Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 25 juin DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Loteries : naissance et histoire - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Coutumes, Traditions > Loteries : naissance et histoire

Coutumes, Traditions

Origine, histoire des coutumes, traditions populaires et régionales, fêtes locales, jeux d’antan, moeurs, art de vivre de nos ancêtres


Loteries : naissance et histoire
(D’après « Dictionnaire encyclopédique de la France »
(par Philippe Le Bas), Tome 10 paru en 1843)
Publié / Mis à jour le dimanche 3 juin 2018, par LA RÉDACTION

 
 
 
Connu des Romains, ce jeu de hasard est dans un premier temps institué par François Ier pour renflouer le Trésor royal puis parer à la prolifération sans contrôle de jeux d’argent et l’usage pernicieux en résultant, avant d’être prohibé, de sombrer dans l’oubli, puis que Louis XIV ne le réhabilite pour financer les fêtes données à Versailles et pour autoriser certains établissements, civils comme religieux, à mettre en oeuvre leurs propres loteries

Cette espèce de jeu de hasard, dont le nom dérive du vieux mot lot (qui se retrouve dans les mots alleu, allodium, lods et ventes — droit pécuniaire que l’on payait au seigneur pour la mutation de la censive, c’est-à-dire quand l’héritage changeait de mains par une vente ou par un acte équivalent à une vente —, etc.), était connu des Romains ; mais l’usage n’en fut introduit en France que vers 1520, à la suite des guerres d’Italie. Ce jeu s’appela d’abord blanque, du nom bianca que les Italiens lui donnaient, parce que les billets non gagnants étaient blancs, et, lors du tirage, désignés à haute voix par le mot bianca.

La loterie ne fut primitivement en France qu’une manière de faire le commerce pour des marchands ou des particuliers qui voulaient se défaire de leurs marchandises ou de quelque objet de prix. Plus tard, les guerres désastreuses de François Ier ayant épuisé ses ressources, on lui proposa de créer une loterie, sur les fonds de laquelle il prélèverait un droit. Ce projet fut approuvé ; et le roi, par des lettres patentes datées du mois de mai 1539, créa une loterie royale.

Une loterie royale en 1681. Gravure parue dans le Mercure galant de mai 1681
Une loterie royale en 1681. Gravure parue dans le Mercure galant de mai 1681

De ces lettres il est intéressant d’extraire de ces lettres le passage suivant : « Comme de la part de certains bons et notables personnages de notre royaume, nous ait été dit, remontré et donné à entendre que plusieurs nos sujets tant nobles, bourgeois, marchands qu’autres, enclins et desirans jeux et ébatemens, se sont souventefois, à faute de jeux honorables, permis ou mis en usage, appliquez par cy-devant et s’appliquent encore à plusieurs autres jeux dissolus, en telle sorte et obstination que les aucuns y ont consommé et consomment tout leur temps, délaissans par tels moyens toute œuvre et labeur vertueux et nécessaire ; les autres tous leurs biens et substances, etc. et que pour faire cesser lesdits inconvéniens, et abolir et eloigner l’usage pernicieux dont ils ont procédé et procèdent, ne se trouveroit meilleur moyen que de permettre et mettre en avant quelques autres jeux et ébatemens, esquels Nous, nosdits sujets et chose publique, ne pussent avoir ne recevoir aucun intérest ; nous proposons entre autres celuy de la blanque, longtemps permis ès villes de Venise, Florence, Gennes, et autres villes et citez bien policées, fameuses et de grandes renommées, avec conditions honnestes et louables, statuts et ordonnances, et articles utiles et nécessaires pour l’entretenement d’icelle, pour obvier à tous abus et calomnies ; nous requérant et suppliant très-humblement... qu’il fust par Nous permis à l’un des habitans de ladite ville de Paris de faire ladite blanque en la manière qui s’ensuit.

« C’est à sçavoir que dorénavant il luy loise, et à tous autres soit inhibé et défendu, de faire crier et publier toutes les fois que bon luy semblera, et qu’il aura des bagues et joyaux d’or et d’argent non monnoyé, or et argent monnoyé et autres marchandises, dont il fera montre publique, qui seront délivrez à toutes personnes ausquelles par sort et bonnes fortunes ils écherront dedans deux mois inclus, à compter du jour de ladite publication, iceux faire priser et estimer par gens à ce connoissans, jurez et à ce députez ; que toutes personnes, fors mendians et misérables, seront reçues à bailler leurs devises, en fournissant au facteur et maître d’icelles, pour chacune devise, un teston valant dix sols six deniers pièce, lesquelles devises seront enregistrées par deux personnages aussi à ce connus, et d’icelles seront délivrées ausdits personnages billets de chacune devise cottez par le nombre de leur enrôlement, signez desdits commis et dudit maistre acteur de blanque ; lequel, incontinent qu’il aura reçu la valeur desdits joyaux et marchandises, fera extraire dudit registre autant de billets qu’il aura de devises enrôlées, lesquelles il fera signer par lesdits commis, et seront mis en un vaisseau pour ce ordonné, et autant de billets ou partie desquels seront écrits les lots des joyaux et marchandises nommez bénéfices, signez desdits commis et dudit maistre facteur, et le surplus et le reste seront blancs et sans écritures ; tous lesquels blancs et bénéfices ensemble seront mis en un autre vaisseau à ce aussi ordonné ; et au jour qui aura esté publié, la traite desdits bénéfices en un certain lieu public, et déclaré sur un échafaut élevé de terre de hauteur compétente, seront apportez lesdits deux vaisseaux, et en chacun d’eux particulièrement mêlez lesdits brevets et billets au vu du peuple, puis tirez par innocence un brevet d’un vaisseau et un billet de l’autre ensemblement ; et à ceux qui auront rencontré bénéfice sur leurs devises, iceux bénéfices délivrez au jour qui aura esté publié pour ce faire en l’hostel et boutique dudit maistre, en rapportant par eux à iceluy maistre et facteur les brevets extraits de son enrôlement ; et que ceux qui n’y viendront ledit jour, leurs bénéfices leur seront perdus jusqu’à un mois après, à compter du jour de ladite traite, etc. »

Les loteries tirées par permission du roi pour le bien public et le soulagement des hôpitaux. Gravure parue dans le Grand Almanach de 1706
Les loteries tirées par permission du roi pour le bien public et le soulagement des hôpitaux.
Gravure parue dans le Grand Almanach de 1706

Cette loterie resta ouverte pendant deux ans ; et, comme les billets ne se plaçaient pas, le roi, par une déclaration du 24 février 1541, abaissa le droit royal, qui était de dix sous six deniers pour chaque billet. On ne sait pas si elle fut alors tirée. Quoi qu’il en soit, on ne donna aucune suite à cette institution.

Pendant la minorité de Charles IX, un particulier, qui avait obtenu à cet effet, des lettres patentes, ouvrit une loterie, dont l’objet était la vente d’une montre en or. Mais, par un arrêt du 23 mars 1563, le parlement condamna l’entreprise, et, en 1598, un nouvel arrêt annula tous les privilèges de ce genre. En 1573, le procureur général fut chargé de faire saisir « une loterie permise et ouverte en la ville de Soissons à la ruine des habitans d’icelle. »

Diverses autres entreprises du même genre n’eurent pas un meilleur sort, jusqu’au moment où, en 1656, Mazarin accorda des lettres patentes pour l’établissement d’une loterie proposée par l’italien Tonti — ’inventeur de la tontine, sorte d’épargne permettant de jouir d’une rente viagère —, dans le but de reconstruire en pierre le pont de bois qui existait entre les galeries du Louvre et le faubourg Saint-Germain, et qui venait d’être brûlé. Cette loterie n’eut aucun succès.

Deux ans plus tard, une société se forma pour la vente de marchandises par loteries ; mais les six corps des marchands s’étant opposés à l’enregistrement des lettres patentes obtenues par elle, le parlement, par un arrêt du 16 janvier 1658, fit droit à leur opposition. Louis XIV mit les loteries à la mode dans les fêtes brillantes qu’il donnait à Versailles. Il se servit de ce moyen pour gratifier ses maîtresses et ses courtisans de lots précieux qui ne lui coûtaient rien. Une loterie publique, qui avait été établie momentanément à l’époque du mariage de ce prince, avait tellement développé le goût des jeux de hasard chez la nation, que lorsque cet établissement fut supprimé on recourut aux loteries étrangères et clandestines.

Enfin, en 1700, un arrêt du conseil d’État ordonna l’établissement, à l’hôtel de ville de Paris, d’une loterie royale « de dix millions de livres de capital, qui devaient produire cinq cent mille livres de rentes viagères au denier vingt, lesquelles seraient distribuées en plusieurs lots, dont les plus forts étaient de vingt mille livres de rente, et les moindres aussi de trois cents livres de rente. »

Maison de jeu au XVIIIe siècle. Gravure de William Hogarth (1697-1764)
Maison de jeu au XVIIIe siècle. Gravure de William Hogarth (1697-1764)

Depuis cette époque, Louis XIV et Louis XV accordèrent souvent l’autorisation d’ouvrir des loteries à des établissements civils et même religieux, comme pour la construction de Saint-Sulpice en 1721. Ce fut de ce moyen que se servit le débauché lieutenant général de police d’Argenson, pour obtenir des supérieures de couvents la faculté de choisir des maîtresses parmi leurs religieuses. En 1776, par arrêt du conseil d’État du 30 juin, toutes les loteries furent supprimées ; mais on en créa en même temps une nouvelle sous la dénomination de loterie royale de France. Elle se tirait deux fois par mois, et produisait à l’Etat un revenu annuel de dix à douze millions.

Le 16 novembre 1794, la Convention supprima les loteries comme immorales. Sous le Directoire, le 30 septembre 1797, la loterie fut rétablie, et elle reçut sous l’empire une grande extension. Cinq roues furent successivement établies à Bruxelles, Bordeaux, Strasbourg, Lyon et Paris. À l’époque de la Restauration, la roue de Bruxelles fut transférée à Lille. Enfin, après diverses modifications, la loterie fut totalement abolie le 1er janvier 1839.

La Loterie nationale française, ancêtre de La Française des Jeux, renaîtra en 1933.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Révolution dite française : fille des Illuminés de Bavière et de la franc-maçonnerie ?
 
 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
 Blason féodal : né au XIIe siècle de la nécessité d'authentifier les actes
 
 Des bibliothèques dans les trains ?
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Voir la lune à gauche
 
 Sans rime ni raison
 
MANIFESTATIONS
 Lille fête les 350 ans de son rattachement à la France
 
 ArkéAube : voyage dans l'Aube d'avant notre ère
 
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 Vacances estivales : nécessité imposée par une vie quotidienne toute de stress pétrie ?
 
 Procession de la Lunade depuis 1340 pour conjurer peste et famine
 
 Politesse et courtoisie avant la Révolution : règles et codes de civilité en usage
 
 Argot ancien et moderne : monde étrange d'une extraordinaire richesse
 
 
Et puis aussi...
 
 Duels avant la Révolution de 1789
 
 Glanage (Le) : pratique ancestrale encadrée sous Henri II et toujours en vigueur
 
 Noël (Repas du réveillon de) : repas gras succédant à la messe de minuit
 
 Farces et farceurs du Premier Avril : l'insolite et le comique à l'oeuvre
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 296 ARTICLES

 

Suivre notre Pinterest

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 
 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2018 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services