Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 14 octobre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Femmes de lettres. Comparaison des styles d'écriture masculine et féminine - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Personnages : biographies > Femmes de lettres : de quelle image (...)

Personnages : biographies

Vie, oeuvre, biographies de personnages ayant marqué l’Histoire de France (écrivains, hommes politiques, inventeurs, scientifiques...)


Femmes de lettres : de quelle image
jouissent-elles au sein de la gent
masculine au XIXe siècle ?
(Extrait du « Gaulois » du 24 avril 1883)
Publié / Mis à jour le mardi 4 mars 2014, par LA RÉDACTION

 
 
 
On a, dans le monde, dans le monde des lettres surtout, de certains sourires quand on parle des femmes de lettres. Ce sont des bas-bleus, dit-on. Soit. Mais les bas-bleus sont intéressants, écrit Guy de Maupassant en 1883 dans Le Gaulois. Et d’ajouter que beaucoup d’hommes, des philosophes éminents, condamnent en bloc toutes ces femmes en vertu du principe général que voici : « La femme n’est pas faite pour les travaux intellectuels ».

Ils en donnent la preuve, d’ailleurs, une preuve accablante, poursuit-il. C’est que, depuis l’origine du monde, aucune femme n’a produit un chef-d’œuvre, si court qu’il soit. Elle n’a pas, malgré des qualités accessoires remarquables, les qualités essentielles de l’esprit qui permettent d’imaginer, de raisonner, d’observer, de pondérer, de mélanger, d’établir les proportions dans les rapports absolus qui font d’une œuvre un chef-d’œuvre.

Les femmes ont répondu : « Cela tient à un défaut d’éducation. Les femmes ne sont pas élevées comme il faut pour leur permettre de produire des œuvres d’art. » Mais les philosophes ont riposté : « Vous étudiez plus que nous la peinture et la musique ; vous approfondissez la partie technique de ces deux arts autant qu’aucun homme. Or, citez-moi une seule de vous qui ait jamais été un grand peintre ou un grand musicien. »

George Sand, par Charles-Louis Gratia
George Sand vers 1835, par Charles-Louis Gratia

Un illustre penseur anglais explique ainsi cette infériorité : « En comparant les facultés intellectuelles des deux sexes, on ne distingue pas assez la réceptivité de la faculté créatrice. Ces deux choses sont presque incommensurables ; la réceptivité peut exister — cela se présente souvent — et être très développée là où il n’y a que peu ou même point de faculté créatrice.

« Mais la plus grave des erreurs que l’on commet généralement en faisant ces comparaisons, c’est peut-être de négliger la limite du pouvoir mental normal. Chaque sexe est capable, sous l’influence de stimulants particuliers, de manifester des facultés ordinairement réservées à l’autre ; mais nous ne devons pas considérer les déviations amenées par ces causes comme fournissant des points de comparaison convenables. Ainsi, pour prendre un cas extrême, une excitation spéciale peut faire donner du lait aux mamelles des hommes : on connaît plusieurs cas de gynécomastie, et on a vu, pendant des famines, de petits enfants privés de leurs mères être sauvés de cette façon.

« Nous ne mettrons pourtant pas cette faculté d’avoir du lait, qui doit, quand elle apparaît, s’exercer aux dépens de la force masculine, au nombre des attributs du mâle. Et même, sous l’influence d’une discipline spéciale, l’intelligence féminine donnera des produits supérieurs à ceux que peut donner l’intelligence de la plupart des hommes. Mais nous ne devons pas compter cette capacité de production comme réellement féminine si elle est aux dépens des fonctions naturelles. La seule vigueur mentale normale féminine est celle qui peut coexister avec la production et l’allaitement du nombre voulu d’enfants bien portants. Une force d’intelligence qui amènerait la disparition d’une société si elle était générale parmi les femmes de cette société, doit être négligée dans l’estimation de la nature féminine, en tant que facteur social. »

Donc les vraies femmes de lettres sont des phénomènes — pardon, mesdames, reprend Guy de Maupassant. Mais, par cela même qu’elles sont des phénomènes, elles doivent nous sembler plus précieuses, dans le bon sens du mot, plus intéressantes, plus curieuses à étudier, à connaître. Leur rareté fait leur prix. Et ce serait un livre curieux, celui qui nous dirait l’histoire de l’intelligence féminine, de l’intelligence créatrice des femmes, depuis Sapho jusqu’à Mlle Marie Colombier.

Ce qu’on pourrait, en général, reprocher à tous ces écrivains en robe, c’est l’absence de cette chose subtile, indéfinissable, qu’on appelle l’art. Force mystérieuse que produisent certains esprits d’élite, souffle inconnu qui glisse dans les mots, harmonie insaisissable, âme de la phrase, que sais-je ? On ne peut dire où réside, d’où vient, comment s’exhale ce parfum délicat des livres. Mais on sait qu’il est, on le sent, on le subit, on s’en grise. La femme, en général, quel que soit son génie, ne connaît point, ne produit point, et ne comprend guère cette chose vague et toute-puissante.

Le Beau littéraire n’est point ce qu’elle cherche. La première des femmes-écrivains, George Sand, ne semble jamais avoir été effleurée par ce mal étrange, par cette torture des artistes que travaille l’amour, l’appétit, la rage du style. Et style n’est pas le mot qu’il faudrait employer. La langue ne fournit pas de terme pour exprimer cette idée de l’harmonie littéraire, de cette concordance des mots avec les choses, qui est l’art.

La femme s’efforce surtout d’exprimer ses rêveries, sans avoir jamais été atteinte par la fièvre de l’adjectif, par la grande passion du verbe. Elle écrit naïvement, souvent très bien, sans recherche, avec aisance. On peut classer en deux camps les femmes-auteurs, poursuit Maupassant :

1° Celles qui ont un tempérament d’écrivain ;

2° Celles qui ont de la grâce et de l’esprit.

Je veux citer quelques-unes de celles dont on parle le plus.

La plus connue est assurément Mme Juliette Lamber. Hantée par l’amour de la Grèce, elle conçoit un livre comme un sculpteur rêve une statue. Elle croit aux dieux, aux choses antiques, aux formes pures, aux grands sentiments et elle produit des œuvres en qui revit quelque chose de l’autrefois païen. Belle d’une beauté puissante et saine, sans coquetterie apprise, sans maniérisme aucun, elle est bien la femme de son âme et de ses croyances. Mais un nouveau roman de cet écrivain est sur le point de paraître, Païenne. C’est alors qu’il conviendra de parler longuement du livre et de l’auteur.

Voici une autre femme de lettres qui ne ressemble guère à Mme Juliette Lamber. Celle-là, c’est une Parisienne moderne, et une raffinée, et une coquette, en littérature, naturellement. Elle signait jadis des chroniques charmantes du nom de Thilda, au journal La France, et d’autres, non moins charmantes, du nom de Jeanne, au Gil-Blas. Aujourd’hui, elle est devenue Jeanne-Thilda, et publie un livre excellent, ayant pour titre : Pour se damner.

Henry Gréville (pseudonyme d'Alice Durand)
Henry Gréville (pseudonyme d’Alice Durand)

C’est un recueil de unes nouvelles, joyeuses, bien nées, un peu poivrées parfois, mais jamais trop. Cela est alerte, bien français, bien spirituel. et bien galant. On sent Paris dans ce livre, on y sent le boulevard et le salon. Le style élégant garde une sorte de grâce féminine ; il sent bon comme un bouquet de corsage ; et vraiment quelque chose de subtilement amoureux semble courir dans les pages. Pour se damner est bien le titre qu’il fallait.

L’auteur Jeanne-Thilda est une grande femme à la chevelure ardente, à l’œil hardi, à la taille élégante. Elle aime le monde, on le sait ; elle aime les hommages, on le devine ; elle aime toutes les élégances et tous les raffinements de la vie, on le sent. Je prédis un grand succès à votre livre.

J’ouvris un jour, par hasard, un roman intitulé l’Idiot. C’était une œuvre singulière, naïve et puissante. L’auteur, doué remarquablement, mais inhabile, révélait un vrai tempérament d’écrivain, instinctif, sans raisonnement ni science. On sentait qu’il devait écrire d’abondance, laissant couler les phrases et les choses, simplement, sans apprêt, sans artifice. Et cette simple manière donnait parfois des effets singulièrement beaux. Cet homme voyait juste par nature ; il avait l’œil d’un observateur, et cependant il gâtait souvent des pages excellentes et justes par l’inexpérience de son imagination, par des inventions inutiles, par une abondance regrettable.

Son pseudonyme me surprit. Paria Korigan ! Pourquoi cet étrange accouplement de mots baroques ? Une femme seule pouvait avoir combiné ce nom plus bizarre qu’heureux. L’Idiot est d’une femme, en effet. Et cette femme possède des qualités bien rares dans son sexe. Elle est douée, elle est née avec un cerveau de romancier remarquable. Elle fera, certes, des livres, de vrais livres qui contiendront de la vraie vie, et de vrais paysages, et des sensations vraies.

Si j’avais un conseil timide à lui donner, ce serait de se méfier de son imagination et de son enthousiasme ; car ses qualités maîtresses sont justement les qualités contraires : l’observation, la vision juste, l’intuition nette des choses. Elle a un tempérament d’homme auquel se mêle une exaltation de femme.

De toutes les femmes de lettres de France, Mme Henry Gréville [pseudonyme d’Alice Durand] est celle dont les livres atteignent le plus d’éditions. Celle-là est surtout un conteur, un conteur gracieux et attendri. On la lit avec un plaisir doux et continu et, quand on connaît un de ses livres, on prendra toujours volontiers les autres.

Mmes Georges de Peyrebrune, Gyp, Mary Summer, de Grandfort, ont écrit aussi des œuvres pleines de qualités charmantes. Mme de Montifaut, cette victime de l’intolérance des mâles, chassée de partout, emprisonnée, honnie pour des livres qui n’auraient pas fait sourciller signés d’un homme, a donné, certes, des preuves de talent. Mais avez-vous lu ce récit exquis, depuis longtemps célèbre d’ailleurs, qui s’appelle le Péché de Madeleine ? L’auteur ? On nomme tout bas Mme Caro [Pauline Caro écrira de manière anonyme jusqu’en 1892] ? Qui que vous soyez, madame, pourquoi ne faites-vous plus rien ?

 
 

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 


 

 Napoléon : l'enfance du futur empereur des Français
 
 Berceuses populaires (Les) : airs entêtants, apaisants, traversant le temps et les provinces
 
 Règles de bienséance et de politesse d'après un traité de 1628
 
 Des bibliothèques dans les trains ?
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Blason féodal : né au XIIe siècle de la nécessité d'authentifier les actes
 
BON À SAVOIR
 Jeter une chose à croix et à pile
 
 Battre la campagne
 
MANIFESTATIONS
 Le mystère du masque de fer dévoilé sur l'île Sainte-Marguerite
 
 Berthe Morisot au musée d'Orsay : rétrospective d'une grande artiste
 
 
L'ENCYCLOPÉDIE DU TEMPS JADIS
 Recevez en 48h les 37 volumes édités par La France pittoresque : 900 articles, 1800 illustrations formant une truculente mosaïque de notre riche passé !
 
 
 
 
 

 


Les plus récents
 
 L'Éclair et Fine-Oreille : célèbres filous du XVIIe siècle
 
 Napoléon : l'enfance du futur empereur des Français
 
 Blaise Pascal : premiers pas d'un génie
 
 Marie Marvingt, la seule femme à avoir couru le Tour de France avec les hommes
 
 
Et puis aussi...
 
 Madeleine Brès : fille de charron devenue la première doctoresse française en 1875
 
 Madame du Barry : une femme injustement calomniée
 
 Mademoiselle Clairon : comédienne à la carrière éblouissante mais au funeste destin
 
 Jean Cousin, véritable découvreur de l'Amérique avant Christophe Colomb ?
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 153 ARTICLES

 

 La France pittoresque ne bénéficie d'aucune subvention, qu'elle soit publique ou privée. Prenez activement part à la transmission de notre patrimoine !
 
 Soutenez une véritable réinformation historique et contribuez à la conservation de notre indépendance éditoriale
Vous pouvez également opter pour
un montant libre
 
VOS DONS NOUS SONT PRÉCIEUX
EN SAVOIR +

 

 Facebook
 Twitter
 VK
 Instagram
 LinkedIn
 Pinterest
 Tumblr
 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2019 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
Services La France pittoresque
 
Noël au coin de l'Histoire : boutique d'ouvrages pour vos cadeaux de fêtes de fin d'année
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Twitter

VK

Heypster

Vero

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Services