Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 5 avril DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

Proverbe, expression populaire : A bon vin pas d'enseigne. Origine, signification

Vous êtes ici : Accueil > Expressions, Proverbes > A bon vin pas d'enseigne
Expressions, Proverbes
Proverbes et expressions populaires d’usage courant : origine, signification d’expressions proverbiales de la langue française
A bon vin pas d’enseigne
Publié / Mis à jour le lundi 21 novembre 2011, par LA RÉDACTION
 
 
 
Ce qui est bon se fait assez connaître par ses qualités sans avoir besoin d’être vanté

Cette locution proverbiale nous vient d’un proverbe latin dont l’auteur s’appelait Columelle : Vino vendibili suspensa hedera non opus est, dont la traduction est Au vin qui se vend bien il ne faut pas de lierre suspendu, c’est-à-dire de bouquets de lierre pour enseigne.

Car, l’usage de mettre des branches de cette plante à la porte des débits de vin est très ancien ; il subsiste encore en Suisse et dans certaines parties de la France. Le lierre était la plante consacrée jadis au dieu Bacchus. Actuellement, on se sert indifféremment du lierre ou du houx.

On a dit aussi au XVIIe siècle : A bon vin il ne faut pas de bouchon – le mot bouchon désignant ici un petit paquet de paille ou d’herbe qu’on met à la porte d’un cabaret –, ce qui signifie que les bonnes choses n’ont pas besoin d’être vantées et qu’une personne, instruite ou habile dans son industrie ou dans son art, n’a pas besoin de recommandation.

De même tout écrivain qui fait prôner ses productions pour en assurer la vente fait revivre l’usage que suivaient les cabaretiers d’autrefois qui, non contents d’avoir une belle enseigne devant leur débit, faisaient encore crier leur vin par les rues, afin d’en augmenter la vente.

Telle est l’opinion à ce sujet de deux auteurs latins qui ont émis chacun une idée analogue. Voici les paroles de Plaute : Proba merx facile emptorem reperit, ce qui veut dire : La bonne marchandise trouve facilement un acheteur ; puis celles d’Horace :

Largius aequo,
Laudat venales qui vult extrudere merces.

dont voici la traduction : Celui qui veut vendre ses marchandises en fait l’éloge plus qu’il ne le faudrait. Les Espagnols disent : El bon vino la venta trahe consigo, ce qui signifie : Le bon vin porte sa vente en soi.

On peut donc tirer de ce proverbe cet axiome que les bonnes choses en tout genre se recommandent suffisamment par leur propre valeur, sans avoir besoin d’être pompeusement annoncées et qu’il n’est pas nécessaire d’attirer l’attention du public sur un bon vin par une image quelconque.

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !