Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 25 janvier DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

1er novembre 1632 : scène du chevalier de Jars et de son juge

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Novembre > 1er novembre > 1er novembre 1632 : scène du chevalier
Éphéméride, événements
Les événements du 1er novembre. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
1er novembre 1632 : scène du
chevalier de Jars et de son juge
Publié / Mis à jour le mercredi 31 octobre 2012, par LA RÉDACTION
 

François de Rochechouart, appelé le chevalier de Jars, était entré avec le Garde des Sceaux Châteauneuf dans une intrigue contre le cardinal de Richelieu : il paraît que leur projet n’avait rien de criminel ; mais le ministre, ennemi personnel du chevalier, et voulant d’ailleurs savoir tous les secrets de cette intrigue, exila le Garde des Sceaux, et fit arrêter le Jars.

Isaac de Laffemas
Isaac de Laffemas

Enfermé d’abord à la Bastille , il fut ensuite livré à une commission présidée par Isaac de Laffemas, intendant de Troyes, homme absolument dévoué au cardinal. Le chevalier de Jars, transféré dans cette ville, vit sans crainte les commencements de son procès : l’ordre était de l’effrayer par des menaces, par l’appareil du supplice, et d’épargner sa vie.

Le jour de la Toussaint il demanda à Laffemas la permission d’assister à la messe : cette faveur lui fut accordée ; mais l’intendant était loin de prévoir la scène à laquelle sa complaisance devait donner lieu. Après la communion du prêtre, Laffemas s’approcha avec sa femme pour recevoir l’Eucharistie : à l’instant, le chevalier de Jars se débarrasse de ses gardes, s’élance sur son juge, et le prenant à la gorge : « Au moment, lui dit-il, où tu as sur les lèvres ton Dieu et ton Créateur vivant, il est temps de dire la vérité : tu dois me justifier devant Dieu et devant les hommes, avouer mon innocence et ton injustice à me persécuter. Puisque tu fais mine d’être chrétien, poursuivit-il, il faut que tu reconnaisses que tu es un scélérat. Je te récuse pour mon juge , et je prends à témoins tous ceux qui assistent à ce sacrifice. »

Grande rumeur dans l’église : le peuple prend le parti du chevalier ; les gens sages veulent en vain lui arracher Laffemas qu’il était prêt à étouffer. Ce dernier tout tremblant répond enfin : « Monsieur, ne vous plaignez point, je vous assure que M. le cardinal vous aime ; vous en serez quitte pour aller en Italie ; mais je vous montrerai des petites lettres écrites de votre main, qui vous feront voir que vous êtes plus coupable que vous ne croyez. » Le chevalier effrayé de ces dernières paroles, laissa Laffemas s’échapper.

Cette scène violente devait le perdre, s’il eût été vraiment coupable. Il fut condamné à mort ; mais sa grâce lui fut apportée lorsqu’il était sur l’échafaud, le 10 novembre 1633. Comme Laffemas le lui avait dit dans l’église, il fut exilé en Italie — où il devint proche de Mazarin — jusqu’à la mort du cardinal de Richelieu, après laquelle il revint en France, et fut très bien accueilli de la régente Anne d’Autriche. Il joue un rôle important aux premières heures de la Fronde.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !