Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 26 octobre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

Proverbe, expression populaire : Au danger on connaît les braves. Origine, signification

Vous êtes ici : Accueil > Expressions, Proverbes > Au danger on connaît les braves
Expressions, Proverbes
Proverbes et expressions populaires d’usage courant : origine, signification d’expressions proverbiales de la langue française
Au danger on connaît les braves
Publié / Mis à jour le lundi 21 novembre 2011, par LA RÉDACTION
 
 
 
L’adversité fait connaître la valeur de l’individu

Effectivement un auteur latin, Lucrèce, dans son poème de la Nature (de Natura rerum), nous a laissé ces quatre, vers qui en sont la preuve :

In dubiis hominem spectare periclis
Convenit, adversisque in rebus cognoscere quid sit ;
Nam verae voces tum demum pectore ab imo
Ejiciuntur, et eripitur persona, manet res.

« Il faut considérer l’homme dans les dangers ; on le reconnaît dans l’adversité ; car alors les paroles que son cœur lui inspire sont vraies : le masque est enlevé, le fait reste. »

La Fontaine dans son livre VI, fable II, a dépeint la fausse bravoure en mettant en scène un chasseur et un lion. L’homme avec fanfaronnade, demande à un berger de lui indiquer l’endroit ou gît le lion. Ce renseignement n’est pas plutôt obtenu que le fanfaron aperçoit venir le lion, et cherche à s’esquiver. De là, la moralité tirée par le fabuliste :

La vraie épreuve du courage
N’est que dans le danger que l’on touche du doigt :
Tel le cherchait, dit-il, qui, changeant de langage,
S’enfuit aussitôt qu’il le voit.

On pourrait citer beaucoup d’exemples d’intrépidité accomplis tous dans des circonstances différentes. En voici un qui mérite d’être cité : « Le maréchal de Turenne (1611), dans sa jeunesse, fut provoqué en duel par un autre officier. Voici la réponse qu’il lit à l’attaque dont il était l’objet : Je ne veux pas me battre avec vous en dépit des lois ; mais je saurai, aussi bien que vous-même, affronter le danger lorsque mon devoir m’y autorisera. Il y a, ajouta-t-il, un coup de main à faire, très utile certainement et très honorable à tenter pour chacun de nous, mais il est très périlleux. Allons demander à notre général (Turenne n’était alors que capitaine) la permission de nous risquer et nous verrons lequel des deux s’en tirera avec le plus d’honneur. » L’officier qui avait proposé le duel, trouvant le projet trop périlleux, refusa alors de se soumettre à une semblable épreuve.

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !