Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 28 septembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Second Life

27 juillet 1778 : combat d'Ouessant entre les flottes française et anglaise

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Juillet > 27 juillet > 27 juillet 1778 : combat d'Ouessant (...)
Éphéméride, événements
Les événements du 27 juillet. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
27 juillet 1778 : combat d’Ouessant
entre les flottes française et anglaise
Publié / Mis à jour le vendredi 27 juillet 2012, par LA RÉDACTION
 

Pendant la guerre d’Amérique, la cour de Versailles ayant fait un traité d’alliance avec les Etats-Unis, au commencement de l’année 1778, la flotte française était sortie de Brest le 8 juillet de la même année. Le comte d’Orvilliers était général en chef, et avait divisé l’armée navale en trois escadres : la première était directement sous sa conduite ; la seconde était commandée par le comte Duchaffaut, et la troisième par le duc de Chartres, depuis duc d’Orléans.

La flotte anglaise était aussi en trois divisions. L’avant-garde était commandée par le chevalier Harland, vice-amiral de la rouge ; et l’arrière-garde, par le chevalier Pallifer, vice amiral de la bleue ; l’amiral en chef, Keppel, était au centre : les deux flottes se trouvèrent an présence le 27 juillet.

D’après toutes les relations de cette affaire, il paraît que d’Orvilliers aurait pu remporter une victoire signalée, et que cette victoire aurait été facile par la désobéissance de Pallifer à un signal de l’amiral Keppel. Cet amiral, à son retour en Angleterre, fut accusé d’avoir pu défaire l’armée navale de France ; on instruisit son procès, qui dura depuis le 7 janvier suivant jusqu’au 11 février. Il fut acquitté de la manière la plus honorable, par le conseil de guerre, qui déclara qu’il s’était conduit en officier expérimenté et judicieux.

  1. En France, on accusa le duc d’Orléans de s’être tenu à fond de cale pendant toute l’action ; mais de la Motte-Piquet prétend, dans sa relation, que le duc d’Orléans montra la plus grande ardeur pour en venir à une bataille ; que ce fut lui qui tira le premier coup de canon, et qui engagea le combat ; et que lorsque le comte d’Orvilliers écrivit à ses lieutenants-généraux, pour leur demander s’ils étaient d’avis de combattre, le duc fit cette réponse laconique : Le plus tôt sera le mieux ; je ne suis venu ici que pour cela.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !