Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 22 août DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

5 mai 449 : mort de saint Hilaire, évêque d'Arles - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Mai > 5 mai > 5 mai 449 : mort de saint Hilaire, (...)

Éphéméride, événements

Les événements du 5 mai. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique


5 mai 449 : mort de
saint Hilaire, évêque d’Arles
Publié / Mis à jour le samedi 4 mai 2013, par LA RÉDACTION

 

Le quatrième siècle avait déjà possédé un saint Hilaire, qui, nourri dans les doctrines du paganisme, se convertit par la lecture des livres sacrés, et, quoique époux et père, fut promu à l’épiscopat de Poitiers, sa ville natale. Invincible défenseur de la foi de Nicée, comme l’appellent Socrate et Sozomène, ce saint évêque consacra sa vie à lutter contre les Ariens. Il entreprit de lointains voyages, subit l’exil, brava la puissance impériale pour soutenir la pureté du dogme. Suivant saint Jérôme, il mourut en 368, laissant de nombreux écrits, qui lui valurent le titre de docteur de l’Eglise.

Vers le commencement du cinquième siècle, un autre saint Hilaire naquit sur les confins de la Lorraine et de la Champagne. Issu d’une famille illustre, appelé par son mérite à la carrière la plus brillante, il suivit saint Honorat, son parent, dans le monastère de Lérins, dont ce dernier était abbé. Plus tard, il le suivit encore, lors de sa nomination à l’évêché de la ville d’Arles, et, à sa mort, il l’y remplaça, bien qu’il fût à peine âgé de vingt-neuf ans. Le début de saint Hilaire dans l’épiscopat ne se ressentit nullement de sa jeunesse : son empressement à s’entourer d’une congrégation de prêtres et de religieux pour le seconder dans ses fonctions pastorales, son éloquence, sa charité lui concilièrent le respect et l’amour.

Les démêlés de l’évêque d’Arles avec le pape saint Léon ne sont pas sans importance dans l’histoire de l’Eglise gallicane : en voici le sujet. Un concile, présidé par saint Hilaire, avait déposé Célidoine, évêque d’une ville qu’on croit être Besançon, par le double motif qu’avant son ordination cet évêque avait épousé une veuve, et qu’étant magistrat il avait prononcé des arrêts de mort. Au lieu de se soumettre, Célidoine courut à Rome invoquer l’autorité du pape : saint Hilaire y vint après lui soutenir la décision du concile. Quelle fut sa surprise de voir Célidoine triompher par ses artifices, et d’être réduit lui-même à fuir précipitamment, à pied, malgré les frimas, pour se dérober au péril ! Telle fut la conséquence de son refus de reconnaître le droit d’appel à Rome, droit que n’admettaient pas encore les églises en deçà des Alpes.

De retour dans son diocèse, saint Hilaire envoya au pape des députés chargés de l’apaiser, sans toutefois lui offrir le sacrifice de sa doctrine : la négociation resta donc sans effet. Dans le même temps, ses ennemis, encouragés par le mauvais accueil qu’il avait reçu à Rome, l’accusaient de parcourir les provinces avec un appareil militaire, pour influencer les élections, et placer sur les sièges vacants des hommes inconnus, en rejetant ceux qu’appelaient les vœux du peuple. Le pape, ayant prêté l’oreille à toutes ces calomnies, condamna l’accusé, qui ne fut pas admis à se défendre, le dépouilla de toutes les prérogatives de son siège, de ses droits de métropolitain, qu’il transféra à Léonce, évêque de Fréjus, et le déclara séparé de sa communion. Prévoyant que l’exécution de sa sentence éprouverait de grandes difficultés dans les Gaules, il obtint de l’empereur Valentinien III un rescrit célèbre, que l’on regarde comme le fondement de l’autorité des souverains pontifes hors de l’Italie.

Proscrit à la fois par les deux puissances, saint Hilaire garda un silence respectueux, et ne perdit rien, ni de la vénération que lui portaient ses collègues, ni du pouvoir dont il était revêtu. Mais enfin ses veilles, ses abstinences et ses travaux continuels mirent fin à sa vie. Ses ennemis même l’honorèrent de leurs regrets ; les juifs, confondus aux chrétiens, assistèrent à ses funérailles.

 
 

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 


 

 Napoléon : l'enfance du futur empereur des Français
 
 Des bibliothèques dans les trains ?
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Blason féodal : né au XIIe siècle de la nécessité d'authentifier les actes
 
BON À SAVOIR
 Avoir besoin de deux grains d'ellébore
 
 La caque sent toujours le hareng
 
MANIFESTATIONS
 Dentelles (Les) de la cour d'Henri IV renaissent au Puy-en-Velay
 
 Huit chefs-d’œuvre du Louvre transformés en parfums
 
 
L'ENCYCLOPÉDIE DU TEMPS JADIS
 Recevez en 48h les 37 volumes édités par La France pittoresque : 900 articles, 1800 illustrations formant une truculente mosaïque de notre riche passé !
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 5 mai 1821 : mort de Napoléon
 
 5 mai 1928 : mort d'Augustin Cabanès, historien de la médecine
 
 5 mai 1814 : Napoléon prend possession de l'île d'Elbe
 
 5 mai 1789 : ouverture des Etats-généraux à Versailles
 
 
Et puis aussi...
 
 5 mai 1788 : insurrection du parlement de Paris contre l'autorité royale et investissement du palais
 
 5 mai 1645 : Turenne est défait à Mariendal, par le général Mercy
 
 5 mai 1664 : fête donnée à Versailles par Louis XIV
 
 5 mai 1808 : mort du médecin Pierre Cabanis
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 9 ARTICLES

 


Mai
 
 

 

 La France pittoresque ne bénéficie d'aucune subvention, qu'elle soit publique ou privée. Prenez activement part à la transmission de notre patrimoine !
 
 Soutenez une véritable réinformation historique et contribuez à la conservation de notre indépendance éditoriale
Vous pouvez également opter pour
un montant libre
 
VOS DONS NOUS SONT PRÉCIEUX
EN SAVOIR +

 

 Facebook
 Twitter
 VK
 Instagram
 LinkedIn
 Pinterest
 Tumblr
 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2019 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services