Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 22 octobre DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

Mots d'histoire : Journée des Farines

Vous êtes ici : Accueil > Savoir : Mots d’Histoire > Journée des Farines
Savoir : Mots d’Histoire
Origine et signification de dénominations singulières appliquées à des événements, des partis, ou à certaines classes d’individus
Journée des Farines
Publié / Mis à jour le mercredi 14 avril 2010, par LA RÉDACTION
 

Peu de jours après la mort du chevalier d’Aumale, tué dans une attaque infructueuse contre Saint-Denis, Henri IV essaya de surprendre la capitale. Dans la nuit du 20 janvier 1591, de Vic, à la tête de quatre-vingts soldats déguisés en paysans, conduisant chacun un mulet chargé de farine, se présenta à la porte Saint-Honoré en demandant qu’elle lui fût ouverte. Il espérait s’en saisir et s’y maintenir jusqu’à l’arrivée du roi, qui avait échelonné une partie de ses troupes à une courte distance.

Malheureusement les ligueurs avaient été avertis, et lorsqu’à trois heures après minuit les royalistes se présentèrent à la porte Saint-Honoré, on leur répondit que, d’après un nouvel ordre, des barques étaient préparées pour embarquer les farines à Chaillot, et qu’ils devaient gagner le bord de la rivière. Les assiégés comptaient, à l’aide de ce contretemps, faire une sortie et attaquer le roi. Mais de Vic, qui commandait le convoi, s’étant aperçu que l’on sonnait le tocsin dans plusieurs quartiers de Paris, et ayant entendu des bruits inaccoutumés, en donna aussitôt avis à Henri IV, qui fit battre en retraite.

« Voilà, dit Palma Gayet, ce qui se passa en cette entreprise, en laquelle les Parisiens n’ayans receus qu’un alarme, ne laissèrent d’en faire chanter le Te Deum, et ordonnèrent qu’à perpétuité, en un tel jour, ils en feraient une feste qui s’appellerait la journée des Farines. Ceste feste estoit la cinquième qu’ils inventoient, car ils en avoient fait auparavant quatre autres, savoir : la journée des Barricades, la journée du Pain ou la Paix, de la Levée du siège et de l’Escalade. Toutes ces festes furent depuis abolies à la réduction de Paris ».

 
 
Même rubrique >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !