons rompus et entremêlés l’un dans l’autre. On en fait aussi des ornements d’architecture, de menuiserie et de vitrage en manière de bâtons rompus. L’expression technique est donc bien rendue par les lignes et les bâtons qui se brisent pour s’enlacer. On retrouve cette expression proverbiale dans ces phrases du Pantagruel de Rabelais :

« Tant luy desohicqueteroys ses habillemens a baston rompuz, que le grand diole en attendroyt l’âme damnée à la porte. Nos ieusnes feurent terribles et bien espouventables, car le premier iour nous ieusnasmes a baston rompuz, le second a espées rabatues, le tiers a fer esmoulu, le quart a feu et a sang. » (Autant lui déchirerait ses habillements à bâtons rompus, que le grand diable en attendrait l’âme damnée à la porte. Nos jeûnes furent terribles et bien épouvantables, car le premier jour nous jeûnâmes à bâtons rompus, le second à épées rabattues, le troisième à fer émoulu, le quatrième à feu et à sang)

On peut très bien expliquer comment l’expression à bâtons rompus, qui a été d’abord appliquée à un objet a pu être attribuée à une action. On dit donc faire une chose à bâtons rompus, pour dire qu’elle s’est faite après plusieurs reprises et avec des interruptions par assimilation à ces façons de tapisseries dont il a été question plus haut.

Au XVIe siècle, il paraît que l’on employait ces mots : A heures rompues, pour expliquer qu’une chose avait été faite avec des interruptions. Si donc, on en est venu à ne plus employer les mots : à bâtons rompus, comme allusion aux dessins d’une tapisserie, cette expression a dû prendre avec sa propre signification celle de : à heures rompues, dans laquelle elle est le plus souvent employée.

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !