Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 15 janvier DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

14 janvier 1782 : mort du baronnet Jean Pringle, médecin

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Janvier > 14 janvier > 14 janvier 1782 : mort du baronnet (...)
Éphéméride, événements
Les événements du 14 janvier. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
14 janvier 1782 : mort du baronnet Jean Pringle, médecin
Publié / Mis à jour le jeudi 19 novembre 2009, par LA RÉDACTION
 

Né le 10 août 1707, à Stikel-House, dans le comté de Roxburg en Angleterre Jean Pringle fut l’un des plus célèbres médecins militaires du siècle dernier.

Porté par la direction naturelle de son esprit à la recherche de la vérité par la voie expérimentale, Pringle profita des postes éminents qui lui furent confiés pour recueillir des histoires d’épidémies qui sans lui seraient restées ensevelies dans l’oubli. Mais on ne saurait trop lui reprocher d’avoir oublié que l’observation se borne à fournir des matériaux dont l’utilité ne devient manifeste qu’après qu’ils ont été élaborés par un jugement sain, et qu’en interdisant au médecin, comme il le voulait, le droit d’invoquer la théorie au lit du malade, on le transforme en une véritable machine, semblable à l’ours de la fable, qui écrase son ami pour le délivrer d’une mouche importune. C’est pour avoir agi ainsi lui-même, et s’être laissé guider par les seules inspirations du hasard, qu’il eut la malheureuse prérogative de sanctionner du poids de son exemple l’homicide coutume de prodiguer le quinquina et les autres excitants dans les fièvres graves, et qu’après s’être montre l’ennemi de toute théorie médicale, il prétendit assujettir la pratique à sa doctrine absurde de la putridité des maladies, tristes débris du système de Sylvius. Le mal qu’il a fait à la thérapeutique n’est pas compensé par les perfectionnements qu’il a portés dans l’hygiène militaire. — Jourdan.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !