Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 23 janvier DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué. Origine, signification proverbe, expression populaire. Dictionnaire locutions - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Expressions, Proverbes > Il ne faut pas vendre la peau de (...)

Expressions, Proverbes

Proverbes et expressions populaires d’usage courant : origine, signification d’expressions proverbiales de la langue française


Il ne faut pas vendre la peau
de l’ours avant de l’avoir tué
Publié / Mis à jour le vendredi 7 avril 2017, par LA RÉDACTION

 
 
 
Ne pas se flatter trop tôt d’un succès incertain, ni disposer d’une chose avant de la posséder

On ne doit pas compter sur le résultat d’une affaire avant que celle-ci ne soit terminée. Il y a un proverbe turc qui dit à peu près la même chose : On ne vend pas le poisson qui est encore dans la mer.

L’empereur Frédéric III fit l’application de ce proverbe, lorsque le duc de Bourgogne lui proposa de partager les états de Louis XI, roi de France, dont la conquête n’était encore qu’à l’état de projet.

Que de gens prennent des engagements au-dessus de leurs moyens, comme ces deux chasseurs de La Fontaine et ne retirent que du ridicule de leurs propos inconsidérés. C’est cette fable qui se trouva dans le livre V, intitulée l’Ours et les deux Compagnons, qui a donné naissance à notre proverbe. En voici les premiers vers :

Deux compagnons pressés d’argent
A leur fourreur voisin vendirent
la peau d’un ours encore vivant.
Mais qu’ils tueraient bientôt, du moins à ce qu’ils dirent.

Ils se rendent donc dans la forêt, pour accomplir leur dessein ; mais leur ardeur ne dura pas longtemps. Saisis de frayeur à l’approche de l’animal, l’un grimpe au faîte d’un arbre, l’autre se couche par terre et fait le mort. L’ours arrive à pas lents, et, voyant ce corps étendu, le retourne et le flaire en tous sens :

C’est, dit-il un cadavre, ôtons-nous, car il sent.

Puis, il retourne dans sa forêt. Celui des deux compagnons qui était sur l’arbre en descend et s’adressant à son camarade :

Mais que t’a-t-il dit à l’oreille ?
Il m’a dit qu’il ne faut jamais
vendre la peau de l’ours qu’on ne l’ait mis par terre.

L’apologue de La Fontaine a été tiré des Mémoires de Philippe de Commines, historien du XVe. Voici ce passage en vieux français de cette époque :

« Auprès d’une ville d’Allemagne y avoit (avait) un grand ours qui faisait beaucoup de mal. Trois compagnons de la dicte (dite) ville qui hantoient les tavernes, vindrent (vinrent) à un tavernier, à qui ils devoient, prier qu’il leur accreust (accorda) encore un escot (écot) et qu’avant deux jours le payeroyent (paieraient) du tout : car ils prendroyent (prendraient) cet ours qui faisoit tant de mal et dont la peau valoit beaucoup d’argent, sans les présents qui leur seroyent (seraient) faits des bonnes gens.

« Le dict (dit) hôte accomplit leur demande et quand ils eurent disné, ils allèrent au lieu ou hantoit cest ours et comme ils approchèrent de la caverne, ils le trouvèrent plus près d’eulx (eux) qu’ils ne pensoyent (pensaient) ; ils eurent paour (peur), si se mirent en fuite. L’un gaigna (gagna) un arbre, l’autre fuit vers la ville : le tiers (troisième), l’ours le print (prit) et le foula fort soubs (sous) lui en lui approchant le museau fort près de l’oreille. Le pauvre homme estoit (était) couché tout plat contre terre et faisoit le mort.

« Or ceste beste (cette bête) quand elle veoit qu’il ne se remue plus elle le laisse là cuidant (croyant) qu’il soit mort et ainsi le dict (dit) ours laissa le pauvre homme sans lui avoir fait guères de mal et se retira en sa caverne et quand le pauure (pauvre) homme se veit (vit) délivré, il se leva tirant (se dirigeant) vers la ville. Son compagnon qui estoit (était) sur l’arbre ayant veu (vu) ce mystère, descend, court et crie après l’autre qui estoit devant, qu’il attendist, lequel se retourna et l’attendist. Quand ils furent joincts (joints), celui qui estoit dessus l’arbre demanda à son compagnon par serment ce que l’ours lui avait dit en conseil, que si longtemps lui avoit tenu le museau vers l’oreille ; à quoi son compagnon lui respondit : Il me disoit que jamais je ne marchandasse de la peau de l’ours jusques à ce que la beste fust morte. »




Nos 500 expressions et proverbes
les plus pittoresques

La quintessence de la sapience
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 La Révolution m'a tuée : de la ruine morale et intellectuelle de la France
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
 Premier billet de banque (Le) moderne naît en Nouvelle-France
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 C'est un compte d'apothicaire
 
 Etre frit
 
MANIFESTATIONS
 Cartes (Les) de Jean de Beins au Musée de l'Ancien Évêché de Grenoble
 
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 Croquer le marmot
 
 À force de forger on devient forgeron
 
 Faire des gorges chaudes
 
 Bassiner quelqu'un
 
 
Et puis aussi...
 
 Se battre les flancs
 
 Qui a bu, boira
 
 On ne croit pas un menteur, même quand il dit la vérité
 
 Laver la tête à quelqu'un
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 586 ARTICLES

 

Suivre notre Pinterest

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2018 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

VK

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Services