Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 4 décembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

23 octobre 1708 : prise de Lille par le prince Eugène de Savoie et le duc de Marlborough (Siège de Lille)

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Octobre > 23 octobre > 23 octobre 1708 : prise de Lille (...)
Éphéméride, événements
Les événements du 23 octobre. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
23 octobre 1708 : prise de Lille
par le prince Eugène de Savoie
et le duc de Marlborough
Publié / Mis à jour le samedi 20 octobre 2012, par LA RÉDACTION
 

Pendant la guerre de la Succession d’Espagne l’armée des alliés, commandée par le prince Eugène de Savoie et John Churchill, duc de Marlborough, ayant battu les Français à Oudenarde, vint mettre le siège devant Lille.

Eugène de Savoie
Eugène de Savoie

C’était une entreprise que toute l’Europe regarda comme téméraire, mais que la mésintelligence et l’esprit d’incertitude qui régnaient dans l’armée française rendirent excusable, et le succès la justifia.

Les grands convois des ennemis qui pouvaient être enlevés, ne le furent pas ; l’armée du duc de Bourgogne, qui pouvait attaquer leurs retranchements encore imparfaits, ne les attaqua point. Lille fut prise, au grand étonnement de toute l’Europe, qui croyait le duc de Bourgogne plus en état d’assiéger Eugène et Marlborough, que ces généraux en état d’assiéger Lille. Le maréchal de Boufflers la défendit près de quatre mois.

Les habitants s’accoutumèrent tellement au fracas du canon et à toutes les horreurs qui suivent un siège, qu’on donnait dans la ville des spectacles aussi fréquentés qu’en temps de paix, et qu’une bombe qui tomba près de la salle de la Comédie, n’interrompit point le spectacle.

Le maréchal de Boufflers avait mis si bon ordre à tout, que les habitants de cette grande ville étaient tranquilles sur la foi de ses fatigues. Sa défense lui mérita l’estime des ennemis, les cœurs des citoyens, et les récompenses du roi.

Il fut fait pair de France ; il eut les grandes entrées de premier gentilhomme, et la survivance du gouvernement de Flandre pour son fils aîné. Lorsqu’il vint au parlement pour s’y faire recevoir, il dit en se tournant vers une foule d’officiers qui avoient défendu Lille avec lui : « C’est à vous que je dois toutes les grâces dont on me comble ; c’est à vous que je les renvoie, et je ne dois me louer que d’avoir été à la tête de tant de braves gens. »

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !