Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 8 février DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Second Life

21 septembre 1327 : fin tragique d'Edouard II, roi d'Angleterre

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Septembre > 21 septembre > 21 septembre 1327 : fin tragique (...)
Éphéméride, événements
Les événements du 21 septembre. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
21 septembre 1327 : fin tragique
d’Edouard II, roi d’Angleterre
Publié / Mis à jour le dimanche 16 septembre 2012, par LA RÉDACTION
 

Edouard Ier étant mort au moment où il allait conquérir l’Ecosse, son fils Edouard, qui lui succéda sur le trône, abandonna les projets de son père, pour se livrer à ses maîtresses et à ses favoris : cette conduite irrita la nation, et surtout Isabelle, femme du roi, et sœur de Charles le Bel, roi de France. Ce ne fut plus dans l’administration publique, que fureur, confusion et faiblesse.

Une partie du parlement fait trancher la tête à un favori du monarque, nommé Gaveston. Isabelle passe en France, pour demander à son frère du secours contre Spencer, autre favori d’Edouard. Charles suivait cette politique de tous les rois, de semer la discorde chez ses voisins ; il encourage sa sœur à lever l’étendard contre son mari. Isabelle se prépare aussitôt à la guerre ; elle marie son fils à la fille du comte de Hainaut, repasse en Angleterre, et se joint à main armée aux ennemis de son époux. Son amant, Mortimer, était avec elle à la tête de ses troupes, tandis que le roi fuyait avec son favori Spencer.

La reine fait pendre, à Bristol, le père du favori, âgé de 90 ans. Elle punit ensuite du même supplice le favori lui-même, tombé dans ses mains. Le roi, abandonné, fugitif dans son royaume, est pris, conduit à Londres, insulté par le peuple, enfermé dans la Tour, jugé par le parlement, et déposé par un jugement solennel. C’est le premier exemple d’un roi d’Angleterre déposé par l’autorité du parlement. Le prince de Galles, qui fut depuis le célèbre Edouard III, fut couronné, et son père mourut en prison d’un fer chaud que des scélérats lui enfoncèrent dans les entrailles, à travers un tuyau de corne.

Le ciel ne laissa pas ce roi malheureux sans vengeance. Mortimer, favori de la reine, fut décapité en 1329 ; et Isabelle mourut enfermée au château de Risin, après avoir pleuré pendant vingt-huit ans ses infortunes, plus que ses faiblesse et ses barbaries.

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !