Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 15 octobre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Thérésa Milanollo (1827-1904), violoniste et compositrice. Portrait, biographie, vie et oeuvre - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Personnages : biographies > Thérésa Milanollo (1827-1904) ou le (...)

Personnages : biographies

Vie, oeuvre, biographies de personnages ayant marqué l’Histoire de France (écrivains, hommes politiques, inventeurs, scientifiques...)


Thérésa Milanollo (1827-1904)
ou le succès fulgurant d’une des
premières violonistes de carrière
(D’après « Le Journal de la jeunesse », paru en 1906)
Publié / Mis à jour le vendredi 14 novembre 2014, par LA RÉDACTION

 
 
 
Jadis célèbre, ce nom est aujourd’hui presque ignoré de nos contemporains qui n’ont pas connu les triomphes de l’artiste éminente qui le porta. Italienne de naissance, celle qui voit le jour en 1827 et est une des premières à aborder la carrière d’artiste violoniste, à une époque où cet instrument paraît devoir rester pour toujours le monopole du sexe masculin, suit ses premiers cours en France et s’adonne à une carrière européenne à laquelle elle met un terme peu avant de fêter ses 30 ans, rendant son dernier souffle à Paris près d’un demi-siècle plus tard.

Thérésa Milanollo (ou Teresa) naquit à Savigliano, dans le Piémont, le 28 août 1827. Son père, mécanicien, fabriquait principalement des moulinets à soie pour le besoin des habitants de son pays ; il employait ses loisirs à réparer de vieilles boîtes de violon qu’il achetait à bon compte chez les brocanteurs des environs.

La vocation de sa fille Thérésa, l’aînée des trois enfants issus de son mariage, se manifesta de bonne heure, et elle répondit un jour, à peine âgée de quatre ans, quand son père lui demanda si elle avait bien prié à l’église : « Non, papa, je n’ai fait qu’écouter le violon. » A partir de ce moment, l’enfant ne cessa de supplier qu’on lui donnât un violon, et son père finit par lui en fabriquer un lui-même en bois blanc. Il mit sa fille entre les mains du maître du village, Giovanni Ferrero, et comme elle progressa rapidement, il se décida à l’envoyer à Turin, où il la fit entrer au Conservatoire de la ville.

Thérésa Milanollo en 1850
Thérésa Milanollo en 1850

Après un début plein de promesses, alors que l’enfant n’avait que huit ans, son père se décida à quitter ses occupations et son pays, pour se vouer exclusivement à l’éducation artistique de son enfant prodige. Il se rendit à Paris, et mit Thérésa entre les mains du violoniste Lafont. L’enfant avait neuf ans, quand son professeur, enchanté de ses rapides progrès, la fit entendre à l’Opéra-Comique, et l’emmena dans sa tournée de concerts en Belgique et en Hollande.

De là, on se rendit en Angleterre, où Thérésa se fit entendre plusieurs fois aux célèbres concerts de Covent Garden. Son père, alors, accepta pour elle seule une tournée de concerts dans différentes villes du pays de Galles, où elle eut un immense succès, tout en se prodiguant au détriment de sa santé, car on la fit jouer quarante fois dans l’espace d’un seul mois.

Malgré cette vie errante, Thérésa ne cessa de travailler pour se perfectionner dans son art. Elle se voua, en outre, à l’éducation de sa jeune sœur Maria, née en 1832, dont elle fut le seul professeur, et qu’elle présenta pour la première fois au public à Boulogne-sur-Mer, lors de son retour d’Angleterre, en 1838. Le public enthousiaste acclama frénétiquement ces jeunes prodiges, dont l’aînée avait onze ans. la cadette six ans à peine.

Dès son retour à Paris, M. Milanollo confia sa fille à Habeneck, célèbre professeur du Conservatoire, le priant de vouloir bien diriger ses études, et celui-ci, séduit par le jeu plein de charme et de sentiment de son élève, résolut de la faire entendre dans un de ses concerts nouvellement fondés, aujourd’hui connu sous le nom des concerts du Conservatoire.

L’enfant joua avec une telle maestria à la répétition générale, qu’elle fut autorisée à se présenter devant le public au lendemain même, le 18 avril 1841. L’enthousiasme des auditeurs et des artistes de l’orchestre ne connut pas de bornes, et les critiques les plus influents, Berlioz entre autres, décernèrent les éloges les plus flatteurs à cette enfant prodige, lui prédisant le plus bel avenir.

Le roi Louis-Philippe, désireux d’entendre les jeunes artistes sœurs, les reçut dans sa résidence d’été à Neuilly, le 3 juin 1841. Il leur fit les compliments les plus sincères sur leur talent, sur la grâce et la modestie avec lesquelles elles s’étaient présentées devant lui.

Dès l’année suivante, Thérésa entreprit, en compagnie de sa sœur, une nouvelle tournée à travers les principales villes de l’Europe. Bientôt on ne parla plus que des « sœurs Milanollo » dans les cercles aristocratiques de Bruxelles, de Liège, de Berlin et de Londres. Souvent elles furent obligées d’ajouter deux, trois concerts à ceux convenus d’avance, tant l’affluence du public était débordante et enthousiaste.

Quand Therésa eut atteint sa dix-huitième année, elle estimait que le temps était venu où elle devait renoncer aux concertos pour violon seul, et s’attaquer aux célèbres quatuors de Beethoven, dont l’exécution est la véritable pierre de touche de tout artiste consciencieux et capable. Dans ce nouveau genre, elle se révéla non moins supérieure qu’elle ne l’avait été jusqu’ici comme soliste. Elle s’acquitta avec une entente très fine et très juste de son rôle de guide impeccable des autres exécutants, parmi lesquels Maria, malgré son jeune âge, tint brillamment sa place de second violon.

Hélas ces belles années d’études incessantes, jointes aux tournées de concerts des plus fructueuses a travers toute l’Europe, ne devaient guère avoir qu’une durée éphémère A peine la famille, qui jamais ne se séparait, avait-elle pu se créer, en 1847, un domicile fixe à Malzéville, près de Nancy, avec les produits des efforts incessants de ses enfants, que Maria, de cinq ans la cadette de Thérésa, tomba malade, prise d’un refroidissement qui dégénéra rapidement en phtisie galopante. La charmante artiste succomba le 21 octobre 1848, à peine âgée de seize ans, en plein épanouissement de son talent et de sa rare beauté.

La mort de sa sœur aimée plongea Thérésa dans un anéantissement douloureux, qui inspira les plus vives inquiétudes à sa famille. Afin de la sortir de cet état, son père l’obligea à reparaître devant le public, dans un concert de bienfaisance, au profit de l’Association des artistes musiciens. Très émue en paraissant sur l’estrade, elle faillit se trouver mal, mais son instinct d’artiste reprit vite le dessus, elle acheva son concert sous un tonnerre d’applaudissements décernés à la célèbre virtuose.

Les soeurs Milanollo, Thérésa et Maria
Les soeurs Milanollo, Thérésa et Maria

Puis, la vie errante, au gré de son père, recommença de plus belle jusqu’en 1857, où Thérésa épousa le capitaine du génie Théodore Parmentier, alors aide-de-camp du général Niel. Le capitaine, excellent musicien lui-même, admirait autant le talent remarquable de la jeune fille que son caractère foncièrement modeste et honnête. Et, bien que la position officielle de son fiancé obligeât Thérésa à quitter sa carrière d’artiste, elle n’hésita pas à y renoncer pour unir son sort à celui d’un ami aussi intelligent et dévoué.

D’ailleurs, son mariage, s’il devait interrompre sa vie publique, ne devait entraver en rien la continuation de sa vie d’artiste. Elle aimait à prêter son concours aux œuvres de bienfaisance, et jamais on ne fit en vain appel à sa charité inépuisable. Lorsqu’en 1878, son mari vint se fixer à Paris, elle ouvrit toute grande sa maison aux artistes en renom, parmi lesquels Saint-Saëns fut l’un des plus assidus, étant depuis longtemps en relations d’amitié avec le général. Durant bien des années, les lundis de Mme Parmentier eurent une certaine célébrité, et les intimes de ces réunions se souvenaient avec joie du jeu admirable de la maîtresse de maison, dont la perfection technique s’unissait à un style aussi pur et à un sentiment aussi délicat.

Sans se contenter d’interpréter les œuvres des grands maîtres, Thérésa se mit à composer elle-même, dans le goût de l’époque, des fantaisies sur des thèmes d’opéras ou des airs connus, parmi lesquelles nous citerons : Une fantaisie élégiaque pour piano et violon, un Ave Maria, chœur sans accompagnement, des variations humoristiques sur l’air de Malborough, une Litanie de la Vierge pour chœur mixte et orgue, etc.

Ayant elle-même connu la pauvreté au début de sa carrière, ayant pourvu dès l’âge de neuf ans à l’entretien de toute sa famille, Thérésa avait voué un culte particulier aux déshérités de la fortune. Partout où elle se faisait entendre, elle faisait la part des pauvres sur ses recettes. Avant de quitter les villes hospitalières où elle avait été accueillie, elle allait porter à l’autel de la Vierge, les fleurs que le public lui avait décernées avec tant de prodigalité.

Morte le 25octobre 1904, Thérésa avait conservé une âme simple et modeste malgré les triomphes qu’elle avait connus dès sa plus tendre jeunesse. C’est là ce qui explique pourquoi au début du XXe siècle, on ignorait déjà jusqu’au nom de cette grande et généreuse artiste. Le bruit, la réclame lui étaient profondément antipathiques, de même qu’à son mari, général de division en retraite.

Mais si elle passa relativement inaperçue au milieu de la foule indifférente, elle laissa dans le monde artistique et dans le cœur de ceux qui ont eu l’honneur de la connaître, le souvenir d’une femme essentiellement bonne et généreuse, dont le nom restera gravé dans le livre d’or des meilleurs instrumentistes du XIXe siècle.

 
 

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 


 

 Napoléon : l'enfance du futur empereur des Français
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
 Pain mangé par nos aïeux : sa nature, son prix
 
 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Blason féodal : né au XIIe siècle de la nécessité d'authentifier les actes
 
BON À SAVOIR
 Etre marqué à l'A
 
 Tomber des nues
 
MANIFESTATIONS
 Histoire des reliques du Moyen Âge au musée de Saint-Antoine-l’Abbaye (Isère)
 
 Napoléon III, l'autre Bonaparte, enfin au coeur d'une exposition insulaire
 
 
L'ENCYCLOPÉDIE DU TEMPS JADIS
 Recevez en 48h les 37 volumes édités par La France pittoresque : 900 articles, 1800 illustrations formant une truculente mosaïque de notre riche passé !
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 L'Éclair et Fine-Oreille : célèbres filous du XVIIe siècle
 
 Napoléon : l'enfance du futur empereur des Français
 
 Blaise Pascal : premiers pas d'un génie
 
 Marie Marvingt, la seule femme à avoir couru le Tour de France avec les hommes
 
 
Et puis aussi...
 
 Madame du Barry : une femme injustement calomniée
 
 Jean Cousin, véritable découvreur de l'Amérique avant Christophe Colomb ?
 
 Sainte-Beuve (Jacques de)
 
 Auguste Romieu ou le mystificateur mystifié
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 153 ARTICLES

 

 La France pittoresque ne bénéficie d'aucune subvention, qu'elle soit publique ou privée. Prenez activement part à la transmission de notre patrimoine !
 
 Soutenez une véritable réinformation historique et contribuez à la conservation de notre indépendance éditoriale
Vous pouvez également opter pour
un montant libre
 
VOS DONS NOUS SONT PRÉCIEUX
EN SAVOIR +

 

 Facebook
 Twitter
 VK
 Instagram
 LinkedIn
 Pinterest
 Tumblr
 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2019 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services