Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 14 décembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

26 septembre 1828 : mort de l'auteur dramatique Jean-André Bourlain dit Dumaniant - Histoire de France et Patrimoine

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Septembre > 26 septembre > 26 septembre 1828 : mort de l'auteur
Éphéméride, événements
Les événements du 26 septembre. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
26 septembre 1828 : mort de l’auteur dramatique Jean-André Bourlain dit Dumaniant
Publié / Mis à jour le dimanche 23 septembre 2012, par LA RÉDACTION
 

Comme tant d’autres écrivains, Jean-André Bourlain fut destiné par ses parents à suivre la carrière du barreau. Son amour pour le théâtre renversa les projets de sa famille ; il se fit comédien ; mais par respect pour un préjugé, qui existait encore à cette époque, il ne voulut point traîner sur les planches, un nom honoré dans le temple de Thémis : il prit celui de Dumaniant.

C’est sous ce nom qu’il joua quinze ans la comédie (de 1778 à 1793) ; c’est aussi à ce nom qu’il attacha une honorable célébrité par les ouvrages qu’il fit représenter sur la scène. Le plus populaire, est sa comédie Guerre ouverte ou Ruse contre Ruse ; cette pièce, les Intrigants ou Assauts de fourberies, et la Nuit aux Aventures, le placent immédiatement après Beaumarchais, dans le genre de la Comédie d’intrigue.

Dumaniant composa plusieurs autres pièces, qui, sans avoir le même mérite que celles dont nous venons de parler, obtinrent beaucoup de succès : le Médecin malgré tout le monde, le Dragon de Thionville, la Journée aux Aventures, la Loi de Jatab, et surtout Rico, restèrent longtemps en possession de la faveur publique. Lorsque Dumaniant fit paraître son chef-d’œuvre (1793), on avait tant pleuré, que le besoin de rire et de se distraire devait être une frénésie ; aussi ses comédies furent-elles reçues comme de véritables bienfaits. L’effet qu’avait produit sur lui l’engouement public pour les ouvrages de Beaumarchais, le succès des siens, le produisit sur beaucoup d’autres, car il eut une foule d’imitateurs ; mais cette manie d’imitation ne fit naître que de pâles et plates copies.

Nous ne parlerons pas de ses ouvrages étrangers au théâtre, car dans ceux-ci, un seul, Trois mois de ma vie, n’est pas totalement oublié. Dumaniant avait été comédien, auteur, honnête homme ; pour être conséquent, il mourut pauvre.

 
 
Même section >


Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation


Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !