Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 26 mai DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

26 Janvier 1761 : mort du maréchal de Belle-Isle

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Janvier > 26 janvier > 26 Janvier 1761 : mort du maréchal (...)
Éphéméride, événements
Les événements du 26 janvier. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
26 Janvier 1761 : mort du maréchal de Belle-Isle
Publié / Mis à jour le lundi 23 novembre 2009, par LA RÉDACTION
 

Petit-fils du surintendant Fouquet, le maréchal comte de Belle-Isle effaça par son mérite le souvenir de la disgrâce qui avait frappé sa famille ; il se distingua par l’alliance vraiment rare des talents du diplomate et de ceux du guerrier. Après plusieurs campagnes, dans lesquelles il avait figuré glorieusement, et conquis à la pointe de l’épée les divers grades dont il fut honoré, il concourut à la paix de 1736, qui assurait la Lorraine à la France : en récompense, il obtint le commandement des Trois-Evêchés, et le conserva toute sa vie.

C’est alors que Belle-Isle se livra aux soins de l’administration : on lui attribue toutes les ordonnances militaires qui parurent en 1787 : il était le conseil et l’oracle du cardinal de Fleury. Lorsque la succession de l’empereur Charles VII s’ouvrit, les démarches et l’influence de Belle-Isle disposèrent les principales cours de l’Allemagne en faveur de l’électeur de Bavière, Charles VII. (Voyez 20 Janvier 1745.) Le roi de Prusse disait à cette occasion : « II faut convenir que ce maréchal de Belle-Isle est le législateur de l’Allemagne. »

Un compliment ne tire pas à conséquence : celui-ci n’empêcha pas Frédéric de se déclarer peu de temps après pour Marie-Thérèse, et le législateur de l’Allemagne se vit réduit à sauver les Français renfermés dans Prague (voy. 17 Décembre 1742) : la belle retraite du maréchal fut comparée à celle des dix mille, et le couvrit des palmes réservées au génie militaire. Cependant l’injustice ne l’épargna point : le cardinal de Fleury l’accusa auprès des ministres de Marie-Thérèse d’avoir voulu la guerre. Belle-Isle se contenta de répondre : « On peut bien manquer de mémoire à quatre-vingt-neuf ans. »

Créé duc et pair en 1748, élu par l’Académie française en 1766, chargé l’année suivante du porte-feuille de la guerre, Belle-Isle avait accompli sa noble carrière, et en sortit sans regrets à l’âge de soixante-dix-sept ans. La maison qu’il avait fondée tomba avec lui : son frère, le chevalier de Belle-Isle, avait été tué à la malheureuse afl’aire du Col de l’Assiette ; et son fils, le comte de Gisors, à la bataille de Creveldt.

Parmi les utiles réformes que l’on doit aux lumières de cet homme éminent, il faut noter celle d’un abus qui plaçait jadis des enfans de douze ans à la tête des corps, et que l’on désignait sous le titre de nominations des colonels à la bavette. Un jour le maréchal de Belle-Isle répondit au duc de Broglie, qui sollicitait un régiment pour un jeune parent dont le bras s’était signalé à la bataille de Berghen : « Les batailles aguerrissent les jeunes gens, mais ne les forment pas. »

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !