Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 11 août DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

26 janvier 1806 : mort de l'avocat et homme politique Jean-Joseph Mounier

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Janvier > 26 janvier > 26 janvier 1806 : mort de l'avocat (...)
Éphéméride, événements
Les événements du 26 janvier. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
26 janvier 1806 : mort de l’avocat
et homme politique Jean-Joseph Mounier
Publié / Mis à jour le lundi 23 novembre 2009, par LA RÉDACTION
 

Publiciste de la plus haute sagesse, ainsi que l’appelle madame de Staël, Mounier, né à Grenoble le 12 novembre 1758, remplissait dans cette ville les fonctions de juge royal. Choqué des abus qui fourmillaient dans les institutions politiques de la France, ses regards s’étaient fixés de bonne heure sur un ordre de choses plus conforme à la nature et à la raison : il nourrissait dans son cœur l’amour de la constitution anglaise, dont il avait soigneusement étudié le mécanisme.

Jean-Joseph Mounier
Jean-Joseph Mounier

Le Dauphiné envoya trente députes à l’Assemblée nationale : Mounier, nommé le premier, y porta les idées de toutes les réformes utiles qui en s’ortirent : mais il eut bientôt à gémir de ses erreurs et à lutter contre ses excès : il s’acquitta de cette tâche avec talent et courage. Il siégeait dans la partie de l’assemblée qu’on nommait la plaine ou le marais, à côté des Malouet, des Lally, des Clermont-Tonnerre. « Il n’y avait pas d’homme plus consciencieux, » dit encore madame de Staël.

Mounier quitta la France en 1790 : son exil volontaire tourna au profit de ses études : il en profita pour composer et publier deux ouvrages, dont le premier a pour titre : Recherches sur les causes qui ont empêché les Français de devenir libres ; et le second : De l’influence attribuée aux philosophes, aux francs-maçons et aux illuminés sur la révolution de France.

Rentré dans sa patrie après le 18 brumaire, Mounier accepta successivement les nominations de préfet et de conseiller d’état. Napoléon disait de lui : « Oh ! pour celui-là, c’est un honnête homme ; je sais ce qu’il pense. » Dans l’éloge prononcé sur sa tombe, Régnault de Saint-Jean-d’Angely peignit exactement son caractère d’un seul trait : Cet homme qui avait soif de la justice !

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !