Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 9 février DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Second Life

Coutumes et traditions : procession des Flagellants

Vous êtes ici : Accueil > Coutumes, Traditions > Procession des Flagellants
Coutumes, Traditions
Origine, histoire des coutumes, traditions populaires et régionales, fêtes locales, jeux d’antan, moeurs, art de vivre de nos ancêtres
Procession des Flagellants
(d’après un article paru en 1849)
octobre 2002, par LA RÉDACTION
 

A Pérouse prit naissance, en 1259, un de ces grands mouvements religieux dont l’histoire du Moyen Age offre plus d’un exemple. « Tout à coup, dit un chroniqueur, la peur du jugement dernier saisit les esprits : on vit les nobles et le peuple, les vieillards et les jeunes gens, et jusqu’à des enfants de cinq ans, se réunir et marcher deux à deux en procession, chacun tenant un fouet à la main, et, au milieu des gémissements et des larmes, ils se frappaient si rudement que leur sang coulait en abondance ».

De Pérouse le mouvement gagna toute l’Italie et s’étendit de là en Allemagne, en Bohême et jusqu’en Pologne. Les Flagellants, car c’est ainsi qu’on les appela, marchaient non seulement le jour, mais la nuit à la clarté des torches et des cierges, et, dit le même chroniqueur, « on en voyait des milliers précédés par des prêtres, avec des croix et des bannières, courir les cités et les campagnes, nus des épaules jusqu’à la ceinture, malgré la rigueur de l’hiver, la tête et le visage couverts pour n’être pas reconnus. Ils se flagellaient deux fois le jour pendant trente-trois jours en mémoire du nombre des années que, suivant la tradition, le Christ avait passées sur la terre ».

A la suite de leurs prédications, suivant le même historien, les ennemis se réconciliaient, les usuriers et les voleurs restituaient les biens mal acquis, tous les pécheurs confessaient leurs fautes, on ouvrait les prisons, on délivrait les captifs, on rappelait les exilés. Toutefois des pratiques et des doctrines hétérodoxes furent bientôt introduites par les nouveaux pénitents.

Procession de Flagellants. D'après une ancienne estampe
Procession de Flagellants, d’après une ancienne estampe

Ainsi ils prétendaient que personne ne pouvait être absous de ses péchés s’il ne faisait un mois la pénitence qu’ils s’étaient imposée et qui, suivant eux, était utile aux morts, même à ceux qui étaient en enfer ou en paradis. Les princes des pays parcourus par les Flagellants, entre autres, Mainfroi, roi de Sicile, Henri, duc de Bavière, et les évêques d’Allemagne et de Pologne s’effrayèrent de ces rassemblements tumultueux, et prirent contre eux des mesures rigoureuses qui parvinrent à les dissiper.

Quatre-vingt-dix ans plus tard, les mêmes faits se renouvelèrent après une peste terrible qui avait ravagé une partie de l’Europe. Au mois de juin 1349, dit un chroniqueur, il vint de la Souabe à Spire deux cents hommes sous la conduite d’un chef et de deux autres supérieurs. Ils passèrent le Rhin dès le matin au milieu d’une foule immense, firent devant l’église de Spire un grand cercle, au milieu duquel ils se déshabillèrent, ne gardant qu’un vêtement qui les couvrait depuis la ceinture jusqu’aux talons. Ils marchèrent ensuite en procession autour du cercle, se prosternèrent l’un après l’autre, les bras étendus en croix. Ceux qui étaient au dernier rang passèrent sur le corps des premiers en leur donnant un petit coup ; puis ceux-ci se levèrent à leur tour en se flagellant eux-mêmes de leurs fouets, dont les noeuds étaient armés de quatre pointes de fer.

Après cette cérémonie, un d’entre eux lut au peuple assemblé une lettre qu’un ange, disait-il, avait apportée à Jérusalem. Elle annonçait que pour calmer la colère de Dieu, irrité contre les péchés du monde, il fallait que chacun se bannît chez lui et se flagellât pendant trente-quatre jours.

A Spire, les Flagellants recrutèrent environ cent personnes pour la confrérie, et plus de dix mille à Strasbourg. Pour être admis, il fallait jurer, entre autre choses, obéissance aux chefs, et, afin de n’être pas obligé de mendier, avoir assez d’argent pour dépenser quatre deniers par jour. Les gens mariés devaient prouver qu’ils avaient obtenu le consentement de leurs femmes. Les Flagellants ne recevaient des aumônes que pour leur communauté, et ces aumônes étaient destinées à acheter des torches et des bannières.

Ils se flagellaient deux fois le jour, le matin et le soir, soit dans la ville, soit dans la campagne, et une fois la nuit en secret. Ils portaient des croix rouges à leurs habits et à leur bonnet. En général, ils ne demeuraient pas plus d’une nuit à chaque paroisse, excepté le dimanche où ils s’arrêtaient deux nuits.

Procession des Flagellants à Avignon
Procession des Flagellants à Avignon

D’Allemagne, les Flagellants se répandirent en France. « Cette gent, dit un chroniqueur, vint premièrement de la langue thioise, comme de Flandre, de Brabant et de Hainaut, et ne passa point Lille, Arras et les frontières de Picardie. Mais assez tôt après s’en émurent plusieurs et par plusieurs tourbes de Lille, de Tournai et des marches d’environ, et vinrent en France jusqu’à Troies en Champagne, et jusques à Reims ; mais ils ne passèrent point plus avant. Le roi de France, Philippe VI, manda par ses lettres que l’on les prît par tout son royaume, où l’on les trouverait faisant leurs cérémonies. Mais nonobstant ce, ils continuèrent leurs folies, et multiplièrent en telle manière, que dans le Noël ensuivant, ils furent bien huit cent mille et plus, si comme l’on tenait fermement. Mais ils se tenaient en Flandre, en Hainaut et en Brabant, et y avait grand’foison de grands hommes et de gentilshommes » M. Leroux de Lincy, dans le premier volume du recueil des Chants historiques français, a publié deux cantiques en langue vulgaire que chantaient les Flagellants.

Au siècle suivant, en 1414, une nouvelle secte de Flagellants apparut à Sangerhausen dans le marquisat de Misnie. Ceux qui en faisaient partie se nommaient Frères de la croix, et les doctrines hétérodoxes qu’ils professaient, ils disaient les tenir d’une lettre apportée par les anges sur l’autel de Saint-Pierre. Cette hérésie fut de courte durée, et les principaux sectaires condamnés au supplice périrent sur le bûcher. On se rappelle qu’en 1583, Henri III établit à Paris des confréries de flagellants, aux processions desquelles il assistait avec toute sa noblesse.

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !