Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 14 août DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Second Life

Quand la poupée devient une oeuvre d'art

Vous êtes ici : Accueil > Patrimoine : Métiers > Poupée (Quand la) devient une oeuvre (...)
Patrimoine : Métiers
Richesses du patrimoine de France : métiers rares et artisanaux, métiers d’art, activités pittoresques et/ou insolites
Poupée (Quand la) devient
une oeuvre d’art
(Source : France 3 Bourgogne-Franche-Comté)
Publié / Mis à jour le jeudi 11 janvier 2018, par LA RÉDACTION
 
 
 
Laurence Ruet crée des poupées d’artiste. Les créations de cette dijonnaise demandent un savoir-faire rare et plusieurs jours de travail. Elle en crée une vingtaine par an et elles s’exportent dans le monde entier.

Sous ses mains, on croirait presque voir apparaître de vraies petites filles. Elles sont souvent joyeuses. Parfois tristes. Les poupées de Laurence laissent rarement indifférent. Sous ses mains, les personnages commencent d’abord à prendre vie avec les yeux. Les regards de ses poupées deviennent alors plus troublants.

« En général, c’est la couleur des yeux qui me plaît. Et je pars de là. J’essaye de faire naître ce personnage, à faire rencontrer finalement une personne, une expression un regard qui tout d’un coup va me troubler... » Ces poupées-là ne sont pas faites de porcelaine. Leur matière : une pâte souple appelée résine polymère. Pour créer une tête, il faut trois jours de travail minutieux. Viennent ensuite les cheveux.

Les poupées d'artiste de Laurence Ruet s'exportent dans le monde entier. Image de Tiphaine Pfeiffer
Les poupées d’artiste de Laurence Ruet s’exportent dans le monde entier.
Image de Tiphaine Pfeiffer

« J’utilise des perruques de mohair qui est une laine très fine de chèvre et qui correspond bien, qui naturel pour des poupées de petite taille, qui donne un aspect très doux... Il y a aussi un châtain foncé très brillant qui est vraiment joli... J’utilise souvent cette couleur carotte... qui est et un blond vénitien, de très belle qualité mais en dehors de ces trois couleurs souvent le mohair reste terne, c’est pourquoi mes poupées sont souvent rousses. »

Boudeuses, mutines, pensives. Les poupées de Laurence sont toutes différentes. Et pourtant, elles se ressemblent comme des sœurs. Laurence Ruet fabrique elle-même tous les accessoire : les chaussures, les robes...

Une vingtaine de poupées chaque année
Depuis sa première poupée, il y a 20 ans, Laurence Ruet estime en avoir fait plus de 500. Aujourd’hui elle en fait une vingtaine chaque année. En tant qu’artiste, Laurence Ruet, travaille à son rythme, et ne prend aucune commande. Mise en vente sur son site internet ou dans des salons spécialisés, ses poupées sont achetées par des collectionneurs d’Australie, de Russie, du Brésil, des Etats-Unis...

Renseignements pratiques :
Site Internet : http://www.laurenceruet.com/index.html
Page Facebook : https://www.facebook.com/LaurenceRuetSculptures/

Sofian Aissaoui
France 3 Bourgogne-Franche-Comté

Accédez à l’article source


Pour consulter la vidéo
CLIQUEZ sur le lecteur

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !