Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 13 décembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)

Coucou de Paris, voiture hippomobile capricieuse circulant autrefois. Transport à cheval - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Anecdotes insolites > Coucou de Paris : voiture hippomobile «

Anecdotes insolites

Petite Histoire de France et anecdotes, brèves et faits divers insolites, événements remarquables et curieux, événements anecdotiques


Coucou de Paris : voiture hippomobile
« capricieuse » circulant autrefois
(D’après « Musée universel », paru en 1872)
Publié / Mis à jour le lundi 20 juin 2016, par LA RÉDACTION

 
 
 
Les jeunes générations actuelles ne connaissent sous le nom de coucous que les horloges jadis fabriquées dans la Forêt Noire. Mais se souvient-on que cette appellation désignait jadis les cabriolets aux capricieux cochers contenant de six à douze voyageurs, attelés d’un cheval, rarement de deux chevaux, et qui faisaient le service des environs de Paris, notamment de Saint-Cloud, Saint-Denis, Vincennes, Sceaux, et des localités intermédiaires ?

A la fin du XIXe siècle déjà, aucun véhicule alors en usage à Paris n’aurait su donner l’idée des coucous. La caisse en était généralement mi-partie de jaune et de noir, avec une bande habituellement rouge, sur laquelle étaient écrits ces trois mots : Voiture à volonté.

A volonté de qui ? Public et cocher ne s’accordaient pas, chacun prétendant que c’était à la sienne. Celui-là avait hâte de partir ; celui-ci tenait à ne se mettre en route que complet. Or, ce complet était tort élastique, beaucoup plus assurément que les parois de la voiture. Le nombre légal, inscrit sur la voiture, était de six places, plus deux voyageurs assis à côté du cocher, et que l’on appelait lapins, on ira jamais bien su pourquoi.

Dans les jours ordinaires, le cocher partait volontiers avec six voyageurs en tout, comptant bien recruter des lapins sur la route. Mais les dimanches et jours de fête, il entassait huit, dix voyageurs dans l’intérieur, en mettait trois, parfois quatre sur sa banquette, s’asseyant, lui, sur le brancard.

Il fallait du temps pour ce recrutement ; aussi les premiers voyageurs montés s’impatientaient-ils et criaient-ils après le cocher qui, sans s’émouvoir, répondait qu’il attendait deux voyageurs, qu’il les voyait venir là-bas. Cependant, le cheval, quel cheval ! broyait philosophiquement son foin, en bête bien apprise et sachant le temps que devaient mettre à venir les voyageurs annoncés par son maître.

Route de Saint-Cloud. Dessin de Carle Vernet (1820)
Route de Saint-Cloud. Dessin de Carle Vernet (1820)

Il arrivait parfois que les voyageurs de la voiture, à bout de patience, se décidaient à descendre. Mais alors, le cocher s’y opposait : ces voyageurs étaient à lui, ils n’avaient le droit ni de prendre une autre voiture, ni de s’en aller à pied. Il y avait des gens que ces arguments persuadaient et qui reprenaient leur place avec résignation. Il y en avait aussi de plus rétifs qui tenaient à user de leur liberté ; il leur fallait parfois la reconquérir à coups de poing, les sergents de ville n’étant pas encore inventés.

Il n’était pas sans exemple que l’on partît et même qu’on arrivât, après quelques heures d’une marche calme et majestueuse. Jamais le pacifique cheval ne prenait le mors aux dents et ne s’emportait ; mais parfois, il tombait de lassitude. Les voyageurs aidaient à le relever, et les plus ingambes ou les plus pressés achevaient la route à pied pour alléger le fardeau de la pauvre bête et aussi-pour arriver plus vite.

Le triomphe des cochers, c’était le retour, quand le public s’était porté en foule à une fête des environs, par une belle matinée, et que, le soir venu, la pluie se mettait à tomber, une de ces pluies qui durent des heures. Alors, le cocher élevait ses tarifs de minute en minute, et, quelquefois, c’étaient les voyageurs eux-mêmes qui mettaient l’enchère : il fallait revenir à tout prix.

Les principales stations de coucous étaient au Cours-la-Reine, pour Saint-Cloud et même Versailles et Saint-Germain ; à la porte Saint-Denis pour Saint-Denis ; à la Bastille pour Vincennes ; à la rue de l’Est et précédemment rue d’Enfer, pour Palaiseau, Sceaux et environs.

Il se faisait, à cette dernière station, une agréable et spirituelle plaisanterie. Un cocher, ayant besoin de compléter sa cargaison, ne manquait pas de crier : « Encore un pour Sceaux ! » Et il se trouvait quelque voyageur qui montait en riant beaucoup de cette gauloiserie.

Les chemins de fer ont tué les coucous de Paris. Le dernier persista quelques mois au Cours-la-Reine ; il s’intitulait : le coucou obstiné. Force lui a été de faire comme les autres, de céder.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 La Révolution m'a tuée : de la ruine morale et intellectuelle de la France
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Blason féodal : né au XIIe siècle de la nécessité d'authentifier les actes
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
 Premier billet de banque (Le) moderne naît en Nouvelle-France
 
 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Se faire payer en bourreau
 
 Il n'y a point de belles prisons ni de laides amours
 
MANIFESTATIONS
 Cartes (Les) de Jean de Beins au Musée de l'Ancien Évêché de Grenoble
 
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 Lapins traqués par un chasseur au cimetière du Père-Lachaise en 1870
 
 Chien (Le) : commissionnaire astucieux sous la Révolution
 
 Couteaux pointus : interdiction dans les provinces flamandes par un édit de Louis XIV en 1669
 
 Rois s'égarant en forêt et jouant de leur anonymat
 
 
Et puis aussi...
 
 Usuriers sous Charles IX
 
 Balzac : promoteur de la chanson populaire française
 
 Rivière (Une) qui déserte en 1912 : le Bief-Rouge, dans le Doubs
 
 Pléonasmes (Les) les plus en vogue dans la presse
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 318 ARTICLES

 

Suivre notre Pinterest

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2017 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Services