Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 27 septembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

Casque des Poilus : plus résistant que les équipements militaires modernes

Vous êtes ici : Accueil > L’Histoire fait l’Actu > Casque des Poilus : plus résistant (...)
L’Histoire fait l’Actu
Quand Histoire et Patrimoine font la une, s’invitent dans notre quotidien et deviennent un sujet d’actualité. Le passé au cœur de l’actu.
Casque des Poilus :
plus résistant que les
équipements militaires modernes
(Source : Ouest France)
Publié / Mis à jour le samedi 4 avril 2020, par LA RÉDACTION
 
 
 
Une étude américaine s’est penchée sur le casque Adrian, utilisé par les Poilus au cours de la Première Guerre mondiale. Elle démontre qu’il protège mieux les soldats des traumatismes crâniens que le nouvel équipement moderne des militaires américains.

C’était mieux avant ? Pour certaines pièces d’équipement militaire, oui. Aussi surprenant que cela puisse paraître, des chercheurs de l’Université de Duke, aux États-Unis, ont démontré la plus grande résistance d’un casque de la Première Guerre mondiale à celui utilisé actuellement par l’armée américaine, face aux explosions. Et, cocorico, il est français.

Un outil pour lutter contre les éclats d’obus dans les tranchées
Nous sommes fin 1914, les combats font rage sur le front. Chaque jour, des centaines de soldats meurent dans les tranchées. La raison ? Principalement des blessures d’obus au niveau de la tête.

« 77 % des blessés le sont à la tête et 80 % décèdent. Avec l’arrivée du casque Adrian, ces chiffres chutent », constate le général Roland Stransky, président de la société des membres de la Légion d’honneur, à l’occasion des 100 ans de ce casque.

Le casque Adrian ne fait que 700 grammes mais il a permis de sauver la vie de milliers de soldats dans les tranchées
Le casque Adrian ne fait que 700 grammes mais il a permis de sauver la vie de milliers de soldats
dans les tranchées. © Crédit photo : Nathalie Lecornu-Baert / Ouest-France)

Le concepteur du casque repose dans la Manche
En 1915, le général Louis-Auguste Adrian met au point un casque de 700 grammes d’acier, équipé de sept pièces de cuir : le casque Adrian. Originaire de Metz, le concepteur éponyme du casque repose aujourd’hui à Genêts, dans la Manche. En tout, 22 millions de casques Adrian ont été fabriqués et distribués à travers l’Europe.

Ce casque léger n’est pas capable d’arrêter directement une balle de fusil ou de mitraillette, mais il est équipé d’un cimier, une pièce de métal fixée sur le sommet, destinée à amortir des chocs venant d’en haut. C’est cette caractéristique qui lui permet de rivaliser avec les équipements actuels.

« La crête au-dessus du casque pourrait protéger des ondes de choc »
En effet, d’après les chercheurs américains la pression exercée au-dessus du casque était similaire à celle reconnue pour provoquer des hémorragies cérébrales. Les tests ont montré que le risque était de 50 % sans casque, de 5 % avec le casque moderne américain et de 1 % seulement avec le casque français.

« La principale différence, c’est qu’il avait cette crête au sommet du casque. Même si elle avait été conçue pour protéger des éclats de métal, cette caractéristique pourrait bien aussi protéger des ondes de choc », estime Joost Op’t Eynde dans l’étude. Et donc des explosions.

Un casque utilisé par les pompiers jusque dans les années 70
Par la suite, de nouvelles versions du fameux casque Adrian ont été créées en France. D’abord en 1926, il a été conçu avec un métal plus résistant. Puis en 1936, avec cette fois un changement de design. Le casque Adrian a été utilisé dans l’armée jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Il a ensuite été l’apanage des pompiers jusqu’à la fin des années 1970.

Sacha Martinez
Ouest France

Accédez à l’article source

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !