Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 15 janvier DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

14 janvier 1817 : mort du compositeur Pierre-Alexandre Monsigny, créateur de l'opéra comique

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Janvier > 14 janvier > 14 janvier 1817 : mort du compositeur
Éphéméride, événements
Les événements du 14 janvier. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
14 janvier 1817 : mort du compositeur
Pierre-Alexandre Monsigny,
créateur de l’opéra comique
Publié / Mis à jour le jeudi 19 novembre 2009, par LA RÉDACTION
 

C’est à Monsigny qu’appartient l’honneur d’avoir créé l’opéra comique en France : il précéda Grétry de plusieurs années.

Né à Fauquembergues, dans l’Artois, le 17 octobre 1729, son premier ouvrage, intitulé les Aveux indiscrets, fut représenté en 1759 sur le théâtre de la foire Saint-Laurent. Le Maître en droit, le Cadi dupé se succédèrent à une année d’intervalle. En entendant ce dernier ouvrage, Sédaine s’écria : Voilà mon homme ! et dès le lendemain l’amitié la plus vive unissait le poète et le musicien.

Pierre-Alexandre Monsigny
Pierre-Alexandre Monsigny

Monsigny composa ses plus beaux ouvrages avec Sédaine, le Roi et le Fermier, Rosé et Colas, le Déserteur, Félix. Cinquante ans ont passé sur la plus jeune de ces partitions, et il n’en est pas une qui n’obtienne encore du succès, tant le naturel et la vérité ont de puissance. « Monsigny, le plus chantant des musiciens, Monsigny, qui chante d’instinct ! » telles sont les paroles employées par Grétry lui-même dans ses Essais, pour caractériser son prédécesseur et son rival.

Une excessive modestie borna la carrière musicale de l’auteur de la Belle Arsène et de Félix ; à quarante-huit ans il déposa la lyre pour ne plus la reprendre. Plus âgé que l’auteur du Tableau parlant, il ne fit pourtant que lui succédera l’Institut, en 1813 ; d’autres récompenses honorables suivirent cette justice tardive, et ne décorèrent que les derniers jours de Monsigny.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !