Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 6 avril DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

1er novembre 1596 : mort de l’érudit et avocat Pierre Pithou

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Novembre > 1er novembre > 1er novembre 1596 : mort de l’érudit (...)
Éphéméride, événements
Les événements du 1er novembre. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
1er novembre 1596 : mort de l’érudit et avocat Pierre Pithou
Publié / Mis à jour le mercredi 31 octobre 2012, par LA RÉDACTION
 

Pierre Pithou était né le 1er novembre 1539, à Troyes en Champagne. Après avoir reçu une excellente éducation domestique, il vint puiser à Paris, sous Turnèbe, le goût de l’antiquité. De Paris il passa à Bourges, pour y acquérir, sous le célèbre Cujas, toutes les connaissances nécessaires à un magistrat. Comme il avait embrassé le calvinisme, il faillit être enveloppé dans le massacre de la Saint-Barthélemy. Devenu catholique l’année d’après, il fut fait procureur général en 1581, dans la chambre de justice de Guyenne.

Grégoire XIII, ayant lancé un bref foudroyant contre l’ordonnance de Henri III, rendue au sujet du concile de Trente, Pithou, dans un Mémoire éloquent, défendit avec autant de force que de raison la cause de la France et celle de son roi.

Henri IV trouva en lui un citoyen non moins zélé : Pithou, entraîné d’abord dans la faction de la ligue, fit ensuite tous ses efforts pour réduire Paris sous l’obéissance de son souverain. Il était de la société des beaux esprits qui composèrent la satire ingénieuse connue sous le nom de Catholicon d’Espagne ; satire qui fit autant de mal aux ligueurs que les armes d’Henri IV.

L’ouvrage le plus intéressant de Pithou, est son Traité des libertés de l’Eglise gallicane, qui a servi de fondement à tout ce qu’on a écrit depuis sur cette matière. Il a enrichi la république des lettres de quelques ouvrages anciens qu’il a tirés de l’obscurité, tels que les Fables de Phèdre. L’érudition de Pithou lui mérita le titre de Varron de la France ; il en était l’oracle, et son nom pénétra dans les pays étrangers. Ferdinand, grand-duc de Toscane, l’ayant consulté dans une affaire importante, se soumit à sa décision, quoique contraire à ses intérêts.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !