Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 10 juillet DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTube

Défense d'aller au cabaret. Anecdotes historiques

Vous êtes ici : Accueil > Anecdotes insolites > Cabaret (Défense d'aller au)
Anecdotes insolites
Petite Histoire de France et anecdotes, brèves et faits divers insolites, événements remarquables et curieux, événements anecdotiques
Cabaret (Défense d’aller au)
(Anecdote parue en 1835)
Publié / Mis à jour le mardi 12 janvier 2010, par LA RÉDACTION
 

L’article XXV de l’ordonnance de 1560 (1854, p. 542) défendit aux habitants des villes, bourgs et villages, sous peine d’amende et de prison, d’aller boire ou manger dans les cabarets. Le commentateur place sous cet article les réflexions suivantes :

« Par la bonne providence de M. le premier président Mansencal, de M. Fabry, lors juge-mage, ceste ordonnance-cy fut publiée en la ville de Tholose, et par M. d’Aries, capitoul, et ses compagnons exécutée, peut avoir vingt et un ans, tellement que ceux qui estoient domiciliez, estans trouvez en cabaret ou taverne, de quelque qualité qu’ils fussent, estoient attachez à un poteau, par le col, en un carrefour, élevé pour ceste effect, aux fins de bailler exemple et d’intimider les autres, chose qui est grandement profitable à une république, parce que les artizans ou leurs serviteurs ès jours de fêtes despendent en un repas tout ce qu’ils ont gaigné en une sepmaine, de quoy ils pourroient nourrir, en vivant sobrement, tant eux que leur famille.

« Ainsi sont tousjours pauvres et souffreteux, où ils pourraient s’acquérir quelque bien, et porter des charges de la ville ; et enfin convient qu’ils mendient misérablement, ou espousent un hospital estans vieux, impotans, et inutiles au travail, n’ayant rien réservé des labeurs de leur jeunesse qui passe comme fumée, sans qu’on la sente couler, attrinant après soy la froide, débile et courte vieillesse pleine de maladies, de rhumes, de catarres, et laquelle on peut proprement comparer au temps d’hyver, durant lequel on mange et consume ce qu’on a receuilly et amassé au temps d’esté. »

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !