Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie
LE 14 août DANS L'HISTOIRE [VOIR]  /  NOTRE LIBRAIRIE [VOIR]  /  NOUS SOUTENIR [VOIR]
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme
 
« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)
 

 
NOUS REJOINDRE SUR...
Nous rejoindre sur FacebookNous rejoindre sur TwitterNous rejoindre sur LinkedInNous rejoindre sur VKNous rejoindre sur InstragramNous rejoindre sur YouTubeNous rejoindre sur Parler

10 janvier 1645 : décapitation de Guillaume Laud, archevêque de Cantorbéry

Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, événements > Janvier > 10 janvier > 10 janvier 1645 : décapitation de (...)
Éphéméride, événements
Les événements du 10 janvier. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique
10 janvier 1645 : décapitation de Guillaume Laud, archevêque de Cantorbéry
Publié / Mis à jour le mercredi 18 novembre 2009, par LA RÉDACTION
 

Sous Charles Ier, roi d’Angleterre, Guillaume Laud parvint successivement aux dignités de chapelain du roi, de doyen de Glocester, d’évêque de Saint-David, de Bath et de Londres. La mort d’Abbot, son antagoniste, lui ouvrit l’archevêché de Cantorbéry ; celle du duc de Buckingham l’appela au poste de premier ministre.

Laud était accusé de penchant au papisme : les mesures qu’on le vit prendre fortifièrent cette imputation. Il persécuta les puritains, qu’Abbot avait protégés ; les puritains lui vouèrent une haine implacable. Les réformes qu’il essaya d’introduire à la cour accrurent, dans une proportion effrayante, le nombre de ses ennemis.

Au fond, son ambition véritable était de réunir les trois royaumes sous une même religion, dont il serait devenu le chef en qualité de primat. Pour atteindre ce but il lui fallait ramener toutes les églises britanniques à la confession anglicane. Beaucoup de maladresses, quelques violences produisirent un soulèvement général : il s’aliéna tous les partis, celui des catholiques plus encore que les autres.

Dans le cours des séances du fameux parlement de 1640, l’arrestation de Laud fut demandée et obtenue sans peine. Conduit à la Tour, il ne fut jugé qu’au bout de trois années. On l’accusait de haute trahison ; mais ce prétendu crime ne put être prouvé. Laud confondit ses juges par sa fermeté et par son éloquence.

Cependant l’ascendant des puritains fit passer le bill de condamnation à la Chambre des communes. La chambre haute le refusa d’abord ;la violence du comte de Pembroke et les menaces du peuple forcèrent plusieurs lords à la retraite, et le bill passa à une très faible majorité.

Laud mourut avec le courage dont il avait fait preuve durant sa détention. Son échafaud servit de piédestal à celui du roi, sou maître.

Le seul crime bien constaté qu’on lui reprocha, était de s’être servi de quelques cérémonies de l’église romaine en consacrant une église de Londres. La sentence porta qu’il serait » pendu, et qu’on lui arracherait le cœur pour lui en battre les « joues, supplice ordinaire des traîtres : on lui fit grâce en lui coupant la tête. » (Voltaire, Essai sur les Mœurs.)

 
 
Même section >

Suggérer la lecture de cette page
Abonnement à la lettre d'information La France pittoresque

Saisissez votre mail, appuyez
une seule fois
sur OK et patientez
30 secondes
pour la validation
Éphéméride : l'Histoire au jour le jour. Insertion des événements historiques sur votre site

Vos réactions

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France
 
Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !