Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 17 décembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Madame Campan Portraits, biographies, vie et oeuvre. Portrait, biographie, repères biographiques - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Personnages : biographies > Campan (Madame)

Personnages : biographies

Vie, oeuvre, biographies de personnages ayant marqué l’Histoire de France (écrivains, hommes politiques, inventeurs, scientifiques...)


Campan (Madame)
(D’après un récit paru en 1886)
Publié / Mis à jour le mercredi 13 janvier 2010, par LA RÉDACTION

 

Une de mes parentes, née dans une province éloignée, arrivait à Paris il y a environ vingt-cinq ans, et entrait comme élève dans une maison d’éducation ; les premiers jours, elle s’y trouva doublement nouvelle ; à l’embarras qu’on éprouve d’ordinaire au milieu de figures inconnues se joignait pour elle celui que lui causaient son accent et son ignorance des merveilles de la grande ville. Le hasard la rapprocha d’une jeune fille dont la grand’mère avait été, comme la sienne, élevée à Écouen sous la direction de Mme Campan. Ce fut pour ma provinciale une agréable surprise d’entendre raconter par sa compagne des anecdotes qui avaient souvent défrayé les conversations de sa propre famille. Elle découvrit même que les deux vieilles dames avaient été liées d’amitié un demi-siècle auparavant. Depuis lors elle se sentit moins dépaysée ; il lui sembla qu’elle retrouvait à la pension comme un écho du foyer domestique.

Le nom de Mlle Campan, en effet, est resté vivant dans beaucoup de familles françaises. Tandis que les officiers du premier Empire racontaient leurs campagnes, les anciennes pensionnaires d’Écouen et de Saint-Denis, devenues des aïeules, déroulaient devant leurs petits-enfants les souvenirs de la classe nacarat ou de la classe aurore ; et sans cesse au milieu de leurs histoires revenait l’ombre de Mme Campan avec son grand nez et ses coiffes majestueuses. Elle avait eu une existence si remplie et si agitée, elle avait été mêlée à tant d’événements tragiques, que sa personne et sa conversation ont laissé dans l’âme de ses élèves une impression ineffaçable.

Son père, M. Genest, commis au département des affaires étrangères, lui avait fait donner une éducation que beaucoup de princesses du temps auraient été heureuses de recevoir. Il nourrissait secrètement l’ambition de l’introduire à la cour ; grâce à l’appui de quelques amis influents il y réussit : Mlle Genest, à peine âgée de quinze ans, fut nommée lectrice de Mesdames, filles du roi.

Quand Marie-Antoinette arriva à Versailles, elle ne tarda pas à distinguer dans l’austère entourage de ses tantes l’esprit et les talents de leur jeune lectrice. Elle la maria à M. Campan, fils d’un de ses secrétaires, obtint pour elle une dot de la générosité de Louis XV, et se l’attacha en qualité de femme de chambre ; quelques années plus tard elle l’éleva au rang de première femme. Mme Campan conserva ce titre jusqu’au jour où sa maîtresse quitta les Tuileries pour la prison du Temple ; dans la journée du 10 août elle assista aux scènes les plus horribles et courut les plus grands dangers ; elle vit égorger autour d’elle les défenseurs de la monarchie, elle fut exposée à tous les hasards de la bataille, et dut, avec les autres femmes du service de la reine, traverser sous escorte les rues de Paris. Sa soeur, menacée d’une arrestation, se donna la mort pour ne pas subir les angoisses de la captivité et du supplice.

Madame Campan
Madame Campan

Toutefois Mme Campan ne fut pas inquiétée davantage. Elle se retira à la campagne et y passa dans une condition obscure la sinistre période de la Terreur. Le 9 thermidor lui rendit la sécurité ; mais elle était sans ressources. Pour s’en procurer elle eut l’idée d’ouvrir à Saint-Germain en Laye un pensionnat de jeunes filles : c’était le temps où le goût du bon ton, de l’élégance et des manières polies commençait à renaître. On fut heureux de trouver à la tête d’une maison d’éducation une femme dont la jeunesse s’était écoulée au milieu de l’ancienne cour et qui en avait conservé les traditions.

Mme Campan compta bientôt parmi ses élèves la fille et la nièce de Mme de Beauharnais et les deux plus jeunes soeurs de Bonaparte. Le premier consul prit le nouvel établissement sous sa protection ; chacun des progrès de son étonnante fortune contribua à en assurer la prospérité. En 1807, Napoléon nomma Mme Campan directrice de la maison de la Légion d’honneur qu’il venait de fonder à Écouen. Tant que dura l’Empire cette haute faveur ne se démentit pas un seul jour ; à l’avènement de Louis XVIII elle fut suivie d’une disgrâce complète.

Lorsque Mme Campan eut été relevée de son poste, elle voulut fixer pour ses anciennes élèves le souvenir des leçons qu’elle leur avait données, et exposer par écrit les principes d’enseignement qu’elle avait appliqués à Saint-Germain et à Écouen. Son traité De l’éducation n’a aucune prétention littéraire ; mais je devrais m’étendre au delà des bornes que je me suis prescrites, si je voulais faire sentir tout ce qu’il contient d’original et de fécond. Pour bien comprendre l’influence que Mme Campan a exercée sur la jeunesse, il faut se représenter combien l’éducation des femmes était négligée avant elle.

Les méthodes que Mme de Maintenon avait inaugurées à Saint-Cyr avaient été brusquement abandonnées. Les filles de Louis XV elles-mêmes furent très mal dirigées dans leur enfance ; l’une d’elles, Mme Louise, ne savait pas lire à douze ans. Mme Campan renoua la tradition interrompue : ce furent les statuts de Saint-Cyr qui servirent de modèles dans l’organisation d’Écouen. Il y a des mots qui résument toute une oeuvre :

« Que manque-t-il aux jeunes personnes, disait un jour Napoléon à Mme Campan, pour être bien élevées en France ?
- Des mères, répondit-elle.
- C’est juste, reprit l’empereur. Eh bien, Madame, que les Français vous aient l’obligation d’avoir élevé des mères pour leurs enfants. »

Voici encore comment elle caractérisait la tâche à laquelle elle s’était vouée. En 1815, après la bataille de Paris, le tsar Alexandre se présenta, sans être attendu, à l’établissement d’Écouen pour le visiter. La directrice lui en fit les honneurs. Quand le tsar, suivi de plusieurs officiers, entra au réfectoire, les élèves s’y trouvaient réunies. L’une d’elles, placée sur une estrade, lisait, suivant l’usage, une prière pour Napoléon et sa famille. Elle s’arrêta aussitôt, saisie d’étonnement et d’inquiétude. Mais le tsar, tenant à la main son grand chapeau à plumes, lui dit avec la plus parfaite courtoisie : « Continuez, Mademoiselle, continuez ! » Et il écouta la prière jusqu’au bout. Savait-il ce que lisait la jeune fille au moment où elle fut interrompue par son arrivée ? On est d’autant plus porté à le croire que le caractère chevaleresque du prince est connu. En tout cas, les pensionnaires d’Ecouen n’en doutèrent pas un instant. Ma grand’mère, qui était du nombre et de qui je tiens l’anecdote, en a été fermement convaincue toute sa vie. Je la vois encore se soulever sur son fauteuil en assurant de son mieux sa voix brisée, pour rendre dans toute leur noblesse le geste et la parole d’Alexandre.

Quand il eut tout vu, il lui pria de lui indiquer brièvement quelle était sa méthode :
« Les filles des grands de l’État, répondit-elle, celles des riches ou des pauvres, sont entièrement confondues dans cette enceinte. Si j’apercevais qu’il y eût des prétentions à cause du rang ou de la fortune des parents, je trouverais le moyen de les détruire sur-le-champ ; l’égalité est aussi parfaite que possible ; le mérite et le travail sont seuls distingués. Par le règlement, les élèves sont obligées d’apprendre à couper leur linge et à le faire ainsi que leurs robes et tout ce qui tient à leur habillement. Elles apprennent même à blanchir et à raccommoder la dentelle. Deux d’entre elles tour à tour font, trois fois par semaine, le pot au feu pour les pauvres du village et le leur distribuent elles-mêmes ainsi que le pain.

Toutes les jeunes personnes sorties d’Écouen, comme de ma pension de Saint-Germain, connaissent très bien l’administration de l’intérieur d’une maison, et toutes me savent bon gré d’avoir suivi leur éducation sur ce point comme sur tous les autres. Dans mes entretiens avec elles, je leur apprends que c’est la manière d’administrer leur maison qui doit conserver leur fortune ou la détruire, qu’il n’y a point de petites dépenses journalières et qu’on doit les régler avec infiniment d’attention ; mais je leur recommande aussi d’éviter, comme une chose du plus mauvais ton, de s’entretenir dans un salon des détails de fortune et d’intérieur. Il faut savoir faire et commander, mais laisser les femmes mal élevées parler équipages, domestiques, lessive ou pot au feu. Voilà, sire, pourquoi mes élèves sont supérieures à la plupart de celles qui ont reçu ailleurs leur éducation. Tout se fait dans la plus grande simplicité. Elles sont au courant de tout ce qui doit entrer dans leurs attributions, et sont aussi bien placées dans un cercle brillant que dans un intérieur modeste. La fortune établit les rangs ; l’éducation doit apprendre à s’y maintenir convenablement. »

Mme Campan, dans l’intérieur de la maison qu’elle dirigeait, donnait l’exemple de la bonne humeur. Son caractère était naturellement enjoué ; mais quelquefois elle faisait effort pour qu’on trouvât sur son visage la gravité qui est indispensable au commandement. Ma grand’mère, son élève, m’a souvent raconté que, se dirigeant un jour toute seule vers l’infirmerie et montant sans bruit par un escalier dérobé, elle entendit au-dessus d’elle une voix qui fredonnait une chanson plaisante de l’ancien régime inspirée par les exploits des gardes françaises. Elle continua à monter, et quelle ne fut pas sa surprise quand elle se trouva tout à coup en présence de Mme la directrice : « Où vas-tu, petite ? » lui demanda celle-ci d’un ton sévère. Ma grand’mère s’expliqua. « Mais la plus embarrassée de nous deux, ajouta-t-elle, ce n’était pas moi. »




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Révolution dite française : fille des Illuminés de Bavière et de la franc-maçonnerie ?
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
 Charlemagne se fait voleur par ordre de Dieu
 
 Pain mangé par nos aïeux : sa nature, son prix
 
 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Serrer ou presser le bouton à quelqu’un
 
 Grande fortune, grande servitude
 
MANIFESTATIONS
 Au milieu des Nymphéas de Claude Monet : immersion virtuelle au musée de l'Orangerie
 
 Les Nadar, une légende photographique
 
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 Madame du Barry : une femme injustement calomniée
 
 Arnault-Guilhem de Barbazan, le Chevalier sans reproche
 
 Capazza (Louis), précurseur de l'aéronautique
 
 Enfance et éducation du futur Henri IV pensées par son grand-père
 
 
Et puis aussi...
 
 Callot (Jacques)
 
 Charlemagne vu par les chansons de geste et notre poésie primitive
 
 Tours (Grégoire de) : précieux chroniqueur du temps des Mérovingiens
 
 Engelmann (Godefroy), lithographe
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 147 ARTICLES

 

Suivre notre Pinterest

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 
 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2018 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services