Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 26 novembre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

23 octobre 1706 : mort du numismate Jean Foy-Vaillant

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Octobre > 23 octobre > 23 octobre 1706 : mort du numismate (...)
Éphéméride, événements
Les événements du 23 octobre. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
23 octobre 1706 : mort du numismate
Jean Foy-Vaillant
Publié / Mis à jour le samedi 20 octobre 2012, par LA RÉDACTION
 

Jean-Foy-Vaillant, membre de l’Académie des Belles-Lettres, né à Beauvais en 1632, fut élevé avec soin dans les sciences, par son oncle maternel, et destiné à l’étude de la médecine ; mais un heureux hasard lui fit connaître sa véritable destination.

Un laboureur, ayant trouvé dans son champ, près de Beauvais, un petit coffre plein de médailles anciennes, les porta au jeune médecin, qui dès ce moment se livra tout entier à la recherche des monuments de l’antiquité. II se forma en peu de temps un cabinet curieux en ce genre, et fit plusieurs voyages dans les pays étrangers, d’où il rapporta des médailles très rares.

Dans le désir d’augmenter ses richesses littéraires, il s’embarqua à Marseille pour aller à Rome ; mais il fut pris par un corsaire, conduit à Alger, et mis à la chaîne. Environ quatre mois après, on lui permit de venir en France pour solliciter sa rançon. Il s’embarqua sur une frégate qui fut à son tour attaquée par un corsaire de Tunis. Vaillant, à la vue de ce nouveau malheur, afin de ne pas tout perdre, comme il avait fait dans le premier vaisseau, avala une quinzaine de médailles d’or qu’il avait sur lui, et après avoir failli périr plusieurs fois, il trouva enfin le moyen de se sauver avec l’esquif. Quelque temps après, la nature lui rendit le dépôt qu’il lui avait confié.

De retour à Paris, il reçut des ordres de la cour pour entreprendre un nouveau voyage. Vaillant poussa ses recherches jusque dans le fond de l’Egypte et de la Perse, et y trouva les médailles les plus rares. Au renouvellement de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Vaillant y fut d’abord reçu en qualité d’associé, et peu de temps après, il obtint la place de pensionnaire. Il avait été marié deux fois ; et, par une dispense particulière du pape, il avait épousé successivement les deux sœurs.

Tous ses ouvrages ont beaucoup servi à éclaircir l’histoire. Il a donné par médailles l’Histoire des Césars jusqu’à la chute de l’empire romain, celle des rois de Syrie, des Arsacides, des rois de Pont, de la Thrace et de la Bithynie. On disait de lui « qu’il lisait aussi facilement les plus anciennes médailles qu’un Mançeau lit un exploit. »

L’auteur était estimable, non seulement par son savoir, mais encore par son caractère. Il eut un fils qui se distingua pareillement dans la science numismatique, et fut membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !