Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 23 février DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Lois anciennes sur le jeu. Anecdotes historiques

Vous êtes ici : Accueil > Anecdotes insolites > Jeu (Lois anciennes sur le)
Anecdotes insolites
Petite Histoire de France et anecdotes, brèves et faits divers insolites, événements remarquables et curieux, événements anecdotiques
Jeu (Lois anciennes sur le)
(Brève parue en 1835)
Publié / Mis à jour le mardi 12 janvier 2010, par LA RÉDACTION
 

Le droit romain défendait sévèrement les jeux de hasard ; il refusait à ceux qui donnaient à jouer dans leurs maisons toute action devant les tribunaux contre les joueurs qui les maltraitaient ou les volaient.

Une disposition dictée par le même esprit, mais plus conforme à une saine législation, se trouve dans une déclaration de Louis XIII. Cette déclaration, en date du 30 mai 1611, accorde à celui qui a perdu au jeu une action en justice contre le propriétaire ou le locataire de la maison où le jeu s’est tenu, pour se faire restituer par lui le montant de sa perte. La loi romaine, si sévère contre les jeux de hasard, les permettait toutefois quand l’enjeu n’était que l’écot d’un festin.

Un duc de Savoie, Amédée VIII, admit aussi une exception en faveur des repas dans des statuts sévères qu’il fit contre les jeux (Statuta Sabandiae, 1470.) Ces statuts ne toléraient le jeu de cartes qu’à la condition de n’y jouer que des épingles.

Charles IX, par une ordonnance de juillet 1566, défendit à ceux qui criaient des oublies de jouer autre chose que des oublies. Le jeu des oublies est encore toléré sur nos promenades publiques, ainsi que le jeu pour payer l’écot dans les cabarets, où l’on voit sur les comptoirs de petites roulettes à la disposition des consommateurs : innocentes tolérances qui datent de loin, comme nous venons de voir. Pourquoi n’avons-nous pas aussi conservé la sévérité salutaire des lois anciennes contre les jeux de hasard plus sérieux ? Peut-être doit-on espérer que l’abolition de la loterie royale, qui aura lieu en 1836, sera le prélude de celle des autres jeux publics.

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !