Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 25 mai DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
REJOIGNEZ-NOUS sur VK, le
réseau social alternatif à Facebook !

31 Janvier 1788 : mort du prince Charles-Edouard Stuart

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Janvier > 31 janvier > 31 Janvier 1788 : mort du prince (...)
Éphéméride, événements
Les événements du 31 janvier. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
31 Janvier 1788 : mort du prince Charles-Edouard Stuart
Publié / Mis à jour le mardi 24 novembre 2009, par LA RÉDACTION
 

« Le prince Charles-Edouard était fils de celui qu’on appelait le prétendant, ou le chevalier de Saint-George. On sait assez que son grand-père avait été détrôné par les Anglais, son bisaïeul condamné à mourir sur un échafaud par ses propres sujets, sa quadrisaïeule livrée au même supplice par le parlement d’Angleterre. Ce dernier rejeton de tant de rois et de tant d’infortunes consumait sa jeunesse auprès de son père retiré à Rome. II avait marqué plus d’une fois le désir d’exposer sa vie pour remonter au trône de ses pères. On l’avait appelé en France dès l’an 1742, et on avait tenté en vain de le faire débarquer en Angleterre. Il attendait dans Paris quelque occasion favorable, pendant que la France s’épuisait d’hommes et d’argent en Allemagne, en Flandre et en Italie. Les vicissitudes de cette guerre universelle ne permettaient plus qu’on pensât à lui : il était sacrifié aux malheurs publics.

Ce prince, s’entretenant un jour avec le cardinal de Tencin, qui avait acheté sa nomination au cardinalat de l’ex-roi, son père, Tencin lui dit : « Que ne tentez-vous de passer sur un vaisseau vers le nord de l’Ecosse ? Votre seule présence pourra vous former un parti et une armée ; alors il faudra bien que la France vous donne des secours. »

Charles- Edouard suivit ce conseil en héros : Preston-pans et Culloden marquèrent les deux périodes de sa glorieuse et funeste entreprise (voy. 2 Octobre 1745, 27 Avril 1746 : il fallut presque un miracle pour que le héros vaincu sauvât sa tête du royaume de ses pères.

« Le prince Edouard ne fut pas alors au terme de ses calamités ; car étant réfugié en France, et se voyant obligé à la fin d’en sortir pour satisfaire les Anglais, qui l’exigèrent dans le traité de paix, son courage, aigri par tarit de secousses, ne voulut pas plier sous la nécessité. Il résista aux remontrances, aux prières, aux ordres, prétendant qu’on devait lui tenir la parole de ne le pas abandonner : on se crut obligé de se saisir de sa personne. II fut arrêté, garrotté, mis en prison, conduit hors de France ; ce fut là le dernier coup dont la destinée accabla une génération de rois pendant trois cents années. »

Charles-Edouard retourna dans sa retraite de Rome : la politique française l’en tira encore une fois (1755 ), pour l’y renvoyer presque aussitôt. Ne voulant pas laisser s’éteindre une race royale, qui pouvait lui être utile, le cabinet de Versailles négocia le mariage du prince anglais avec la jeune princesse de Stolberg Gœdern : cette union ne fut pas heureuse, et les deux époux vécurent séparés.

Charles-Edouard finit ses jours en Toscane,/ ;hez le grand-duc Léopold, qui lui avait offert un asile dans ses États : il était né à Rome le 31 décembre 1720. Des bruits outrageux l’ont accusé de penchants bas et de vices infâmes ; comme ces mêmes bruits l’accusaient de lâcheté, la réfutation en serait superflue.

David Hume rapporte, dans une lettre à son ami le docteur Pringle, que le prince osa faire deux apparitions à Londres, où sa tête avait été mise à prix ; l’une en 1753, et fautre en 1761. George II n’ignora pas le premier voyage ; Charles-Edouard ne prenait aucun soin de se cacher : le second eut lieu à l’époque du couronnement de George III. Quelqu’un reconnut le prince dans la foule, et lui dit à l’oreille : « V. A. R. est le dernier être vivant » que je me serais attendu à trouver ici. — C’est la curiosité qui m’y conduit, répondit le prince ; mais je vous assure que l’homme qui est l’objet de toute cette pompe est celui que j’envie le moins. »

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !